Georges Boris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boris.

Georges Boris
Illustration.
Pierre Mendès France et Georges Boris (à droite) en avril 1938, lors du second gouvernement Léon Blum.
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Paris (France)
Date de décès (à 72 ans)
Lieu de décès Paris (France)
Nationalité française
Conjoint Alice FECEMP
Profession Journaliste

Georges Boris, né le 9 avril 1888 à Paris et mort le 16 août 1960 à Paris[1], est un homme politique, journaliste et économiste français. Il rejoint la France libre à Londres en juin 1940. Homme d'influence, il conseille Léon Blum, Charles De Gaulle et Pierre Mendès France[2].

Avant-guerre[modifier | modifier le code]

Né au sein d'une famille juive française, il commence sa carrière de journaliste en 1923 en devenant chargé de la gestion du journal Le Quotidien. En 1927, il fonde le journal La Lumière, un « hebdomadaire d'éducation civique et d'action Républicaine », de nuance radicale-socialiste[3].

En 1938, il est directeur de cabinet de Léon Blum au ministère du Trésor. Il est le premier à prôner en France la politique du New Deal[4] de Franklin Delano Roosevelt, influençant Pierre Mendès France avec qui il rédige un projet de loi de planification économique rejeté par le Sénat.

La France libre[modifier | modifier le code]

Hostile aux accords de Munich, il s'engage en 1939, à l'âge de 51 ans. Affecté dans le Nord comme officier de liaison avec les Britanniques, il est évacué de Dunkerque le et se retrouve dans un camp en Angleterre début juin.

Il rejoint le général de Gaulle à Londres dès le . En 1941, il est responsable des liaisons de la France libre avec la BBC. Il jouera un rôle important dans l'acceptation réciproque du général de Gaulle et des socialistes, incitant le premier à démocratiser ses projets, tout en appelant Léon Blum à le soutenir, contre l'avis du groupe Jean Jaurès de Georges Gombault, groupe d'anciens socialistes qui s'opposeront à de Gaulle, et donc à Boris, allant jusqu'à les traiter de « fascistes »[réf. nécessaire].

En 1942, il devient directeur du Commissariat national à l'Intérieur et préside le comité exécutif de propagande, puis est le représentant civil du Comidac (Comité d'action).

La Quatrième République[modifier | modifier le code]

Après la Libération, il élabore un nouveau projet de redressement de l'économie française inspiré par les travaux de Keynes et Henri de Man.

De 1946 à 1954, il est membre de la délégation française au Conseil économique et social de l'ONU.

Puis il devient le conseiller de son ami Pierre Mendès France durant la courte expérience de ce dernier en tant que président du Conseil.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • George Boris, La Révolution Roosevelt, Gallimard, 1934.
  • George Boris, Servir la République, textes et témoignages, préface de Pierre Mendès France, Julliard, 1963.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire des intellectuels français, Ed. Seuil, p.168
  2. "Georges Boris. Trente ans d'influence. Blum, de Gaulle, Mendès France", de Jean-Louis Crémieux-Brilhac : une certaine idée de la gauche [1] - Autres : [2],[3]
  3. in M. Nouschi, G. Boris, analyste de la crise économique, Le Mouvement social n°215, 1981
  4. in George Boris,La Révolution Roosevelt, Gallimard, 1934

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]