Fusillade de San Bernardino

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fusillade de San Bernardino
Image illustrative de l'article Fusillade de San Bernardino
Comté de San Bernardino.

Localisation San Bernardino (États-Unis)
Coordonnées 34° 04′ 34″ nord, 117° 16′ 40″ ouest
Date
11 h (UTC-8)
Type Fusillade, terrorisme, tuerie de masse
Armes
Morts 14[2] + 2 assaillants
Blessés 23[3]
Auteurs Syed Rizwan Farook, Tashfeen Malik
Organisations Drapeau de l'État islamique État islamique (allégeance de Tashfeen Malik et Syed Rizwan Farook)

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Fusillade de San Bernardino

Géolocalisation sur la carte : Californie

(Voir situation sur carte : Californie)
Fusillade de San Bernardino

La fusillade de San Bernardino est une fusillade survenue le à San Bernardino près de Los Angeles, dans l'État de Californie[4],[5].

Cette fusillade débute lorsque deux tireurs font irruption dans un centre destiné à accueillir des personnes au chômage ou sans-abris[6]. Le bilan s'élève à 14 personnes décédées et 21 blessés recensés. Les tireurs, lourdement armés, prennent la fuite à bord d'un véhicule SUV, noir, immatriculé dans l'Utah[7]. La police rattrape finalement le véhicule, une fusillade éclate et se solde par la mort des deux suspects. Le 4 décembre, de nouveaux indices ont conduit le FBI à requalifier son enquête en "acte de terrorisme".

L'attaque est menée au nom de l'État islamique d'après les déclarations des deux assaillants, mais elle n'a pas été commanditée. Daech annonce le dans un communiqué que l'attaque a été menée par deux de ses « partisans », mais il ne revendique pas formellement l'attentat.

Cette attaque est la seconde tuerie la plus meurtrière de l'histoire de la Californie, après le massacre en 1984 du McDonald de San Ysidro (en), et la plus meurtrière des États-Unis depuis la tuerie de l'école primaire Sandy Hook en 2012[8].

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte de localisation.
A - Site de tir
B - Endroit où ont été traitées les personnes blessées
C - École pour aveugles où certains ont trouvé refuge[réf. nécessaire]
La fusillade a eu lieu côté sud de San Bernardino, juste à l'est de Sheldon Drive ; le « A » à gauche indique l'emplacement de l'Inland Regional Center.

La fusillade a eu lieu à l'Inland Regional Center[9], un centre à but non lucratif accueillant des personnes présentant des difficultés mentales ou physiques[10], situé au 1365 South Waterman Avenue[11].

Attaque[modifier | modifier le code]

Le matin de l'attaque, Syed Rizwan Farook et Tashfeen Malik ont laissé leur fille, âgée de six mois, avec la mère de Farook en donnant comme excuse qu'ils avaient un rendez-vous chez le médecin. Farook, qui était inspecteur de l'action sanitaire et sociale chez le San Bernardino County Department of Public Health, assistait à la célébration des fêtes de fin d'année à l'Inland Regional Center. Il y avait plus d'une centaine de personnes qui y assistaient. Certains de ses collègues ont constaté que Farook était calme et silencieux au début de la célébration, puis ont remarqué qu'il était parti de la célébration brusquement, en laissant son manteau, avant la photographie de groupe. Durant les briefings policiers ayant eu lieu ultérieurement, on a indiqué de Farook était parti « sous des circonstances dites furieuses ».

Victimes[modifier | modifier le code]

Véhicule utilisé par les suspects.

Selon un bilan provisoire, il y aurait au moins 14 morts[2] et 21 blessés.

Les victimes ont été acheminées vers les hôpitaux de Loma Linda et Arrowhead Regional Medical Center (en)[12].

Suspects[modifier | modifier le code]

Portrait de Syed Rizwan Farook.
Photo du permis de conduire de Syed Rizwan Farook en 2013.


