Louis-Marie-Bretagne de Rohan-Chabot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louis-Marie-Bretagne de Rohan-Chabot
Rohan inf 1734.png
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
NiceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Famille
Père
Mère
Françoise de Roquelaure (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Louis Marie Bretagne Dominique de Rohan-Chabot, duc de Rohan, de Roquelaure et du Lude, était un aristocrate français né le à Paris et décédé le à Nice.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Marie Bretagne Dominique de Rohan-Chabot se marie en 1735 avec Olympe de Châtillon (1719-1753), fille unique du duc de Châtillon, gouverneur du Dauphin. Il épousa en secondes noces en 1758 Charlotte de Crussol d'Uzès (1732-1791) qui, fille de Charles-Emmanuel de Crussol, duc d'Uzès, sera l'amie de Marie-Thérèse de La Ferté-Imbault[1].

Il eut, de son premier mariage :

  • Marie-Rosalie de Rohan-Chabot (née en 1741 et morte jeune)
  • Catherine-Sophie de Rohan-Chabot (Mademoiselle de Rohan) ( - )
  • Louis-Bretagne-Charles de Rohan-Chabot ( - )

Lieutenant général des armées du roi, il fut confirmé, ainsi que sa descendance, par Louis XV dans son droit à être traité de "cousin du roi".

Il fut peut-être le plus populaire des seigneurs de Blain[réf. nécessaire]. Atteint dans son prestige par l'affaire du collier de la reine, attristé de la ruine d'un Rohan, Jules-Hercule-Mériadec de Rohan, prince de Guéméné, qui par ses prodigalités avait fait une faillite de 33 millions, il s'était retiré sur son domaine. Il mourut en exil à Nice en 1791, âgé de 81 ans et ayant perdu tous ses enfants. Son héritier fut son cousin Louis-Antoine de Rohan-Chabot.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Écartelé : de gueules à neuf macles d'or, posées 3, 3, 3 (qui est de Rohan), et d'or à trois chabots de gueules, 2 et 1 (qui est de Chabot).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Didier Masseau, « La marquise de La Ferté-Imbault, reine antiphilosophe des Lanturelus », dans ouvrage collectif sous la direction de Pierre Popovic et Erik Vigneault, Les dérèglements de l'art, Presses de l'Université de Montréal, 2001, pp. 35-50;

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Christophe Levantal, Ducs et pairs et duchés-pairies laïques à l'époque moderne : (1519-1790), Paris 1996, p 882-883

Articles connexes[modifier | modifier le code]