Forges de Lanouée (monument historique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Forges de Lanouée)
Forges de Lanouée
Présentation
Type
Construction
Patrimonialité
Logo monument historique Inscrit MH (2003, haut-fourneau)[2]
Logo monument historique Inscrit MH (2007, château)[1]
Localisation
Pays
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Localisation sur la carte du Morbihan
voir sur la carte du Morbihan

Les forges de Lanouée sont une ancienne forge située sur l'ancienne commune des Forges (commune nouvelle de Forges de Lanouée, dans le département du Morbihan, en France)[2].

Localisation[modifier | modifier le code]

Les forges sont situées en bordure du Lié, à l'ouest du bourg des Forges.

Description[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

La forge est construite en 1762 par le duc de Rohan, à la suite d'une autorisation du roi Louis XV par lettres patentes du , et lui appartient jusqu'en 1802, date à laquelle elle est vendue au baron Louis Henri de Janzé[Note 1] (également acquéreur des forges des Salles). La forge ferme en 1864 mais le haut fourneau reste actif jusqu'en 1885[3].

« Les forges de la Nouée (Lanouée), créées en 1762, occupaient 90 mineurs, 80 bûcherons, 50 forgerons. La production d'une gueuse de fonte du poids de 2 000 livres exigeait 4 500 livres de minerai, 2 070 de charbon de bois et 450 de castine. (...) Les Forges de la Nouée (Lanouée) comportaient d'immenses bâtiments qui ont été construits pour servir d'ateliers à mouler, forer et tourner les canons que l'on comptait y faire. Le minerai se tirait de deux à trois lieues à la ronde (...). Les deux hauts fourneaux de la Nouée étaient alternativement mis à feu et produisaient chaque année : 1 500 milliers de fonte (7 500 quintaux) desquels il se moulait 300 milliers (1 500 quintaux) en bombes et en boulets pour Brest. Les 1 200 milliers restants (4 000 quintaux) étaient convertis en fer et rendaient, malgré sa qualité médiocre, environ 800 milliers de métal fabriqué (4 000 quintaux). (...) Les canons que l'on a voulu faire à la Nouée n'ont pas réussi à cause de la fonte blanche que cette usine fabriquait en grande quantité, mélangée à la fonte grise, les forets ne pénétraient pas ou avec peine (...) »[4].

Les Forges sont achetées en 1802 par le baron Louis de Janzé, qui en était alors le régisseur. En 1825 et à nouveau en 1839 le comte de Janzé, alors propriétaire des Forges, demande une réduction de son revenu imposable et donc des impôts qu'il doit payer à la commune de Lanouée[5].

La baronne de Janzé[Note 2], ruinée, vendit à son tour le château des Forges de Lanouée en 1925 à M. Lebreton, entrepreneur au port de Lorient, qui le légua à sa fille, épouse de M. Renault, industriel à Angers ; leur fille, épouse du commandant Levesque, mort en 1945, en fut ensuite propriétaire[6].

Le haut-fourneau est inscrit au titre des monuments historiques en 2003[2]. Le Château des forges de Lanouée (comprenant les bâtiments, jardins et bassins) est inscrit au titre des monuments historiques en 2007[1].

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Ressource relative à l'architectureVoir et modifier les données sur Wikidata :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Sütterlin, La Grande Forge, 1981.

Notes et Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Louis de Janzé, né le à Rennes, décédé le à Ivry-sur-Seine, baron puis comte de Janzé, avocat au Parlement de Bretagne, puis maître de forges ; il a notamment acheté les Forges des Salles et celles de Lanouée.
  2. Marguerite de Janzé, née le à Paris, fille de Charles Alfred de Janzé, décédée le à Neuilly-sur-Seine.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Château des Forges de Lanouée », notice no PA56000065, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. a b et c « Forges de Lanouée », notice no PA56000056, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. La grande forge, p. 84
  4. Léon Puzenat, La sidérurgie armoricaine, (lire en ligne), pages 60 à 62.
  5. Louis-Antoine Macarel, Recueil des arrêts du Conseil, ou ordonnances royales, rendues en Conseil d'État sur toutes les matières du contentieux de l'administration : 6 septembre 1825. Dejanzé contre la commune de Lanouée, (lire en ligne), pages 557-558 et Louis-Antoine Macarel, Recueil des arrêts du Conseil, ou ordonnances royales, rendues en Conseil d'État sur toutes les matières du contentieux de l'administration : Le comte de Janzé contre la commune de Lanouée, (lire en ligne), pages 83 et 84.
  6. « Papiers de la famille Levesque et fonds des forges de Lanouée », sur FranceArchives (consulté le ).