Gotthold Eisenstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eisenstein.
Gotthold Eisenstein

Ferdinand Gotthold Max Eisenstein (16 avril 1823 - 11 octobre 1852) est un mathématicien allemand d'origine juive.

Comme Galois et Abel, Eisenstein est mort avant l'âge de 30 ans, et comme Abel, sa mort est due à la tuberculose. Il est né et mort à Berlin, Allemagne. Il fit ses études à l'Université de BerlinDirichlet était son professeur.

Gauss aurait déclaré[1] : « Il n'y a que trois mathématiciens qui feront date : Archimède, Newton et Eisenstein. » Le choix, par Gauss d'Eisenstein lequel s'était spécialisé dans la théorie des nombres et l'analyse, peut sembler étrange à certains, mais il est justifié par le fait qu'Eisenstein avait prouvé facilement plusieurs résultats jusqu'alors inaccessibles, même à Gauss, comme d'étendre son théorème de réciprocité biquadratique (en) au cas général.

Note et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Ferdinand Eisenstein » (voir la liste des auteurs).

  1. (de) Moritz Cantor, « Eisenstein, Gotthold », dans Allgemeine Deutsche Biographie, vol. 5,‎ (lire sur Wikisource, lire en ligne), p. 774-775.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]