Gilles Sacksick

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gilles Sacksick
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
(76 ans)
Paris (France)
Nationalité
Activité
Distinctions
Prix de Portrait Paul-Louis Weiller (1979)
Pensionnaire de la Casa de Velázquez (1979-1981)

Gilles Sacksick, né le à Paris, est un peintre, graveur et lithographe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Passionné par le dessin dès son plus jeune âge, Gilles Sacksick s'intéresse plus particulièrement à la lithographie et à l'eau-forte à partir de 1974. Il réalise ses premières gravures dans l'atelier de Pierre Pichard, imprimeur en taille-douce[1]. En 1967, il expose pour la première fois lors d'une exposition collective organisée par le galeriste Dominique Halévy, à Paris. L'année suivante, il organise sa première exposition personnelle dans la même galerie[2].

Dès le début de sa carrière artistique, il consacre une large part de son œuvre au portrait. C'est ainsi qu'il remporte, en 1979, le Grand Prix du Portrait Paul-Louis Weiller et devient pensionnaire à la Casa de Velázquez[1]. Ses autres thèmes de prédilection sont le paysage, la nature morte et la peinture animalière[3],[4]. Influencé par les maîtres du Siècle d'or espagnol et en particulier Francisco de Zurbarán, il y fait notamment référence en utilisant l'ombre claire[1]. Selon l'historienne de l'art Aude de Kerros, il est l'un des principaux membres du courant « moderne classique »[5].

À partir des années 1980, il expose ses œuvres partout dans le monde : de Paris à Tokyo en passant par Londres et New York[2]. En 1997, une première exposition rétrospective est organisée au musée Bourdelle, à Paris[1].

En 2005, afin de développer l'édition régulière des estampes et des ouvrages de bibliophilie, il crée, avec Bruno Mielvaque, « Litho-Lissac », un atelier artisanal tourné vers la lithographie et voué aux arts du livre[1],[6]. L'atelier est installé à Lissac-sur-Couze, en Corrèze.

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 2003, le film Sacksick et la Couleur du Temps — réalisé par Bertrand Renaudineau et Gérard Emmanuel da Silva — est projeté à l'UNESCO, dans le cadre du festival des films d'art[1].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Ouvrages lithographiques[modifier | modifier le code]

  • Le chercheur d'or, Art et Littérature, 2002
    Texte et Lithographies de Gilles Sacksick.
  • Le dernier jour, édition Galerie La Maison-près-Bastille, 2007
    Poèmes de Gérard Emmanuel da Silva. Lavis de Gilles Sacksick.
  • Esquisses pour Gilles Sacksick, édition Galerie La Maison-près-Bastille, 2008
    Trois poèmes de Jean de Chauveron. Lithographies de Gilles Sacksick.
  • ...au seuil, édition Galerie La Maison-près-Bastille, 2009
    Poèmes de Pierre Gibert. Mise en page et lithographies de Gilles Sacksick.
  • Gilles Sacksick, entre le mat et le vif, édition Galerie La Maison-près-Bastille, 2010
    Textes de Jean-Marc Sourdillon. Lithographies originales de Gilles Sacksick.

Autres ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Chez l'un, chez l'autre... , essai, l'Amateur d'Estampes Contemporaines, 1995
  • La route, Les Bibliophiles de Provence, 1999
    Texte de Julien Gracq. Lithographies et calligraphie de Gilles Sacksick.
  • Le carnet - oeuvres sur papier, La Flèche du Temps, 2000
    Préface de Myriam Anissimov.
  • Le petit bestiaire, 2004
    Poèmes de Pierre Gibert et 7 gravures sur bois de Gilles Sacksick.
  • La paix me remplit - de 1977 à 2006, Galerie Umeda et galerie Doï, Japon, 2006
    Dessins, peintures, huiles et gravures de Gilles Sacksick. Textes de Takashi Doï, Julien Gracq, Christian Demonchy.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Fiche artistique : Gilles Sacksick sur musees-midi-pyrenees.fr.
  2. a et b Sacksick : « Je n'ai pas de souvenir sans la peinture », sur ladepeche.fr.
  3. Les Vergers de la Vicomté.
  4. (en) Street Art: Gilles Sacksick, the Animal Painter… and Artist.
  5. Aude de Kerros, L'art caché : les dissidents de l'art contemporain, Paris, éditions Eyrolles, (lire en ligne), p. 270.
  6. (en) « Gilles Sacksick », Extrait de la notice dans le dictionnaire Bénézit, sur Oxford Index, (ISBN 9780199773787).

Liens externes[modifier | modifier le code]