François-Régis Cottin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
François-Régis Cottin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 92 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Archives conservées par
Œuvres principales

François-Régis Cottin est un architecte et urbaniste français, né le 27 mars 1920, à Lyon dans le 1er arrondissement et mort le 14 février 2013.

Il est également un historien de la topographie, de l’architecture et de la construction à Lyon, en particulier pour la période de l'Ancien Régime. Une exposition lui a été consacrée par les archives municipales de Lyon, d'octobre 2013 à janvier 2014 (commissariat scientifique de Benoît Faure-Jarrosson).

Formation[modifier | modifier le code]

Il a étudié à l'école nationale supérieure des beaux-arts de Lyon, mais également à l'école régionale d'architecture de Lyon (atelier Tony Garnier-Pierre Bourdeix) en 1939. Il devient architecte diplômé par le gouvernement en 1949. Bien plus tard, en 1975, il est diplômé des études supérieures pour la connaissance et la conservation des monuments anciens.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il devient professeur et chef d'atelier adjoint, à l'école régionale d'architecture de Lyon, avec René Gagès, entre 1950 et 1968.

Réalisations dans le domaine de l'urbanisme[modifier | modifier le code]

François-Régis Cottin est surtout connu comme architecte et urbaniste. Il conçoit le plan masse du quartier de La Duchère en 1959 avec la collaboration de Franck Grimal et de R. Coulon. Il a également élaboré le schéma directeur d'aménagement et d'urbanisme (SDAU) du Genevois français, mais aussi en 1972 le SDAU de l'Ouest lyonnais avec la collaboration de Charles Lambert.

Réalisations dans le domaine de l'architecture[modifier | modifier le code]

En architecture, il réalise en 1951, la Chapelle de la Giraudière située à Brussieu dans le Rhône. En 1954, il conçoit plusieurs maisons d'habitation du boulevard de Ceinture à Vénissieux. En 1960, il conçoit en collaboration avec Alain Chastel et Jean Prouvé[1] l'immeuble d'habitation "Les Cèdres", situé au 44 rue de la Favorite, dans le 5ème arrondissement de Lyon (dans le quartier Saint-Just). Entre 1964 et 1968, Cottin est l'architecte de l'église Notre-Dame-du-Monde-Entier ou église du Plateau, à La Duchère. Peu de temps après, il est l'architecte de la tour panoramique de La Duchère, construite en 1972. Il réalise également le château d'eau de La Duchère avec la collaboration de N. Esquillan. Enfin, il est également l'architecte de la villa Erlo, située à Écully.

Les réalisations de la cité de La Duchère ont reçu, à partir du 10 mars 2003, le label « Patrimoine du XXe siècle »[2]. Le bâtiment "Les Cèdres" obtiendra le même titre le 09 Septembre 2004[1].

Travaux inédits[modifier | modifier le code]

Il a également fait la restitution du plan de Lyon en 1750 avec Francisque Loizy entre 1977 et 1987.

Sociétés savantes[modifier | modifier le code]

Cottin a été membre de plusieurs institutions lyonnaises. En 1976, il est membre titulaire de l'académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon (classe des Lettres et Arts ; section Histoire, Géographie, Archéologie). Il a également été membre de la Société historique, archéologique et littéraire de Lyon à partir de 1955 jusqu'à sa mort, avant d'en devenir président entre 1974 et 1976. Enfin, il fut archiviste conservateur de la société académique d'architecture de Lyon entre 1975 et 2013.

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Philippe Dufieux (dir.), François-Régis Cottin (1920-2013). L'architecte-historien, Lyon, Société d'histoire de Lyon, 2013, 470 p. (recueil d'articles publiés entre 1972 et 2011 augmenté d'une étude inédite).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Bruyère, "Les hommes du plan à Lyon : notes prosopographiques", dans Forma urbis : les plans généraux de Lyon, XVIe-XXe siècles, Lyon, Archives municipales, 1997 (Les dossiers des Archives municipales ; 10) ; 2e éd. revue, corrigée et augmentée sur le site Internet [1] (1999), ad voc.
  • Société académique d’Architecture de Lyon, La Duchère, bulletin no 17-18, octobre 2009.
  • Jacques Rey (avec la collab. de Marie-Noëlle Gillet), "L'impact discret d'un maître disparu...", Bloc-Notes, no 323, juillet-août 2013, p. 16-17, [4] ill.
  • Société académique d’Architecture de Lyon, François-Régis Cottin, bulletin no 20-21, octobre 2013.
  • Philippe Dufieux, « Le compas et la plume », (préface), François-Régis Cottin (1920-2013). L'architecte-historien, Lyon, Société d'histoire de Lyon, 2013, p. 7-16.
  • Philippe Dufieux, « Pisé et béton à l'heure de la modernité : Un prieuré pour les missionnaires des campagnes en Dombes par François-Régis Cottin », 2e congrès francophone d'histoire de la construction, Vaulx-en-Velin (ENSAL-LAF / Université Lyon 2 / LARHRA) (à paraître)

Références[modifier | modifier le code]