Gaillard de La Motte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gaillard de La Motte
Image illustrative de l’article Gaillard de La Motte
Cardinal Gaillard de La Motte,
gravure du XVIIe siècle
Biographie
Naissance XIIIe siècle
Bordeaux Drapeau de la France France
Décès
Avignon Drapeau de la France France
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
par le
pape Jean XXII
Titre cardinalice Cardinal-diacre de S. Lucia in Silice
Évêque de l’Église catholique
Évêque et archevêque de Toulouse
Évêque de Riez

Gaillard de La Motte (ou de La Mothe), né à Bordeaux et mort le à Avignon, neveu du pape Clément V, est un prélat catholique français, qui fut évêque et cardinal.

Repères biographiques[modifier | modifier le code]

Gaillard de La Motte est chanoine à Narbonne, protonotaire apostolique, maître de chapelle du diocèse de Chichester en 1312-1356, prébendier de Milton Ecclesia (Great Milton, dans l'Oxfordshire) et archidiacre d'Oxford en 1313-1356.

La Motte est créé cardinal par Jean XXII lors du consistoire du . Le même pontife le nomme au siège de Riez en 1318. Gaillard refuse et se retire alors à Avignon.

Le cardinal de La Motte est prébendier de Stokes, d'Aylesbury, archidiacre d'Ely et trésorier du diocèse de Salisbury. En 1346 il est prieur d'Ispagnac. Il participe au conclave de 1334, lors duquel Benoît XII est élu, au conclave de 1342 (élection de Clément VI) et à celui de 1352 (élection d'Innocent VI).

- Il ne doit pas être confondu avec le cousin germain de sa mère Elips de Got, Gaillard de Préchac (de Preyssac)[1], un neveu de Clément V par sa mère Vidal/Vitale/Gailharde de Got — sœur du pape et d'Arnaud-Garcie de Gout, femme d'Arnaud-Bernard Ier de Préchac (Préchac et Preyssac à Daignac ; soudan de la Trau) — qui est fait évêque de Toulouse par son oncle le pape en 1305. Mais en 1317, année où le pape Jean XXII érige l'évêché de Toulouse en archevêché, Gaillard en est dépossédé, pour avoir dépensé ses revenus fort considérables et s'être compromis dans l'affaire Hugues Géraud.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le népotisme de Clément V, par Jacques Bernard », sur Annales du Midi, 1949, p. 369-411 alias p. 1-43 (notamment p. 22 et 26, et généalogie entre les pp. 42 et 43), mises en ligne sur Persée

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Étienne-Léon de La Mothe-Langon (baron), Jean Théodore Laurent-Gousse, Biographie toulousaine, ou Dictionnaire historique des personnages qui par des vertus, des talens, de grandes actions, des fondations utiles, des opinions singulières, des erreurs, etc.,se sont rendus célèbres dans la ville de Toulouse, ou qui ont contribué à son illustration, Tome premier, p. 367, Paris, 1823[1]

Articles connexes[modifier | modifier le code]