Georges Varenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Georges Ravenne
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 46 ans)
AuschwitzVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Enfants
Pierre Louki
Suzette Varenne (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Partis politiques
Membre de
Conflits
Distinction
Plaque sur l'ancienne école d'Irancy en hommage à Georges Varenne.jpg
Plaque sur l'ancienne école d'Irancy en hommage à Georges Varenne.

Georges Varenne, né le 4 septembre 1896 à Saint-Fargeau (Yonne) et mort en déportation le 15 septembre 1942 à Auschwitz-Birkenau (sur le certificat de décès établi au camp, à destination du registre d’état civil de la municipalité d’Auschwitz, est inscrite la date du 1er novembre 1942[1],[2]), est un instituteur communiste français, syndicaliste et résistant de la Seconde Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il combat durant la Première Guerre mondiale et est gazé à Verdun. Il est décoré de la Croix de guerre 14-18 et refuse la Légion d'Honneur. Il est démobilisé en 1919 et garde de son expérience militaire de solides convictions pacifistes. Il adhère à la SFIO en 1919 et rejoint le PCF dès 1920 à la suite du congrès de Tours[1].

Il est instituteur et enseigne dans plusieurs commune de l'Yonne dont Irancy et Laroche-Saint-Cydroine[1].

Il est mobilisé en 1940 et participe à la bataille de France. De retour dans l'Yonne, il participe activement à la résistance dans le département dès 1940. Il est arrêté le 21 juin 1941 par les Allemands et déporté vers Auschwitz-Birkenau par le convoi du 6 juillet 1942. Il meurt à Auchwitz le 15 septembre, probablement du typhus[3],[1].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Il est père de 3 enfants: Pierre Louki, ; l'institutrice et militante communiste Suzette Cordillot[4] (par ailleurs épouse de Jean Cordillot) et donc le grand-père de l'historien Michel Cordillot ; Monique Péronnard [née VARENNE Monique].

Son frère André Varenne a également été un résistant communiste de l'Yonne[5].

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Une plaque commémorative est apposée sur l'ancienne école d'Irancy.
  • L'école de Laroche-Saint-Cydroine ainsi qu'une rue de la commune, portent son nom.
  • Une rue de Bobigny porte son nom.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « VARENNE Georges - Maitron », sur maitron.fr (consulté le 27 décembre 2020)
  2. D'après l'article cité à la note 1 : Death Books from Auschwitz, Tome 3, page 1272
  3. « Mémoire Vive – Georges VARENNE – (46174 ?) », sur www.memoirevive.org (consulté le 13 juin 2020)
  4. « CORDILLOT Suzette [née VARENNE Suzette] - Maitron », sur maitron.fr (consulté le 15 juin 2020)
  5. « VARENNE André - Maitron », sur maitron.fr (consulté le 13 juin 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]