Gary Kikaya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gary Kikaya
Image illustrative de l'article Gary Kikaya
Gary Kikaya en 2009
Informations
Disciplines 200 m, 400 m
Période d'activité 2003 - 2012
Nationalité Drapeau : République démocratique du Congo Congolais
Naissance (38 ans)
Lieu Lubumbashi
Taille 1,84 m[1].
Poids 76 kg[1]
Records
Ancien détenteur du record d'Afrique du 400 m
Palmarès
Champ. du monde en salle - - 1
Champ. d'Afrique 1 - 1

Gary Senga Kikaya (né le à Lubumbashi) est un athlète congolais (RDC) spécialiste du 400 mètres et ancien détenteur du record d'Afrique sur cette distance en 44 s 10.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né à Lubumbashi le , il quitte à l'âge de douze ans ce qui est encore le Zaïre, et part s'installer en Afrique du Sud, où son père, le diplomate et homme politique congolais Kikaya Bin Karubi, a été nommé en poste. Il passe son adolescence à Johannesburg et découvre l'athlétisme dans le cadre scolaire, à la Queens High School[2] et s'inspire de la Coupe du monde des nations 1998 se déroulant à Johannesbourg. Athlète complet et sprinteur accompli, il choisit néanmoins, sur les conseils d'un entraîneur, de se spécialiser sur le 400 mètres, distance sur laquelle il excelle particulièrement[3].

Mais ce n'est qu'en entrant à la Rand Afrikaans University (actuelle université de Johannesburg), qu'il se consacre à l'athlétisme de haut niveau. Les résultats sont vite convaincants et il obtient en 2001 une bourse pour partir étudier la sociologie aux États-Unis, à l'Université du Tennessee. Là-bas, il participe à de nombreuses compétitions universitaires avant de commencer une carrière professionnelle. Il gagna même en 2003 le titre NCAA de 400 mètres en salle, signant le record junior national de l'époque en 45 s 71[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

En 2002, Gary Kikaya améliore incessamment son record personnel, pour le porter en plein air à 44 s 53 lors des championnats NCAA, record national. En 2003, il participe à ses premiers championnats du monde, à Paris et atteint les demi-finales (44 s 99), alors qu'il aurait dû y participer, les Américains Calvin Harrison et Jerome Young y étant disqualifiés pour dopage.

En 2004, à Budapest, aux Championnats du monde d'athlétisme en salle, il remporte la médaille de bronze sur 400 mètres[2]. Durant la saison en estivale, il établit son meilleur chrono en 44 s 80 puis atteint les demi-finales des Jeux olympiques d'Athènes.

En 2005, il bat le record national du 200 m en 20 s 56. En six courses sur le 400 m, il remporte cinq d'entre elles, notamment 44 s 91 à Heusden-Zolder et 44 s 81 à Oslo. Néanmoins, il ne parvient pas à entrer en finale des championnats du monde d'Helsinki, réalisant un décevant chrono de 46 s 15.

Gary Kikaya à Berlin en 2006.

En 2006, la progression se concrétise pour le Congolais qui remporte 4 de ses 5 courses. À Rome, en course B, il s'impose en 44 s 66 puis égale son record national de 44 s 53 à Stockholm. Le 12 juin, il court le 200 m en 20 s 40 (+ 0,2 m/s), record national. En juillet, il remporte le titre des championnats d'Afrique, le premier de sa carrière pour sa première participation. Il poursuit en réalisant 44 s 54 à Zurich pour une troisième place, puis 44 s 62 à Bruxelles. Début septembre, il améliore son record personnel et national à Rieti en 44 s 46 puis en 44 s 43 à Berlin.

Le 9 septembre, il bat le record d'Afrique du 400 mètres en établissant un temps de 44 s 10 lors de la Finale mondiale de l'athlétisme à Stuttgart (derrière l'américain Jeremy Wariner et devant LaShawn Merritt). Le précédent record remontait au , et avait été établi par le nigérian Innocent Egbunike à Zurich en 44 s 17.

En 2007, il court trois fois sous les 45 secondes avant les championnats du monde d'Osaka, avec pour meilleur temps 44 s 60. Aux mondiaux, il s'arrête en demi-finale à nouveau (45 s 14) puis termine 4e de la Finale mondiale de l'athlétisme.

En 2008, il atteint une nouvelle fois les demi-finales des Jeux olympiques, à Pékin, en 44 s 94. En juin 2009, il fait 45 s 68 au meeting de Berlin[4] et prend la deuxième place derrière le bahaméen Chris Brown (45 s 61) et devant un autre bahaméen Michael Mathieu (45 s 98)[5]. Étant descendus sous les 45 secondes l'année précédente, Gary Kikaya est automatiquement qualifié pour les championnats du monde de Berlin mais est disqualifié en séries des championnats.

En deçà de sa forme par rapport à ses plus beaux jours, Gary Kikaya arrache la médaille de bronze lors des championnats d'Afrique 2010 à Nairobi, en 45 s 28. Aligné aux mondiaux de 2011 sans avoir couru une seule course durant la saison, il ne prend pas part à sa série. Le 12 mai 2012 à Ponce, il court la dernière course de sa carrière en 47 s 57.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Fils de Kikaya Bin Karubi, il est le second d'une fratrie de sept enfants. Il vit désormais à Raleigh, aux États-Unis.

En 2006, il est diplômé en sociologie avec une mineur de français.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès international
Date Compétition Lieu Résultat Épreuve Temps
2003 Championnats du monde Paris sf 400 m 44 s 99
2004 Championnats du monde en salle Budapest 3e 400 m 46 s 30
Jeux olympiques Athènes sf 400 m 45 s 58
2005 Championnats du monde Helsinki sf 400 m 46 s 15
2006 Championnats d'Afrique Bambous 1er 400 m 45 s 03
Finale mondiale Stuttgart 2e 400 m 44 s 10
Coupe du monde des nations Athènes 2e 400 m 44 s 66
2007 Championnats du monde Osaka sf 400 m 45 s 14
Finale mondiale Stuttgart 4e 400 m 45 s 58
2008 Jeux olympiques Pékin sf 400 m 44 s 94
Finale mondiale Stuttgart 6e 400 m 45 s 92
2009 Championnats du monde Berlin séries 400 m DQ
Finale mondiale Thessalonique 5e 400 m 45 s 72
2010 Championnats d'Afrique Nairobi 3e 400 m 45 s 28
Coupe continentale Split 3e 4 × 400 m
2011 Championnats du monde Daegu séries 400 m DNS

Records[modifier | modifier le code]

Records personnels
Épreuve Performance Lieu Date
200 m Plein air 20 s 40 (NR) Drapeau : Suède Karlskrona 12 juin 2006
En salle 21 s 23 Drapeau : États-Unis Blacksburg 18 janvier 2003
400 m Plein air 44 s 10 (NR) Drapeau : Allemagne Stuttgart 9 septembre 2006
En salle 45 s 71 (NR) Drapeau : États-Unis Fayetteville 15 mars 2003

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]