Les autorités ont identifié deux suspects : Syed Rizwan Farook (né le 14 juin 1987 à Chicago), un homme de 28 ans, fils de parents immigrés pakistanais[13], qui a travaillé cinq ans au sein du département de santé publique de San Bernardino en tant que contrôleur environnemental, et Tashfeen Malik (née le 13 juillet 1988 à Karor Lal Esan, Punjab (Pakistan), son épouse pakistanaise âgée de 27 ans[14],[15]. Ils se sont rencontrés sur Internet, se sont mariés en Arabie saoudite, et ont une fille de six mois. Ils ont été tués durant un échange de tirs avec les forces de police[16].

Une troisième personne a été interpellée, mais son implication dans l'attaque reste à démontrer[17].

Motivations de l'attaque[modifier | modifier le code]

Dans la journée qui suit la fusillade, les raisons qui ont poussé le couple à commettre cette fusillade sont inconnues. Il n'y a pas eu de revendication. La piste d'abord privilégiée est celle d'un différend personnel. Cependant, le 4 décembre, le FBI découvre un message posté par Tashfeen Malik, dans lequel elle déclare prêter allégeance à Daech.

Le chef de la police de San Bernardino a déclaré que l'attaque était « au minimum » une « attaque terroriste intérieure », rappelant que d'autres mobiles que le terrorisme islamiste peuvent être qualifiés de terrorisme[18]. Les enquêteurs américains se concentrent initialement sur la piste d'une auto-radicalisation de Tashfeen Malik lors de son voyage en Arabie Saoudite, qui aurait abouti à cet acte inspiré des méthodes de l’État islamique, plutôt que sur la piste d'un acte directement commandité par ce-dernier[19].

Revendication[modifier | modifier le code]

Le 4 décembre, l'État islamique revendique la responsabilité de l'attaque dans un bulletin radiophonique et affirme qu'elle a été menée par deux « partisans ». Cela constituerait la première attaque terroriste de Daech sur le territoire américain. Le groupe djihadiste déclare : « Deux partisans de l’État islamique ont attaqué il y a plusieurs jours un centre à San Bernardino en Californie, ouvrant le feu à l'intérieur, ce qui a entraîné la mort de 14 personnes et fait plus de 20 blessés »[20]. L'emploi du terme de « partisans » laisse sous-entendre que l'attaque a été organisée par ses auteurs et qu'elle n'a pas été commanditée directement par l’État islamique, l'organisation parlant généralement de « soldats du califat » dans ce cas là[21],[19].

D'après des sources gouvernementales américaines[Qui ?], rien ne permet de dire si l'organisation État islamique était au courant de cette attaque[21].

Réactions[modifier | modifier le code]

Barack Obama a réagi en présentant ses condoléances aux familles des victimes et en évoquant son projet de réforme du contrôle des armes aux États-Unis, qui pourrait selon lui restreindre le nombre de tueries, « sans équivalent ailleurs dans le monde »[22]. De plus, le 6 décembre, le Président des États-Unis s’adresse à la nation américaine dans une allocution télévisée depuis le bureau ovale de la Maison Blanche.

La communauté musulmane de Californie du Sud a immédiatement condamné cette attaque, via l'association CAIR Los Angeles, qui déclare : « Nous condamnons sans réserves l’acte horrible qui s’est produit aujourd’hui »[23].

Le gouverneur de Californie, Jerry Brown, déclare : « Nos prières et nos pensées sont avec les familles des victimes et tous ceux qui ont souffert de cette attaque brutale. La Californie ne ménagera pas ses efforts pour traduire ces tueurs devant la Justice ». Et il annonce reporter la traditionnelle cérémonie d'illumination du sapin de Noël devant le Capitole de Californie[24].

Le 7 décembre, Donald Trump, candidat aux primaires du parti républicain, réagit à cette attaque en appelant à refuser l'entrée aux États-Unis aux personnes de confession musulmane [25] .

Le 8 décembre, l'Assemblée nationale française a observé une minute de silence en hommage aux 14 victimes[26].

