Frédéric Pons (journaliste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frédéric Pons et Pons.
Frédéric Pons
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (63 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinctions

Frédéric Pons, né en 1954, est un journaliste et ancien militaire français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille originaire de Gascogne (Val d'Adour, Madiran, Armagnac), Frédéric Jacques François Pons poursuit ses études secondaires à Saint-Pé-de-Bigorre, puis à Bordeaux. Il obtient en 1974 une licence d'histoire-géographie à l'Université Cheikh-Anta-Diop de Dakar, au Sénégal. Frédéric Pons est également titulaire d'une maîtrise en histoire obtenue à l'Université Panthéon-Sorbonne en 1977[1].

Il s'engage au sein du 8e régiment parachutiste d'infanterie de marine et sert comme casque bleu au Liban. Il fait toujours partie du Club des Chefs de section Paras au feu. Il est ainsi titulaire d’une campagne au sein de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (Finul) et de plusieurs décorations militaires.

Frédéric Pons devient ensuite journaliste professionnel et réalise de grands reportages en freelance en Afrique et au Moyen-Orient.

En 1982, il devient journaliste à Valeurs actuelles, aux rubriques « Défense », « Agriculture » et « Europe ». En 1989, il en devient le rédacteur en chef « Société ». Frédéric Pons est alors également journaliste au Spectacle du Monde puis devient rédacteur en chef du service « Monde » et « Défense » de Valeurs actuelles en 1999. Il est également président de l'Association des journalistes de la Défense (AJD) entre 2002 et 2010.

Aujourd'hui colonel de réserve dans les parachutistes des troupes de marine, il enseigne au Collège interarmées de défense (CID), à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr et au Centre de formation interarmées au renseignement à Strasbourg[2].

En 1996, il a reçu le prix littéraire de l'armée de terre - Erwan Bergot pour son livre Les Français à Sarajevo[3]. Frédéric Pons fait désormais partie du jury décernant ce prix[4]. Il est également nommé vice-président de l’Association des écrivains combattants.

En 2004, il est auditeur de la 54e session de l'Institut des hautes études de la Défense nationale.

Début 2016, après son rachat par Étienne Mougeotte, Charles Villeneuve et Iskandar Safa, il quitte Valeurs actuelles[5]. Il collabore à la revue Conflits et devient par la suite directeur des rédactions de la revue Géopolitique africaine[6].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Académie des sciences d'outre-mer[modifier | modifier le code]

Frédéric Pons est élu membre titulaire (5e section) de l'Académie des sciences d'outre-mer le .

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Action humanitaire et politique internationale : Politique et morale (avec Alain-Gérard Slama et Jean-Marc Varaut), CASE, 1993
  • Les Paras sacrifiés, Beyrouth, 1983-1984, Presses de la Cité, 1994
  • Les Français à Sarajevo : les bataillons piégés, 1992 - 1995, Presses de la Cité, 1996, Prix littéraire de l'armée de terre - Erwan Bergot en 1996
  • Les Troupeaux du diable, Presses de la Cité, 1999
  • Les Casques bleus français : 50 ans au service de la paix dans le monde, Italiques, 2002
  • Les Soleils de l'Adour, Presses de la Cité, 2003
  • Pièges à Bagdad, Presses de la Cité, 2004
  • Passeurs de nuit, Presses de la Cité, 2006
  • Israël en état de choc, Presses de la Cité, 2007
  • La République des militaires (avec Jean-Dominique Merchet), Jacob-Duvernet, 2007
  • Mourir pour le Liban, Presses de la Cité, 2007
  • Anne-Lorraine, un dimanche dans le RER D (avec Emmanuelle Dancourt), Presses de la Cité, 2008 (ISBN 978-2-85443-532-0)
  • Paras de choc au combat, Presses de la Cité, 2009
  • Opérations extérieures - Les volontaires du 8e RPIMa, Liban 1978-Afghanistan 2009, Presses de la Cité, 2009
  • Algérie, le vrai état des lieux, Calmann-Lévy, 2013
  • Poutine. Au cœur des secrets de la Russie moderne, Calmann-Lévy, 2014
  • Le martyre des Chrétiens d'Orient, Calmann-Lévy, 2017

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Esthétique et politique : les intellectuels fascistes français et le cinéma : Rebatet, Brasillach, Bardèche, 1930-1945, mémoire de maîtrise, Université Paris-I, 1977.
  2. « Frédéric PONS », sur www.academieoutremer.fr (consulté le 11 septembre 2017)
  3. « Prix littéraire de l'armée de terre - Erwan Bergot », sur Library Thing (consulté le 30 décembre 2015)
  4. « Prix littéraire de l'armée de Terre - Erwan Bergot : le jury », sur defense.gouv.fr (consulté le 30 décembre 2015)
  5. Jérôme Lefilliâtre, « Valeurs actuelles » : dans la rédac des ultraréacs », sur liberation.fr, .
  6. « Frédéric Pons, une figure du journalisme de défense, quitte le bord... de Valeurs actuelles », L'Opinion,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]