French Camp (Californie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir French Camp.
French Camp
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Géographie
Pays
État
Comté
Superficie
8,14 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Altitude
6 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
San Joaquin County California Incorporated and Unincorporated areas French Camp Highlighted.svg
Démographie
Population
3 376 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Densité
414,7 hab./km2 ()
Fonctionnement
Statut
Identifiants
Code postal
95231Voir et modifier les données sur Wikidata
Code FIPS
06-26028Voir et modifier les données sur Wikidata
GNIS
Indicatif téléphonique
209Voir et modifier les données sur Wikidata

French Camp est une census-designated place dans le comté de San Joaquin en Californie.

Description[modifier | modifier le code]

French Camp est un territoire formant une zone, faiblement peuplée, désignée sous le terme de Census-designated place.

Au recensement de l'an 2000, la population s'élevait à 4 109 personnes pour une superficie de 8 km2, soit 513,6 habitants au km2.

Historique[modifier | modifier le code]

French Camp doit son nom à l'histoire des trappeurs et explorateurs canadiens français qui parcouraient la région de l'Oregon et ce secteur de la Californie dans la première moitié du XIXe siècle pour chasser et capturer les fourrures pour le compte de la Compagnie de la Baie d'Hudson. Cet endroit fut le point de chute et le terminus de la « Piste de la Californie ».

En 1821, Louis Pichette fut le premier coureurs des bois canadien-français à explorer cette partie de la Californie mexicaine. Il ouvrira un des chemins de la « Piste de la Californie ». Vint ensuite Michel Laframboise, né à Varennes, Bas-Canada en 1793, qui fut le plus actif des trappeurs et négociants canadiens-français. Surnommé « Capitaine de la piste de la Californie », il sillonnait chaque année l'Oregon et la Californie avec ses compagnons en quête de peaux de loutres, de castors et d'ours. John Sutter, un homme d'affaires et chercheur d'or suisse installé en Californie, se plaignit de l'agissement des trappeurs de Michel Laframboise qui, fort d'une centaine de personnes (une soixantaine de trappeurs accompagnés de femmes et enfants), ratissaient la région en quête de castors, loutres et ours[1].

En 1832, Michel Laframboise créa ce poste de commerce et de traite du French Camp, qui devint un lieu d'échanges avec les amérindiens qui s'y rendaient, notamment lors de la grande foire annuelle, par centaines de personnes pendant parfois une semaine[2].

Jusqu'à la conquête de la Californie mexicaine par les États-Unis en 1845, ce lieu avait une dénomination espagnole : « El Rancho del Campo de Los Franceses ».

Démographie[modifier | modifier le code]

Composition de la population en % (2010)[3]
Groupe French Camp Drapeau de la Californie Californie Drapeau des États-Unis États-Unis
Blancs 49,7 57,6 72,4
Autres 27,3 17,0 6,2
Afro-Américains 12,1 6,2 12,6
Asiatiques 4,8 13,1 4,8
Métis 4,8 4,9 2,9
Amérindiens 0,9 1,0 0,9
Océaniens 0,3 0,4 0,2
Total 100 100 100
Latino-Américains 51,8 37,6 16,7

Selon l'American Community Survey pour la période 2011-2015, 49,64 % de la population âgée de plus de 5 ans déclare parler l'anglais à la maison, alors que 46,79 % déclare parler l'espagnol, 0,90 % le khmer, 0,59 % l'hindi, 0,50 % le tagalog et 1,51 % une autre langue[4].

Sources[modifier | modifier le code]

  1. « Une Californie française », sur Consulat Général de France à San Francisco (consulté le 29 décembre 2015).
  2. Jacques Bodelle, « Les Francais qui ont fait l'Amerique », sur www.sabix.org (consulté le 29 décembre 2015).
  3. (en) « Profile of General Population and Housing Characteristics: 2010 », sur factfinder.census.gov (consulté le 23 avril 2018).
  4. (en) « Language spoken at home by ability to speak English for the population 5 years and over », sur factfinder.census.gov.