Fantôme à vendre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fantôme à vendre
Titre original The Ghost Goes West
Réalisation René Clair
Scénario Geoffrey Kerr
René Clair
Robert E. Sherwood
d'après Eric Keown
Acteurs principaux
Sociétés de production London Film Productions
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Comédie
Fantastique
Durée 95 minutes
Sortie 1935

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Fantôme à vendre (The Ghost Goes West) est un film britannique réalisé par René Clair, sorti en 1935.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film commence en 1746 peu avant la bataillle de Culloden , où les clans écossais semblent tout aussi désireux de régler par les armes leurs querelles ancestrales que d'en découdre avec les mercenaires hanovriens et les troupes régulières du Roi d'Angleterre sous les ordres du duc de Cumberland.

Pour ce qui est du clan Glourie, tout ne va pas pour le mieux: Le patriarche (Morton Selten) est un vieillard au bord de la tombe et son fils, Murdoch Glourie (Robert Donat, en habit de tartan, portant le kilt et la Claymore au côté) n'a guère d'attirance pour le combat et préfère courtiser les bergères (qu'il entreprend invariablement avec la devinette: "Quelle est la différence entre un chardon dans les bruyères et un baiser dans l'obscurité?").

Pressé par son père, qui l'enjoint de régler leur compte aux membres du clan honni des Mac Laggen avant de mourir en dégustant un verre de Whisky, il finit cependant par prendre la direction du champ de bataille....mais il n'y trouvera pas une mort glorieuse. Alors qu'il est repris par ses penchants de Casanova en kilt, il est surpris et pourchassé par trois Mac Laggen, se cache derrière un tonneau de poudre et est victime de ce que les anglais appellent "Friendly Fire", un tir "amical" d'un artilleur écossais particulièrement maladroit qui l'expédie ad Patres.

Furieux, son père lui jette une malédiction: Murdoch Glourie est condamné à hanter le château ancestral jusqu'à ce qu'il puisse s'emparer d'un membre du clan Mac Laggen et l'obliger à confesser qu'un seul Glourie est plus valeureux que quinze Mac Laggen réunis.

Presque deux cent ans plus tard, la situation n'a guère changé, sauf que le château menace ruine et que Donald Glourie (toujours Robert Donat, mais en complet veston) , dernier héritier, couvert de dettes, cherche à vendre le château (et son fantôme résident avec). Débarque alors Peggy Martin une ravissante héritière (Jean Parker) au volant d'une décapotable kilométrale.

Elle s'entiche de l'endroit et convainc son père, richissime entrepreneur passionné de vieilles pierres, d'acheter le château, tout en entamant un flirt avec Donald Glourie .

C'est en pièces détachées que le bâtiment est transporté en Floride, dans la cale d'un paquebot transatlantique puis remonté pierre à pierre sous le soleil de Miami. Petit hic : le château en question est toujours hanté par le fantôme de Murdoch, qui a fait le voyage en même temps que les pierres.

À partir de là, deux intrigues se croisent, avec des quiproquos résultant de la ressemblance entre Donald et Murdoch le fantôme. Papa Martin, très nouveau riche, et très fier de son château, se vante un peu vite auprès de la presse des apparitions du fantôme tandis qu'un milliardaire rival (qui se trouve comme par hasard être un lointain descendant des Mac Laggen) le tourne en dérision, pour sa plus grande fureur.

Bien entendu, tout finira bien , non sans que Donald ait posé à Peggy la devinette récurrente sur le le chardon dans la bruyère et le baiser dans l'obscurité ...dont le spectateur n'aura pas le fin mot.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Et, parmi les acteurs non crédités :

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Le film a fait partie de la sélection pour la Coupe Mussolini en 1936, mais n'a pas obtenu le prix.

Autour du film[modifier | modifier le code]

Le film a été tourné aux Denham Film Studios dans le Buckinghamshire près de Londres, alors en construction[1].

Le démontage de bâtiments patrimoniaux et leur reconstruction pierre à pierre outre-Atlantique après achat par un milliardaire américain faisait débat dans l'Europe de l' entre-deux-guerres, certains y voyaient un scandale patrimonial, d'autres un moyen de sauvegarder des bâtiments anciens promis à la ruine. Même si le phénomène n'a eu qu'une ampleur finalement assez limitée, tout le monde a en tête l'exemple du monastère espagnol de San Simeon acheté par William Randolph Hearst et reconstruit en Californie (le Xanadu du film Citizen Kane).

Bizarrement, alors que le transport du château est supposé se faire à bord d'un navire britannique, c'est la silhouette reconnaissable entre toutes du paquebot français Normandie (en maquette), avec son étrave à guibre et ses trois cheminées profilées, qui apparaît à l'écran pour les vues extérieures.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]