Fata Morgana (optique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Une fata Morgana aperçue en 2005 sur la côte norvégienne.
Fata Morgana de la presqu’île de Quiberon (Morbihan, France) depuis la plage de Gavres (distance 20 km).

Une fata Morgana est un phénomène optique qui résulte d'une combinaison de mirages (perturbations des rayons lumineux au passage à travers un gradient thermique dans l'atmosphère).

Les fata Morgana sont assez rares mais ont lieu plus couramment dans certaines régions, notamment dans le golfe de Botnie, dans la mer Baltique, dans la baie de la Table (Le Cap, Afrique du Sud), dans la baie des Chaleurs (provinces du Nouveau-Brunswick et du Québec, Canada) et dans les régions polaires, mais aussi dans le détroit de Messine et sur le continent depuis l'île de Ré.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

C'est au Moyen Âge que ce phénomène a été rapporté pour la première fois, par des croisés qui, naviguant dans la mer Méditerranée, affirmaient avoir aperçu de fantastiques châteaux se refléter dans la brume près du détroit de Messine (entre l'Italie et la Sicile). Ils attribuèrent ce phénomène à la fée Morgane (d'où le nom italien de fata Morgana, « fée Morgane » en français, adopté par la suite)[1], qui, d'après la légende arthurienne, avait le pouvoir d'élever des palais au-dessus des flots et d'agir sur le vent.

En 1818, ce mirage a coûté à John Ross sa carrière et sa réputation. En effet, alors qu'il se trouvait dans le détroit de Lancaster, il renonce à poursuivre sa recherche du passage du Nord-Ouest, convaincu que des montagnes lui barrent le chemin vers l'ouest. Un an plus tard, son second, Edward Parry, devenu capitaine, prouvera que ce n'était qu'un mirage en dépassant cette longitude[2].

Fata Morgana de la presqu'île de Quiberon.

Explication physique[modifier | modifier le code]

Schématisation du principe du mirage.

Des conditions particulières sont nécessaires pour qu'une fata Morgana soit perceptible : il faut que des couches d'air chaud et des couches d'air froid se superposent, entraînant une succession de mirages supérieurs et de mirages inférieurs. Les images qui parviennent à l'œil de l'observateur sont ainsi amplifiées et déformées de manière spectaculaire, et celui-ci peut alors apercevoir des objets illusoires, objets ou paysages situés sur l'horizon, voire plus loin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Réfractions extraordinaires connues sous le nom de fata Morgana », sur gloubik.info, (consulté le 25 mars 2021).
  2. « Biographie. Ross, sir John, volume VIII (1851-1860). Dictionnaire biographique du Canada », sur biographi.ca, (consulté le 25 mars 2021).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Delbecque, « Réfractions extraordinaires connues sous le nom de fata Morgana », La Nature. Revue des sciences et de leurs applications aux arts et à l'industrie, part. 1, éd. G. Masson, no 1237, 13 février 1897. [1]
  • Sébastien Lamy-Au-Rousseau, « Le mirage. Source d'illusions et révélateur de terres inconnues », Découverte, no 291,‎ .

Articles connexes[modifier | modifier le code]