Giovanni Punto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Giovanni Punto
Giovanni Punto par Simon Charles Muger.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Žehušice (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 56 ans)
PragueVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Instruments
Genre artistique

Giovanni Punto, né Johann Wenzel (Jan Václav) Stich[1] le à Žehušice (Caslav) en Bohême et mort le à Prague[1], est un compositeur, violoniste et corniste de Bohême.

Après des études de cor à Prague, Munich et Dresde, il est durant trois ans aux services du comte Thun[2]. Après cet engagement, il voyage aux frontières du Saint-Empire romain germanique. Il obtient des engagements à la cour du prince de Hechingen et du prince-évêque de Mayence, Emmerich Joseph von Breidbach zu Bürresheim (1769-74). En 1778, Mozart est impressionné par son jeu, après l'avoir entendu à Paris[2]. En 1781, il rejoint la chapelle du prince-évêque de Wurtzbourg et, un an plus tard, il entre au service du comte d'Artois à Paris. De 1789 à 1799, il réside à Konzertmeister au théâtre des Variétés-Amusantes. Avant de retourner à Prague, il fait des tournées de concerts avec Jan Ladislav Dussek. Beethoven lui écrit spécialement sa sonate pour cor et piano op.17[3]. La plupart des compositions de Punto (16 concertos, 27 quatuors pour cor et cordes, des trios, et plus de cent duos) ont été écrites pour son instrument favori, le cor[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joann Élart, « Circulation des quatre symphonies œuvre VII de Johann Franz Xaver Sterkel de l'Allemagne à Rouen : un itinéraire singulier du goût musical entre 1770 et 1825 », Studien zu den deutsch-französischen Musikbeziehungen im 18. und 19. Jahrhundert, bericht über die erste gemeinsame Jahrestagung der Gesellschaft für Musikforschung und der Société française de musicologie Saarbrücken 1999, Hildesheim : Georg Olms Verlag, 2002, p. 266-281.
  • Joann Élart et Patrick Taïeb, « La Complainte du Troubadour de Pierre-Jean Garat (1762-1823) », Les Orages, n° 2, L'imaginaire du héros, Besançon : Apocope, mai 2003, p. 137-168.
  • Joann Élart, « La mobilité des musiciens et des répertoires : Punto, Garat et Rode aux concerts du Musée », Le Musée de Bordeaux et la musique 1783-1793, éd. Patrick Taïeb, Natalie Morel-Borotra et Jean Gribenski, Rouen : PURH, 2005, p. 157-173.
  • Joann Élart, « Les origines du concert public à Rouen à la fin de l'Ancien Régime », Revue de musicologie, n° 93/1, 2007, p. 53-73.
  • Joann Élart, Musiciens et répertoires de concert en France à la fin de l'Ancien Régime, thèse de doctorat, dir. Patrick Taïeb, université de Rouen, 2005.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Marc Honegger, Dictionnaire de la musique : Tome 2, Les Hommes et leurs œuvres. L-Z, Bordas, , 1232 p. (ISBN 2-04-010726-6), p. 1068
  2. a et b Dictionnaire de la musique : sous la direction de Marc Vignal, Larousse, , 1516 p. (ISBN 978-2-0358-6059-0), p. 1344
  3. Barry Cooper (trad. de l'anglais par Denis Collins), Dictionnaire Beethoven [« Beethoven compendium »], Lattès, coll. « Musiques et musiciens », , 613 p. (ISBN 978-2-7096-1081-0), p. 20

Liens externes[modifier | modifier le code]