Michel Cordillot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Michel Cordillot
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (67 ans)
Nationalité
Activités
Parentèle
Autres informations
A travaillé pour

Michel Cordillot (né en 1951) est un historien français, spécialiste du mouvement ouvrier. Angliciste (américaniste) et traducteur, il étudie plus particulièrement, dans la thématique du mouvement social, les exilés francophones aux États-Unis d'Amérique au XIXe siècle et au début du XXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils[1] de Jean Cordillot, instituteur, dirigeant communiste de l'Yonne, député de 1956 à 1958, puis maire de Sens, et de Suzette Varenne[2], institutrice, Michel Cordillot est agrégé d'anglais. Il est professeur de l'enseignement secondaire[3] avant de rejoindre l'Université de Franche-Comté à Besançon. Docteur d'État d'histoire et de civilisation américaines (1984), il est ensuite enseignant de civilisation américaine à l'Université Paris 8, dont il est professeur émérite.

S'étant tout d'abord intéressé à l'histoire des débuts du mouvement ouvrier à Besançon, il étudie les pionniers du mouvement ouvrier et socialiste français au temps de la première Internationale et de la Commune de Paris. Il est un des fondateurs des Cahiers Charles Fourier, où il publie de nombreux articles[4]. Il s'attache à restituer les parcours de militants communards tels Eugène Varlin, Zéphirin Camélinat, Benoît Malon. Il a été président de l'association Adiamos-89, qui rassemble et valorise les archives du mouvement ouvrier dans l'Yonne.
Mais son domaine de prédilection est l'étude des exilés du mouvement ouvrier français en Amérique du Nord, auxquels il consacre plusieurs ouvrages de référence. À ce titre il dirige en 2002 le volume La Sociale en Amérique, dans le cadre du Maitron, et de son Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier international. En 2005 cet ouvrage a été lauréat d'un prix décerné par l'Organisation des historiens américains[5]. Il collabore également au Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français.
Il publie des traductions d'ouvrages sur l'histoire américaine[6]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • La naissance du mouvement ouvrier à Besançon.La première Internationale 1869-1872, Université de Besançon, 1990
  • Des hommes libres dans une société esclavagiste, les ouvriers du sud des États-Unis, 1830-1861, Université de Besançon, 1990.
  • Eugène Varlin, chronique d'un espoir assassiné, éditions ouvrières, col. la part des hommes,, Paris 1991. (ISBN 2-7082-2934-6) Réédition revue et augmentée : Eugène Varlin, internationaliste et communard, Éditions Spartacus, 2016.
  • La Sociale en Amérique. Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis 1848-1922, Éditions de l'Atelier, Paris, 2002. (ISBN 2-7082-3543-5)
  • Aux origines du socialisme moderne. La première internationale, la Commune de Paris, l'exil, Éditions de l'Atelier, Paris, 2010. (ISBN 978-2-7082-4096-4)
  • Révolutionnaires du nouveau monde. Une brève histoire du mouvement socialiste francophone aux États-Unis (1885-1922), Lux, 2010
  • Utopistes et exilés du nouveau monde aux États-Unis de 1848 à la Commune, Vendémiaire, 2013. (ISBN 978-2-36358-072-6)

Contributions et articles[modifier | modifier le code]

  • (Direction avec Serge Wolikow) Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ? Les difficiles chemins de l'internationalisme (1848-1956), Éditions universitaires de Dijon, 1993[7]
  • (Contribution) Du Forez à La Revue socialiste Benoît Malon (1841-1893), Publications de l'Université de Saint-Étienne, 2000[8] (ISBN 2-86272-179-4)
  • (Contribution et direction ) Zéphirin Camélinat (1840-1932) Une vie pour la Sociale, ADIAMOS-89, Auxerre, 2004.
  • (Contribution) La Commune de 1871, l'événement, les hommes et la mémoire, Publication de l'Université de Saint-Étienne, 2004[9]. (ISBN 2-86272-314-2)

Traductions[modifier | modifier le code]

  • (Bernard H. Moss, The Origins of the French Labor Movement), Aux origines du mouvement ouvrier français, Les belles lettres, Paris, 1985
  • (Christopher Alan Baily, The Birth of Modern World), La naissance du monde moderne (1780-1914), éditions de l'Atelier-Le Monde diplomatique, 2006, reéd. 2009
  • (Jennifer Pitts, The Turn of the Empire) Naissance de la bonne conscience coloniale, les Libéraux français et anglais et la question impériale, 1770-1870, éditions de l'Atelier, 2008

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Girault, Claude Pennetier, notice "Jean Cordillot", in Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social, Éditions de l'Atelier, Paris, 2007.
  2. Biographie de l'instituteur Georges Varenne, grand-père de Michel Cordillot
  3. Biographie de Michel Cordillot, Université Paris 8
  4. Articles dans les Cahiers Charles Fourier
  5. Ibid. site Paris 8 : prix Willi Paul Adams
  6. Éditions de l'Atelier, 2010, notice de présentation de Michel Cordillot.
  7. Article surLes socialistes franco-américains, 1848-1917.
  8. Article Benoît Malon, historien de la Commune
  9. Article Agitation révolutionnaire et sentiments pro-communalistes dans l'Yonne en 1870-1871

Liens externes[modifier | modifier le code]