Frontière entre la république populaire de Chine et le Viêt Nam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Frontière entre la république populaire de Chine et le Viêt Nam
Carte de la frontière entre la république populaire de Chine et le Viêt Nam
Carte de la frontière entre la république populaire de Chine et le Viêt Nam
Caractéristiques
Délimite Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Viêt Nam
Longueur totale 1 281 km
Historique
Création
Tracé actuel 2007

La république populaire de Chine et le Viêt Nam partagent des frontières terrestres et maritimes. La frontière terrestre mesure environ 1 300 kilomètres. Elle commence au tripoint avec le Laos, et va jusqu'au golfe du Tonkin, passant dans des régions essentiellement montagneuses habitées par des minorités ethniques[1]. Si le tracé des frontières terrestres est reconnu par des traités, celui des frontières maritime reste en suspens. Il existe en outre un contentieux sur le statut des îles Spratley et Paracel.

Tracé[modifier | modifier le code]

Le tracé a été pour l'essentiel défini par un traité signé le et entré en vigueur le . Il reprend les principes d'accords signés entre la France et la Chine en 1887 et 1895[2]. Plusieurs bornes frontières ont été érigées à partir de 2001[3]. Le tripoint Laos-Chine-Viet Nam a été marqué par une borne en 2005[4] et reconnu par un traité en 2006[5].

Commerce[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990 et 2000, le commerce entre les deux pays s'est développé. La construction d'une nouvelle route entre Kunming et Hanoi a été annoncée en 2007, et devrait s'achever en 2012.

Contentieux sur les frontières maritimes[modifier | modifier le code]

La Chine revendique l'essentiel de la Mer de Chine méridionale comme eaux territoriales, causant une dispute avec le Vietnam, comme d'autres états de la région. Ce conflit de long terme s'est retrouvé sur le devant de la scène début mai 2014, lorsque le Vietnam a cherché à s'opposer à un forage d'exploration pétrolière autorisé par la Chine dans une zone controversée[6].

Zones minées[modifier | modifier le code]

À la suite de la guerre sino-vietnamienne et des combats par intermittence dans les années 1980, les zones frontalières ont été fortement minées. Les deux parties ont entrepris des opérations de déminage au début des années 1990

Au moins 800 000 mines ont été posées par l'Armée populaire de libération dans la province du Yunnan et la région autonome Zhuang du Guangxi. Elles ont formé un total de 161 champs de mines de différentes tailles d'une superficie de 289 kilomètres carrés[7].

Des missions de déminage concernant également les munitions non explosées dont des bombes au napalm datant des batailles des années précédentes ont été lancées à quatre reprises côté chinois depuis l'amélioration des relations entre Pékin et Hanoï dans ces zones majoritairement boisées et montagneuses.

La première a eu lieu de 1992 à 1994, la seconde de 1997 à fin 1999 durant laquelle 66 500 mines antipersonnels sur une superficie de 120 kilomètres carrés ont été neutralisées en date de février 1999[8],[9], la troisième d'août 2015 à fin 2016 concernait trois équipes de 45 officiers et soldats devant nettoyer 36,8 km².

Un quatrième cycle de déminage est en cours depuis le 27 novembre 2017 et durera environ un an. Elle devra nettoyer d'ici fin 2018 plus de 38 km² de champs de mines dont 20,5 km² sur 53 sites à proximité de la frontière du Guangxi[10].

Annexes[modifier | modifier le code]

La carte du tracé en 1891.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ramses Amer, The Managemement of the Border Disputes Between China and Vietnam and its Regional Implications, European Institute for Asian Studies, octobre 2000, 19 pages. lire en ligne

The Sino-Vietnamese Approach to Managing Boundary Disputes, Maritime Briefings, International Boundaries Research Unit, University of Durham, 2002, 80 pages

  • Ramses Amer et Nguyen Hong Tao, « The Management of Vietnam’s Border Disputes:What Impact on Its Sovereignty and Regional Integration », Southeast Asia 27 n°3, 2005, p 429-452 lire en ligne
  • Pierre-Bernard Lafont (ed), Les frontières du Viêt Nam, Histoire des frontières de la péninsule indochinoise, L'Harmattan 1989, 268 pages/

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ronald Brund St John, International Boundaries Research Unit, Boundaries end territories Briefings volume 2 6, The boundaries of Indochina, 51 pages
  2. Nguyen Hong Thao, International Boundaries Research Unit THE CHINA-VIETNAM BORDER DELIMITATION TREATY OF 30 DECEMBER 1999
  3. people's daily
  4. people daily
  5. communiqué de l'ambassade de RPC en Jamaïque
  6. France 24
  7. « frontière sino-vietnamienne troisième redémarrage du déminage à grande échelle », (consulté le 5 mars 2018).
  8. « Mines antipersonnel : Déminage de la frontière entre la Chine et le Vietnam », sur L'Orient-Le Jour, (consulté le 5 mars 2018).
  9. « L'Asie et le Pacfique », sur http://archives.the-monitor.org/, (consulté le 7 février 2018).
  10. « Mission de déminage pour l'armée chinoise le long de la frontière avec le Vietnam », sur http://french.china.org.cn/, (consulté le 7 février 2018).