Erchinoald

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire image illustrant le Haut Moyen Âge
Cet article est une ébauche concernant l’histoire et le Haut Moyen Âge.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Erchinoald
Fonction
Maire du palais
Neustrie
-
Biographie
Décès
Activité
Fratrie
Enfant
Parentèle
Richomer (grand-père)
Gertrude d'Hamage (grand-mère)Voir et modifier les données sur Wikidata

Erchinoald, nommé aussi Archambaud, fut maire du palais de Neustrie de 641 à 658.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines familiales[modifier | modifier le code]

Le Frédégaire en fait un parent — consanguineus — de la mère de Dagobert. Il est fils Gerberge, elle-même fille de Richomer, patrice des Burgondes et de Gertrude d'Hamage, qui pourraient être les parents de Bertrude, la mère de Dagobert Ier[1].

Il succéda à Aega comme maire du palais.

Maire du palais[modifier | modifier le code]

Erchinoald acquit Bathilde, une anglo-saxonne achetée, esclave, à York, issue probablement d'une famille anglo-saxonne de haut rang de l' East Anglia ou d'origine plus modeste[2]. Erchinoald qui cherchait à renforcer sa position aurait offert Bathilde au roi Clovis II qui l'épousa.

Vers 639, il aurait accueilli dans son domaine de Péronne, le moine irlandais Fursy et ses frères Feuillen et Ultan de Fosses. Fursy aurait baptisé le propre fils d'Erchinoald et aurait fondé à sa demande l'Abbaye du Mont Saint-Quentin près de Péronne.

À cette période, l'influence franque fut importante dans le Kent et l'East Anglia. Erchinoald soutenint les efforts des successeurs de la mission augustinienne en Angleterre.

Erchinoald fut également le promoteur du monastère de l'Abbaye Saint-Pierre de Lagny sur sa terre.

Descendance[modifier | modifier le code]

Erchinoald épousa Leutsinde. Ils eurent pour enfants :

Succession[modifier | modifier le code]

À sa mort, en 658, les grands de Neustrie choisirent Ebroïn, pour lui succéder.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Christian Settipani, Les Ancêtres de Charlemagne, Paris, , 170 p. (ISBN 2-906483-28-1), p. 92-3
  2. Didier Feuer et Jean d'Hendecourt, Dictionnaire des Souverains de France et de leurs épouses, Paris, Pygmalion, , p. 35-36
  3. (en) Barbara Yorke, Kings and Kingdoms of Early Anglo-Saxon England, Londres, Seaby, (ISBN 978-1-85264-027-9), p. 29
  4. (en) D. W. Rollason, The Mildrith Legend: A Study in Early Medieval Hagiography in England, Leicester University Press, (ISBN 0-718-51201-4), p. 9
  5. Christian Settipani, La Préhistoire des Capétiens (Nouvelle histoire généalogique de l'auguste maison de France, vol. 1), Villeneuve d'Ascq, éd. Patrick van Kerrebrouck, , 545 p. (ISBN 978-2-95015-093-6), p. 98.

Roman[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]