Le 17 décembre, Disney Parks, Seaworld et Universal annoncent l'installation de détecteurs de métaux à l'entrée de leurs parcs respectifs 15 jours après la fusillade de San Bernardino[27],[28].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Andrew Blankstein et Alastair Jamieson, « San Bernardino Shooters Used Four Guns, Explosive Device: ATF », sur NBC News, (consulté le 3 décembre 2015).
  2. a et b (en) « At least 14 people dead, 14 injured in Calif mass shooting », sur CNBC, (consulté le 2 décembre 2015).
  3. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant. (en) http://bigstory.ap.org/article/38459f1fa20c4e6ab8814bd62939f27b/police-now-say-21-people-wounded-attack-california-social, sur Associated Press
  4. « EN DIRECT. Fusillade en Californie : Au moins 20 victimes… Trois suspects seraient en fuite… », sur 20minutes.fr, (consulté le 2 décembre 2015).
  5. « Californie : au moins 20 blessés dans une fusillade à San Bernardino », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  6. « La Californie sous le choc de la tuerie », sur Courrier international (consulté le 3 décembre 2015).
  7. « UPDATED: SUV Driven By San Bernardino Terrorists Had Utah License Plates », RedFlag News,‎ (lire en ligne)
  8. « At least 14 dead in California mass shooting | theSundaily », sur www.thesundaily.my (consulté le 5 décembre 2015)
  9. (en) Mark Berman, Elahe Izadi et Wesley Lowery, « Police: 14 people killed, 14 others injured in mass shooting in San Bernardino, Calif. », The Washington Post,‎ (ISSN 0190-8286, lire en ligne).
  10. (en) « San Bernardino Shooting: What Is the Inland Regional Center? », sur NBC News, (consulté le 2 décembre 2015).
  11. (en) « 14 people killed in shooting at San Bernardino social services facility », sur ABC7 Los Angeles, (consulté le 2 décembre 2015).
  12. (en) « San Bernardino, Calif., shooting leaves up to 14 dead and 14 wounded, police say », sur www.cbc.ca, (consulté le 2 décembre 2015).
  13. Julie Turkewitz et Benjamin Mueller, « Couple Kept Tight Lid on Plans for San Bernardino Shooting », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  14. (en) « Syed Farook and Tashfeen Malik: What we know about the San Bernardino shooters », The Daily Telegraph, .
  15. (en) Cliff Pinckard, « California shooting: Officials ID male, female suspects, say both dead », The Plain Dealer, (consulté le 3 décembre 2015).
  16. (en) « San Bernardino shooting suspect traveled to Saudi Arabia, was married, appeared to be living 'American Dream,' co-workers say », sur latimes.com (consulté le 3 décembre 2015).
  17. « Au moins 14 morts dans une fusillade en Californie », sur www.la-croix.com (consulté le 3 décembre 2015).
  18. RT France - Fusillade de San Bernardino en Californie : 14 morts, 17 blessés, les suspects abattus.
  19. a et b [vidéo], Californie : "Ils ont agi au nom de l'EI, mais il n'y a pas d'organisation derrière", I-Télé, 5 décembre 2015.
  20. « Tuerie de San Bernardino : l'Etat islamique attribue l'attaque à des "partisans" », sur francetv info (consulté le 5 décembre 2015)
  21. a et b L’État islamique revendique la fusillade de San Bernardino, L'Obs, 5 décembre 2015
  22. (en) « Obama calls for gun reforms in wake of San Bernardino shooting - CNNPolitics.com », sur CNN.com, (consulté le 3 décembre 2015).
  23. (en) « American Muslim Organizations Condemn San Bernardino Shooting », sur newsweek.com, (consulté le 5 décembre 2015)
  24. (en) « Factbox: Political reactions to deadly shooting in San Bernardino, California », sur Yahoo News (consulté le 3 décembre 2015).
  25. (en) « Donald Trump calls to ban all Muslims from entering US », sur http://www.theguardian.com, (consulté le 8 décembre 2015)
  26. « San Bernardino: hommage des députés français », sur Le Figaro.fr (consulté le 8 décembre 2015).
  27. (en) « Disney, SeaWorld, Universal parks announce new security measures », sur Fox News Channel, (consulté le 25 avril 2016)
  28. (en) Associated Press, « Disney, SeaWorld, Universal add Metal Detectors to Florida Theme Parks », sur The Wall Street Journal, (consulté le 25 avril 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :