Fata Morgana (Efteling)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fata Morgana.

Fata Morgana
Sa façade et ses coupoles or et azur
Sa façade et ses coupoles or et azur
Autre(s) nom(s) La Cité Interdite
Localisation
Parc Efteling
Zone Anderrijk
Royaume de l'Étrange
Lieu Kaatsheuvel, Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Coordonnées 51° 38′ 49″ nord, 5° 02′ 44″ est
Ouverture 1986
Données techniques
Constructeur(s) Intamin AG
Concepteur(s) Ton van de Ven
Coût 11,3 millions 
Type Barque scénique
Modèle Tow boat ride
Longueur 290 m
Vitesse 2 km/h
Durée du tour 8 minutes
Site web www.efteling.com

Fata Morgana est un parcours scénique du parc d'attractions néerlandais Efteling.

Présentation[modifier | modifier le code]

« Fata Morgana » est un des premiers parcours scénique modernes du Benelux. Cette attraction de type barque scénique conçue par Ton van de Ven ouvrit ses portes en 1986. Ton van de Ven est un grand créatif du parc. Il a conçu entre autres Piraña, le Vol de Rêve, Villa Volta, l'Oiseau Roc, le Peuple des Lavanors, le Château Hanté, la Pagode, De Halve Maen[1].

L'attraction, surnommée « Cité Interdite », propose aux visiteurs un voyage dans un conte à l'intérieur d'un palais oriental digne des Mille et Une Nuits. Sa façade colorée avec ses minarets et ses coupoles se reflète dans le lac Vonderplas (ou « Étang merveilleux » en français).

« Fata Morgana » est situé dans la section Anderrijk du parc. Appelé en français « Royaume Alternatif » ou encore « Royaume de l'Étrange », il occupe la partie méridionale du parc. Cette partie est celle des mondes parallèles et mystérieux.

Le public entre tout d'abord par la place de « Fata Morgana ». Celle-ci est garnie d'une fontaine mais aussi d'un point de restauration[2], l'Oase (« Oasis » en français) et même de toilettes. Après être passés par la file d'attente, les passagers prennent place dans des barques et découvrent quatorze scènes exaltantes et aventureuses[3]. Un seul bateau est présent à la fois dans chacun des tableaux.

Certains ingrédients qui font que cette attraction est si particulière sont les scènes extrêmement détaillées, en grande partie garnies d'objets et de décorations en provenance du Maroc. En moyenne, les décors montent à six mètres de haut et couvrent une longueur de 980 mètres[4]. L'utilisation du feu et de senteurs le long du trajet renforce l'ambiance authentique. Les bambous et palmiers ont voyagé des Philippines dans deux containers[5]. Les animatroniques furent quant à eux habillés par la styliste belge Jeanine Lambrechts[3]. Les rochers de l'attraction sont en fait des surmoulages de véritables rochers, fabriqués par la firme allemande Böhm. Cette firme a également fourni tous les animaux. Le système de transport élaboré par le constructeur suisse Intamin[4]est le modèle Tow boat ride. Les « Gondolettas » ont été aussi construites par cette société, elles furent même un essai pour apprécier ce système avant de construire « Fata Morgana ». Intamin AG a également fabriqué la Pagode, Piraña, le Bobbaan, De Halve Maen, et Pegasus dans le parc.

L'attraction possède sa propre boutique nommée le Bazaar, celle-ci est située à la sortie de « Fata Morgana ». Elle s'agrandit en 1995. Cette même année, le complexe événementiel de « Fata Morgana » ouvre ses portes[4]. Sur 758 m2, différents événements professionnels sont organisés pour 550 personnes maximum. Un pavillon oriental peut être ajouté pour augmenter la capacité à 750 personnes. En dehors des heures d'ouverture du parc, il est également possible de réserver en exclusivité l'attraction[6]. Le palais de Fata Morgana est le site événementiel le plus fréquenté à Efteling[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

« Fata Morgana » de nuit.

L'ouverture de l'attraction est prévue en 1984, puis est projetée pour 1985. La complexité des animatroniques est une des causes de ce retard. La construction démarre finalement en 1985. Elle ouvre en 1986 après cinq années de recherches, d'essais et de développements. Pour tous les objets de décoration, une équipe se rend sur les marchés marocains et en remplit deux voitures de fret. Le lieu initialement prévu pour la Cité Interdite est l'île du Siervijver (ou « Lac Ornemental » en français) dont l'accès aurait été rendu possible par une grotte[8].

L'origine de son nom s'explique car « Fata Morgana » désigne aussi un phénomène optique qui résulte d'une combinaison de mirages. Et ceci est à mettre en parallèle avec la silhouette du bâtiment qui se reflète dans les eaux du lac voisin. Le nom original de l’attraction Fata Medina est changé en « Fata Morgana » pour éviter toute confusion avec la cité islamique Médine[5]. Bien que le nom de travail officiel de l'attraction est « le conte des 1001 nuits », on la désignait encore par l'appellation Fata Medina et elle est aussi rapidement surnommée par le personnel « Show arabe »[9]. Le nom officiel est seulement choisi l'avant-dernière année, après la tenue de plusieurs discussions parmi les membres du personnel.

Attraction[modifier | modifier le code]

Thème[modifier | modifier le code]

Une portion de la scène du marché

Le thème de « Fata Morgana » est Les contes des Mille et Une Nuits[5]. Après les ouvertures successives de neuf attractions s'éloignant de l'univers des contes pour diversifier le parc[10], Efteling revient vers ce thème qui a aussi fait son succès.

Il faut noter que ce thème est original dans une attraction de style barque scénique aventureuse. En effet, depuis que Disney a associé ce type d'attraction et l'univers des pirates dans Pirates of the Caribbean en 1967, de très nombreux parcs ont copié cette attraction dans des versions plus ou moins élaborées. Non seulement on retrouve cette attraction dans quatre parcs Disney mais aussi les copies d'Europa Park (piraten in Batavia), de Gardaland (I corsari), de Bellewaerde (Los Piratas), de Drayton Manor (Pirate adventure), de Legoland Billund (Piratenboote), de Morey's Piers (Pirates of wildwood).

À son tour Efteling se verra copié par Walibi. Selon diverses interprétations dont celle d'Efteling, Le Palais d'Ali Baba de Walibi est une copie de Fata Morgana. Le projet de Fata Morgana naît en 1981[11] pour une ouverture en 1986.

Lors de la visite du Palais d'Ali Baba en 1985, Efteling découvre divers éléments dont deux tableaux évoquant des dessins de Ton van de Ven[N 1]. Il s'agit de la scène d'ouverture et de la scène finale à Wavre[N 2]. Des rumeurs d'espionnage commercial sont évoquées. Plus tard, il semble qu'un membre du personnel d'Efteling en est la cause et sera licencié[12]. Efteling déclare dans une interview au printemps 1986 à propos la copie : « Naturellement que ce n'est pas bien, mais Fata Morgana est de toute façon beaucoup plus grande et est bien plus coûteuse »[13]. Bien que très appréciée, l'attraction de Walibi rencontre moins de succès que celle d'Efteling. Presque trente ans plus tard, Dominique Fallon nie les faits : « Déjà lors d'une réunion en 1983, nous avions décidé : nous offrons des sensations, mais il manque quelque chose de l'ordre de l'imaginaire. Nous en sommes donc venus aux Mille et Une Nuits. »[14].

Parcours[modifier | modifier le code]

La place de « Fata Morgana ».
  • Prélude : la jungle et le magicien : Le voyage commence comme une expédition dans la forêt vierge. Dans le lointain, les passagers aperçoivent une ville pendant que des serpents sifflent au-dessus de leur tête dans les arbres. Ensuite, un magicien oriental montre aux visiteurs le passage secret pour pénétrer la Cité Interdite.
  • Le quartier pauvre : Ce tableau représente les faubourgs de la ville avec des quémandeurs qui mendient quelques pièces, des habitants criant à la fenêtre et un paysan qui pousse son âne à traverser un pont sans voir que celui-ci est détruit.
  • Les deux scènes du marché : L'odeur de fruit frais se fait sentir et des commerçants vendent des tapis volants. Un chirurgien - arracheur de dents fait souffrir un patient pendant que divers marchands essaient de vendre toute sorte de babioles au passant. Le visiteur reçoit alors des avertissements : la Cité Interdite est dangereuse, il est temps de faire demi-tour.
  • Le tunnel sombre des crocodiles : La nuit est tombée, deux crocodiles essaient d'attraper les passagers dans les bas-fonds de la ville.
  • Le portail : La herse se ferme derrière le bateau, il est trop tard pour faire demi-tour.
  • La prison : Devant la prison, les gardiens armés admirent une danseuse du ventre. Un vautour est perché sur un prisonnier.
  • La salle de torture : Après être passés devant des scènes de tortures, les embarcations suivent le chemin indiqué par le magicien oriental à travers l'ouverture d'un rocher.
  • Le port : Dans le port commercial, des bateaux sont à quai. Le palais du Pacha se rapproche. Les tigres qui gardent le palais sont difficilement retenu par leur maître, ils essayent d'atteindre l'embarcation.
  • Le harem : Les concubines et favorites du pacha sont rassemenblées dans ce harem alors que Shéhérazade, dans son boudoir, conte les mille et une nuits.
  • La salle du trône : C'est alors que les rideaux s'ouvrent et les passagers entrent dans la salle du trône présidée par le Pacha. Plus de quarante invités discutent, interagissent, fument le narguilé lors de cette fête pendant qu'un orchestre divertit l'assemblée. Les danseuses du ventre font preuve d'agilité pour les yeux gourmands du Pacha.
  • La salle du trésor : L'arrivée du visiteur face au trésor signifie le déclin de la Cité Interdite. C'est alors que le bateau s'approche du djinn géant ayant un regard sombre pour ses passagers[15]. Ceux-ci croiseront une dernière fois le magicien oriental.
  • La tempête : Après la tempête sur une eau sombre, s'ouvrent les portes d'un temple. L'embarcation semble basculer, le portique en forme de tête d'animal lancent des rayons de ses yeux dans l'eau frémissante.
  • Épilogue : la jungle : Les visiteurs pénètrent de nouveau dans une forêt vierge et c'est de cette façon que se termine le voyage[16],[8].

