Galanga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Galanga
Image illustrative de l’article Galanga
Espèces Alpinia galanga
Alpinia officinarum
Famille Zingiberaceae
Partie utilisée Rhizome
Origine Asie
Codex Alimentarius HS 0783

Le galanga est une épice issue du rhizome de plusieurs plantes de la famille des Zingiberacées. On le consomme frais et pelé, mais aussi séché, entier, en tranches ou en poudre. Son utilisation est sensiblement la même que celle du gingembre.

Au niveau botanique, on distingue le petit galanga (Alpinia officinarum), originaire du Sud de la Chine, et le grand galanga (Alpinia galanga), originaire du sud-est asiatique. D'autres membre du genre Alpinia font localement l'objet d'une utilisation similaire. Il existe aussi des « faux galangas » (Kaempferia galanga et Boesenbergia rotunda), au goût semblable mais moins aromatiques, qui servent parfois à falsifier l'épice.

Botanique[modifier | modifier le code]

Le galanga est principalement issu de deux plantes :

D'autres espèces du genre Alpinia, bien que moins connues, sont cultivées pour une utilisation similaire, notamment :

Il existe enfin deux plantes non apparentées de la famille des Zingibéracées dont le rhizome est utilisé comme épice et qui sont souvent confondues (volontairement ou non) avec le petit galanga[4] :

Histoire[modifier | modifier le code]

Le galanga est utilisé depuis l'Antiquité, tant en médecine qu'en cuisine. Plutarque le mentionne comme l'un des seize ingrédients du kyphi, un encens que les Égyptiens faisaient brûler à des fins rituelles et médicinales[6].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Cuisine[modifier | modifier le code]

Le galanga est utilisé dans les cuisines asiatiques traditionnelles, par exemple dans les soupes thaï et lao tom yam et tom kha gai, dans la cuisine vietnamienne de Huế et dans la cuisine indonésienne (soto).

Médecine[modifier | modifier le code]

Le galanga allège les problèmes respiratoires et favorise la digestion[7][source insuffisante]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Organisation internationale de normalisation (ISO), Norme internationale 676 : Épices — Nomenclature botanique, Genève, , 2e éd., 21 p. (présentation en ligne).
  2. a et b Meyer C., ed. sc., 2009, Dictionnaire des Sciences Animales. consulter en ligne. Montpellier, France, Cirad.
  3. Nom vernaculaire en français d’après Termium plus, la banque de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du Canada
  4. a b c d e f g h i et j Gayet 2010.
  5. a et b Voir définition donnée par le Grand dictionnaire terminologique de l’Office québécois de la langue française.
  6. Jean Hani, La religion égyptienne dans la pensée de Plutarque, Les Belles Lettres, , 492 p. (ISBN 2251324011, lire en ligne), p. 286.
  7. (fi) https://www.keittotaito.com/keittosanasto.html

Bibliographie[modifier | modifier le code]