Gau Westmark

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gau Westmark, la « Marche de l'Ouest » du IIIe Reich.

Le Gau Westmark est une subdivision administrative territoriale du Troisième Reich, appliquée de 1940 à 1945, durant la Seconde Guerre mondiale. Composé de la Sarre, du Palatinat et de la Moselle, le Gau Westmark était l'un des quarante-trois Gaue de l'Allemagne nazie.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Appliquant une politique expansionniste agressive, l’Allemagne nazie annexa l'Autriche, la région des Sudètes, la Silésie, Danzig et la Prusse-Occidentale, la Posnanie, la Moselle et l'Alsace entre 1938 et 1940. Le Gau Westmark est le fruit de cette politique. De Gau, « pays » et West, « Ouest », le Gau Westmark désignait la « Marche de l'Ouest » du Troisième Reich allemand[1]. Si la première annexion de la Moselle a été entérinée par le traité de Francfort le , la seconde, en revanche, n'a jamais été ratifiée par un traité international.

Les motivations étaient, pour Hitler, purement politiques et dans la droite ligne de sa vision raciale de la supériorité du « peuple germanique » et de sa stratégie de conquête d'un « espace vital »[2]. Divers projets de constitution d'un ensemble de territoires à annexer au Reich, à l'ouest de l'Europe, avaient été envisagés à sa demande, juste avant la signature de la convention d'armistice du 22 juin 1940 (par exemple pour revenir aux frontières du traité de Westphalie de 1648, ou à celle du Bas Moyen Âge)[3].

Création du Gau[modifier | modifier le code]

La création du Gau Westmark se fit progressivement, à la fois pour ménager l'opinion publique française et pour préparer les populations annexées. L’ancienne frontière de 1871 fut rétablie le , marquant de facto l'annexion de la Moselle au Reich allemand[4].

Cet état de fait fut formalisé par un décret de Hitler, signé le , mais dont la publication fut interdite et concernait également le Reichsgau Oberrhein[1],[5], ou Gau Baden-Elsaß.

« La Lorraine fut déclarée officiellement annexée au Reich le , par Burckel qui, à Sarrebruck, dans un grand discours-programme, annonça solennellement que la Lorraine, la Sarre et le Palatinat formerait dorénavant le Gau Westmarck (Marche occidentale), capitale Sarrebruck (organe officiel : le N.S.Z-Westmarck, l'ancien N.S.Z.-Rheinfront) »[6]. Concrètement, le département de la Moselle passa sous le contrôle de l'administration civile allemande, devenant le CdZ-Gebiet Lothringen.

« L'incorporation ne fut jamais réalisée en droit ; elle demeura à l'état d'annexion déguisée »[1]. Elle fut toutefois parachevée d'un point de vue administratif, le , lorsque Bürckel fut nommé gouverneur du Reich pour le nouveau Reichsgau Westmark et par l'entrée en vigueur du code de commerce et du code civil allemands, dans leur intégralité, avec l'ordonnance du [7]. « Les habitants furent conviés par voie d'annonces, à se procurer des codes allemands civil, commercial, pénal, criminel, le code de la circulation, le code des fonctionnaires, etc. »[8].

Le système administratif et les lois allemandes furent ainsi mis en place, en violation formelle des clauses de l'armistice du 22 juin 1940[9],[7], et ce malgré les protestations écrites du gouvernement de Vichy, auprès de la Commission de Wiesbaden, formulées en et et restées sans réponses[9].

Organisation administrative[modifier | modifier le code]

Le siège administratif du Gau Westmark était Sarrebruck[1]. Le Reichsgau Westmark[1] comprenait la Sarre, le Palatinat et la Moselle. Auparavant, la Sarre et le Palatinat formaient le Gau Saarpfalz, dont la capitale était Neustadt an der Weinstraße. Le Troisième Reich comptait 32 Gaue, ou provinces, auxquels sont venus s'ajouter 10 Gaue supplémentaires formés par les territoires nouvellement annexés sous l'appellation Reichsgau.

En dehors du Führer, qui se réservait le droit de donner ses instructions aux Gauleiter, seul Göring avait la possibilité d'intervenir sur le plan de l'économie de guerre[1]. Josef Bürckel a été nommé Gauleiter du Gau Sarre Palatinat, puis Gauleiter du Gau Westmark, un poste qu'il conserva jusqu'en 1944. Après son suicide, il fut remplacé le par Willi Stöhr.

Durant cette période, les circonscriptions administratives de la Moselle ont été remplacées par des Kreise, ou arrondissements. Le Stadtkreis Metz était dirigé par un Oberburgermeister, faisant office de maire. Les autres Landkreise étaient dirigés par un Landrat ou un Landkommissar, faisant office de sous-préfet. Ce chef d'arrondissement exerçait conjointement les fonctions de Kreisleiter du parti nazi.

L'organe officiel du Gau Westmark était le NSZ-Westmark[7], un journal de propagande nazie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (de) (fr) Eberhard Jäckel, Frankreich in Hitlers Europa – Die deutsche Frankreichpolitik im Zweiten Weltkrieg, Deutsche Verlag-Anstalg GmbH, Stuttgart, 1966 ; traduction : La France dans l'Europe de Hitler, (préface d'Alfred Grosser, traduction de Denise Meunier), éd. Fayard, coll. « Les grandes études contemporaines », 1968, 554 p., chap. « L'annexion déguisée », p. 123-124.
  2. Eberhard Jäckel, La France dans l'Europe de Hitler, op. cit., p. 35-40.
  3. Eberhard Jäckel, La France dans l'Europe de Hitler, op. cit., p. 71-74.
  4. François Roth, « À l'épreuve des guerres mondiales, la Seconde annexion », dans François-Yves Le Moigne (dir), Histoire de Metz, Privat, 1986 p. 385-394.
  5. C'est-à-dire le « Gau du Haut-Rhin ».
  6. Jacques Lorraine (pseudo. d'Edmond Huntzbuchler), Les Allemands en France. Origines, Bretagne, Zone interdite Est, Bourgogne, Alsace et Lorraine, éd. du Désert, Alger-Oran, 1945, p. 121.
  7. a, b et c Jacques Lorraine (pseudo. d'Edmond Huntzbuchler), Les Allemands en France. Origines, Bretagne, Zone interdite Est, Bourgogne, Alsace et Lorraine, op. cit., p. 121-124.
  8. Jacques Lorraine (pseudo. d'Edmond Huntzbuchler), Les Allemands en France. Origines, Bretagne, Zone interdite Est, Bourgogne, Alsace et Lorraine, op. cit., p. 122.
  9. a et b Eberhard Jäckel, La France dans l'Europe de Hitler, op. cit., p. 118-121.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]