Françoise Laurent-Perrigot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Françoise Laurent-Perrigot
Image dans Infobox.
Fonctions
Présidente du conseil départemental du Gard (d)
depuis
Conseillère départementale du Gard (d)
Canton de Quissac
depuis le
Sénatrice
Gard
-
Maire d'Aigremont (d)
-
Georges Maurin (d)
Claude Castanet (d)
Conseillère générale
Canton de Lédignan
-
Francis Perrigot (d)
Biographie
Naissance
(71 ans)
Nîmes (Gard)
Nom de naissance
Françoise Arlette Jacqueline Perrigot
Nationalité
Activité
Père
Francis Perrigot (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Jean-Jacques Perrigot (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Stéphanie Laurent (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique

Françoise Laurent-Perrigot, née Perrigot, est une femme politique française, née le à Nîmes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Françoise Arlette Jacqueline Perrigot (épouse Laurent)[1] est la petite-fille maternelle de Léon Castanet[2].

Elle est la fille de Francis Perrigot, conseiller général du Gard pour le canton de Lédignan jusqu'à mort en 1981[3]. Son frère, Jean-Jacques Perrigot, est directeur général adjoint des services du conseil général[4], puis directeur général du conseil départemental en 2020, tandis que son ancienne belle-sœur, sa fille Stéphanie[a], son gendre et la mère de ce dernier[5], ainsi que son neveu et sa compagne[6] travaillent aussi au sein de cette instance[7].

Elle fait ses classes à l'école de l'Oratoire, puis au lycée Montaury[8].

Après des débuts comme rédactrice principale à la mairie de Nîmes[9], elle exerce elle-même la profession de chef des services Festivités, puis Retraite du conseil général, pour devenir enfin viticultrice[2], comme son époux Jean-Claude Laurent[8],[b].

En 1981, elle succède à son père comme conseillère générale, à la faveur d'une élection partielle.

En 1985, elle est suspendue un temps du PS pour « indiscipline », ayant conservé son soutien au président du conseil général Gilbert Baumet[10]. La même année, elle est élue maire d'Aigremont, bien qu'elle réside à Savignargues[8].

En , impliquée dans l'affaire des offices départementaux[8], elle est condamnée à dix mois de prison avec sursis et 30 000 francs d'amende[11] pour emploi fictif[12], vivant alors, à l'en croire, un « épisode vraiment dur »[2]. Le , la commission permanente du conseil général du Gard décide cependant d'une remise gracieuse totale des sommes qu'elle devait[13].

Elle remporte à nouveau le canton de Lédignan en 2004, étant opposée au second tour à Marie-Line Monjiols.

Elle est élue sénatrice du département du Gard lors des élections sénatoriales du . Son suppléant est Laurent Pons, conseiller général du canton d'Alzon et maire de Vissec.

Membre du PS depuis 41 ans[14], elle en est exclue pour deux ans en à la suite de sa candidature aux élections régionales sur la liste conduite par Georges Frêche[15],[16]. Elle est cependant réintégrée dès le .

Toujours en 2010, elle démissionne de la mairie d'Aigremont au profit de son cousin germain Claude Castanet[8].

En , au second tour des élections cantonales, elle est réélue conseillère générale du canton de Lédignan avec 100 % des suffrages exprimés (hors blancs et nuls), son adversaire du premier tour Bernard Clément ayant retiré sa candidature en sa faveur.

Lors des élections sénatoriales de 2014, dans un contexte de progression de l'UMP, elle perd son siège à la Haute Assemblée.

En 2015, lors des premières élections départementales dans le Gard, elle est élue, en tandem avec Olivier Gaillard, conseillère départementale du canton de Quissac, face au duo FN composé d'Olivier Rolland et Sylvie Vignon. Le 2 avril, elle réintègre l'exécutif départemental comme vice-présidente, avec la délégation au haut débit.

Le , après la démission de Denis Bouad, elle devient la première femme présidente du conseil départemental[17].

Synthèses des mandats[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par ailleurs maire de Savignargues.
  2. Qui exerce aussi comme conseiller municipal de Savignargues.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.bodacc.fr/annonce/detail-annonce/B/20180004/00514
  2. a b et c Coralie Mollaret, « FAIT DU JOUR Françoise Laurent-Perrigot : « Je veux que le Département reste à Gauche ! » », sur objectifgard.com, (consulté le 25 octobre 2020).
  3. https://www.objectifgard.com/2020/11/01/ca-reste-entre-nous-les-indiscretions-de-la-semaine-180/
  4. http://www.eid-med.org/actualites/visites-leid-med-informe-institutionnels-et-professionnels
  5. https://www.objectifgard.com/2020/12/20/ca-reste-entre-nous-les-indiscretions-de-la-semaine-187/
  6. https://www.objectifgard.com/2020/12/13/ca-reste-entre-nous-les-indiscretions-de-la-semaine-186/
  7. https://www.objectifgard.com/2020/12/06/ca-reste-entre-nous-les-indiscretions-de-la-semaine-185/
  8. a b c d et e https://www.midilibre.fr/2020/12/13/presidente-du-departement-du-gard-francoise-laurent-perrigot-est-la-femme-de-la-situation-9254813.php
  9. Who's Who in France, 2013, p. 1327.
  10. OLIVIER CLERC., « Après le ralliement de M. Baumet au RPR l'imbroglio politique est total », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  11. « la conseillère généraledu Gard, Françoise Laurent-Perrigot condamnée à dix mois de prison », page-crime.com.
  12. Abdel Samari, « ÇA RESTE ENTRE NOUS Les indiscrétions de la semaine », sur objectifgard.com, (consulté le 25 octobre 2020).
  13. « Le conseil général du Gard sur la sellette », midilibre.fr.
  14. « PS : Ils sont exclus et pas pressés d'être réintégrés », nimes.maville.com.
  15. « Colistiers de Frêche : le PS envoie les lettres d'exclusion pour deux ans », lepoint.fr.
  16. « PS: la "mission" de réconciliation avec Frêche à l'ordre du jour du bureau national mardi », leparisien.fr.
  17. https://www.midilibre.fr/2020/11/27/elections-au-departement-francoise-laurent-perrigot-elue-presidente-du-conseil-departemental-du-gard-9224065.php

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]