Georges Thonar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gérard Debehognes
Georges Thonar
Naissance 3 mars 1875
Huy (Liège)
Décès début décembre 1918
Gironde (France)
Première incarcération 25 juillet 1896 - 2 mois de prison
publication d'articles «  provoquant à la désobéissance aux lois »
Origine belge
Cause défendue libertaire
syndicalisme révolutionnaire

Georges Thonar de son vrai nom Gérard Debehognes, né le à Huy (Liège) et mort début en Gironde (France), est typographe et imprimeur[1], syndicaliste révolutionnaire et communiste libertaire.

Figure centrale de l'anarchisme belge avant la première guerre mondiale[2] avec Émile Chapelier[3], il doit sa notoriété notamment à deux textes, réédités à de nombreuses reprises, Ce que veulent les anarchistes et Le parlementarisme et la classe ouvrière[4].

En 1905, il est la cheville ouvrière du Groupement Communiste Libertaire dont l'objectif est d'organiser le mouvement anarchiste en Belgique et qui est à l'origine de la Colonie communiste libertaire, L'Expérience à Stockel (Bruxelles).

Biographie[modifier | modifier le code]

L’Insurgé, 6 juin 1903.
Ce que veulent les anarchistes, réédition de 1909.

À 18 ans, il travaille en France puis s'installe à Bruxelles. D’abord militant dans les rangs du Parti Ouvrier Belge, il rallie l’anarchisme[5].

En 1895, il édite à Bruxelles le journal Le pygmée, dont le premier numéro affirme : « Notre but, il n’est pas long à définir : lutter sans trêve et sans repos pour ce qui représente l’idéal de Justice, de Vérité et de Liberté : l’Anarchie »[6],[5].

En 1896, il collabore au bimensuel L’Insurgé où il remplace Émile Chapelier à l’administration ce qui lui vaut, à la suite d'articles « glorifiant la Commune de Paris et la propagande par le fait », d’être condamné à deux mois de prison[6],[5].

Lors de la manifestation du , c’est lui qui porte le drapeau noir lors du cortège anarchiste dispersé par la police sur la Grand Place[6].

Le , il est condamné par la Cour du Brabant à 2 mois de prison et 50 francs d’amende pour des articles «  provoquant à la désobéissance aux lois » parus dans L’Insurgé[6],[5].

En 1898-1899, il collabore à L'An-archiste à Ixelles,[5].

Il contribue à l'hebdomadaire Le Réveil des Travailleurs, « Journal d'émancipation populaire » puis « Organe Libertaire » dont le premier numéro sort à Liège le [7].

D’ à , il publie à Bruxelles, L’Effort éclectique[8],[9].

Le , alors qu’il habite Herstal et est l’éditeur de L’Insurgé[10], il est soupçonné d’être l’auteur d’un attentat à l’explosif commis à Liège, avant d’être relaxé après quelques jours de prison[6].

Le Groupement Communiste Libertaire[modifier | modifier le code]

En , son texte Ce que veulent les anarchistes est adopté à l'unanimité par le congrès communiste libertaire de Charleroi[11],[12],[5].

À la suite du congrès est créée la Fédération amicale des anarchistes de Belgique dont il devient le secrétaire du Comité fédéral aux côtés de Jules Ledoux de Liège et de Camille Mattart[13].

Le , il est à l'initiative de la création du Groupement Communiste qui devient, l'année suivante, Groupement Communiste Libertaire (GCL)[14]. Le groupe se fixe pour but de propager les idées du communisme libertaire par le biais de réunions publiques, la création de Cercles d'Études, et la publication de journaux et d'ouvrages de propagande. Le GCL est par ailleurs à l'origine d'un essai de mise en pratique du communisme libertaire avec la création en 1905 par Émile Chapelier et sa compagne de la Colonie L'Expérience où vivront jusqu'en 1908 d'abord à Stockel-Bois, puis à Boitsfort), une quinzaine de personnes[5].

La même année, il fonde à Herstal sa propre imprimerie[5],[14].

En 1906-1907, il est le responsable du Bulletin de l’Internationale libertaire[15],[16].

En , il participe au Congrès anarchiste international d'Amsterdam où il est le rapporteur de la commission sur Anarchisme et organisation[6] et intervient sur la pertinence de l'utilisation du vote dans la procédure de prise de décision[17].

En 1908, il est membre de la rédaction de L’Avant-garde à Liège[5].

En 1909, il est le secrétaire de la section bruxelloise de la Fédération révolutionnaire à Bruxelles[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le parlementarisme et la classe ouvrière, Bruxelles, Publication du groupe libertaire L’Autonomie, 1902[18],[19],[20],[21].
  • Ce que veulent les anarchistes, Liège, Publications de L’Insurgé, 1904[22],[23],[24],[25].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notices[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • The International Anarchist Congress, 26-31 August 1907, Studies for a Libertarian Alternative, Federazione dei Comunisti Anarchici, texte intégral en anglais.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones : De Behogne, imprimerie (Bruxelles et Herstal).
  2. Christophe Verbruggen, Het egonetwerk van Reiner Leven en George Sarton als toegang tot transnational intellectueel engagement in Revue belge d'histoire contemporaine, n°38, 2008, note 5 page 91.
  3. Jean Stengers, Les pratiques anticonceptionnelles dans le mariage au XIXe et au XXe siècle : problèmes humains et attitudes religieuses in Revue belge de philologie et d'histoire, tome 49, 1971, page 1147.
  4. Hathi Trust, University of Michigan, notice.
  5. a b c d e f g h i et j Fonds Jan Pellering : notice biographique.
  6. a b c d e et f * Dictionnaire international des militants anarchistes : notice biographique.
  7. L'Éphéméride anarchiste : Le Réveil des Travailleurs.
  8. Dictionnaire international des militants anarchistes : Léo Sivasty.
  9. René Bianco : 100 ans de presse anarchiste - L’Effort éclectique.
  10. Centre International de Recherches sur l'Anarchisme (Lausanne) : L’Insurgé : organe hebdomadaire de propagande anarchiste-communiste.
  11. Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones : notice.
  12. Ce que nous voulons (Georges Thonar), texte intégral.
  13. Fonds Jan Pellering : Anarchisme in België van 1880 tot 1914, texte intégral.
  14. a et b Jacques Gillen, Les objectifs de la colonie, in Les activités en Belgique d’un anthropologue anarchiste : Eugène Gaspard Marin (1883-1969), Mémoire de Licence en Histoire contemporaine, sous la direction de Anne Morelli, Université libre de Bruxelles, 1996-1997, texte intégral.
  15. René Bianco, 100 ans de presse anarchiste : Bulletin de l’Internationale libertaire.
  16. Centre International de Recherches sur l'Anarchisme (Lausanne) : Bulletin de l'Internationale libertaire.
  17. Mineur Didier, Les justifications de la règle de majorité en démocratie moderne, Raisons politiques, Presses de Sciences Po, no 39, p. 134-135.
  18. Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones : notice.
  19. Centre International de Recherches sur l'Anarchisme (Lausanne) : notice.
  20. Sudoc : notice.
  21. WorldCat : notice.
  22. Centre International de Recherches sur l'Anarchisme (Lausanne) : Ce que veulent les anarchistes.
  23. Sudoc : notice.
  24. Reproduit dans La Brochure mensuelle n°27, mars 1924, texte intégral.
  25. WorldCat : notice.
  26. Centre International de Recherches sur l'Anarchisme (Lausanne) : notice bibliographique.