Gertrude d'Hamage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte Gertrude.

Gertrude d'Hamage
Image illustrative de l’article Gertrude d'Hamage
Vierge, abbesse, sainte
Naissance vers 560
Décès  
Hamage
Nationalité franque
Ordre religieux Ordre de Saint-Benoît
Vénéré à diocèse de Cambrai
Fête 6 décembre

Gertrude d'Hamage († 649), ou Gertrude de Cambrai, est la fondatrice et la première abbesse d'Hamage. Elle est l'épouse de Richomer, patrice de Burgondie, et probablement la mère de Bertrude, reine des Francs.

C'est une sainte des Églises catholique et orthodoxes, célébrée le 6 décembre[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Selon le Synopsis Franco Merovingicae, écrit à la fin du XIIe siècle par Andreas Silvius, moine de l'abbaye de Marchiennes, elle est fille de Theodebald, duc de Douai. Si l'existence de Theodebald et sa qualité de duc ne sont pas remises en cause car n'apportant aucune prétention généalogique, le qualificatif de « duc de Douai » est sérieusement mis en doute[2].

Les prénoms de Theodebald, de Gertrude et Gerberge portée par une de ses filles indiquent une appartenance aux Agilolfings. Chronologiquement, Theodebald pourrait être un frère de Garibald, premier duc de Bavière[3].

Elle épouse Richomer, cité comme patrice de Burgondie en 607, et donne naissance à :

Veuve, Gertrude se retire dans la vie religieuse et fonde l'abbaye d'Hamage sur les conseils de saint Amand. Elle meurt le et son arrière-petite-fille sainte Eusébie (v. 636 † ) lui succède comme abbesse[4],[8]. Ses reliques sont transférées à Marchiennes le ou 691[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. selon la Vita Rectrudis, datant du début du Xe siècle.
  2. selon la Chronologium Marchianensis (XIIe siècle) qui précise qu'Erchinoald était frère d'Adalbald.

Références[modifier | modifier le code]

  1. nominis.cef.fr Nominis : Sainte Gertrude de Cambrai.
  2. a et b Settipani 1989, p. 109.
  3. Settipani 1989, p. 1024-5.
  4. a et b Pycke 1984, p. 1062.
  5. Settipani 1989, p. 108
  6. La Chronique de Frédégaire précise qu'il est cousin de Dagobert Ier par la mère de ce dernier.
  7. Settipani 1989, p. 92-3.
  8. Settipani 1989, p. 108-9.
  9. Pycke 1984, p. 1063.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]