Données techniques[modifier | modifier le code]

Une portion de la scène du port
  • Longueur : 290 m
  • Vitesse : 2 km/h
  • Quantité d'eau : 2 500 m3
  • Profondeur du canal : 1,20 m
  • Budget prévu : 8,1 millions d'euros (18 millions de florins)
  • Coût final : 11,3 millions d'euros (25 millions de florins)
  • Nombre d'animatroniques : 130
  • Nombre de costumes : 350
  • Nombre d'enceintes audio : + de 150
  • Nombre d'effets : 60
  • Durée : 8 minutes
  • Nombre de bateaux : 14
  • Capacité par bateau : 16 à 20 personnes
  • Capacité : 1 800 personnes par heure
  • Superficie : 4 500 m2
  • Dimension du bâtiment : 90 m × 50 m
  • Hauteur du minaret : 25 m
  • Nombre de coupoles : 15[3]

Musique[modifier | modifier le code]

La musique de l'attraction a été spécialement composée par Ruud Bos[16], qui a également signé les bandes son de Droomvlucht, de l'Oiseau Roc, de Carnaval Festival et de la Villa Volta. Le musicien travailla à partir de maquettes et d'illustrations de « Fata Morgana ». Cinq différents morceaux de musique varient en fonction de la scène représentée. Ils sont les suivants : Le Port, Prisons d'orient, le Harem, la Jungle et la Place du marché.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

« Fata Morgana » devant le lac Vonderplas.
  • En 1988, un album de Bob et Bobette nommé Fata Morgana sortit. L'action se déroule dans la Cité Interdite et dans Efteling. Il n'est disponible qu'en néerlandais[16].
  • Un brevet a été déposé par Efteling le lors de la conception de l'attraction. Ce brevet est relatif à la technique employée pour mouvoir les animatroniques. Celle-ci pourrait s'expliquer grossièrement de la manière suivante : actionner de grandes roues en bois à l'étage sous les scènes[17].
  • Dans la chambre du trésor, celui-ci est constitué par énormément d'anciens ducats d'Efteling provenant de l'âne du conte La petite table, l'âne et le bâton[18].
  • Toutes les voix des figurants ont été enregistrées par d'anciens collaborateurs du parc et de leurs enfants.
  • La file d'attente fut couverte en 1993[3].
  • À l'entrée de l'attraction, le visiteur est mis en garde contre les vols à la tire.
  • Les observateurs auront remarqué pourquoi le garde qui leur tire dessus les manque par deux fois : il louche.
  • À certains endroits, des coussins blancs se trouvent sous l'eau. En cas d'évacuation, ceux-ci sont gonflés et paraissent à la surface de l'eau pour que les visiteurs rejoignent la terre ferme au sec.
  • Lorsque l'on passe le long de la façade de l'attraction grâce au sentier de promenade, il est possible d'entendre les voix des animatroniques et la musique de différentes scènes.
  • En 2004, l'attraction subit une grande mise à jour du système de pilotage ainsi que du système d'évacuation.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sur un total de huit tableaux, les deux tableaux représentent donc ¼ de l'attraction.
  2. La salle du trône de Walibi serait inspirée de La salle du trône à Efteling et Le Marché oriental à Walibi serait inspiré par Les deux scènes du marché à Efteling.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (fr) Efteling.com - La page de l'attraction sur le site officiel
  • (nl) vijfzintuigen.nl - La page de l'attraction sur un site spécialisé
  • (nl) WWCW.org - La page de l'attraction. Dossier très complet
  • (nl) vdvrande.nl - La page de l'attraction sur un site spécialisé