Famille de Ligniville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Image représentant deux personnes Cette page explique l’histoire ou répertorie les différents membres de la famille de Ligniville.
Maison de Ligniville
Armes de la famille.
Armes de la famille : Maison de Ligniville

Blasonnement Losangé d’or et de sable
Branches Ligniville
Tuméjus
Houécourt
Vannes
Autricourt
Période XIe siècle - XXIe siècle
Pays ou province d’origine Drapeau de la Lorraine Duché de Lorraine
Allégeance Drapeau de la Lorraine Duché de Lorraine
Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique
Royaume de France Royaume de France
Drapeau de l'Empire français Empire français
Demeures Lignéville, Tuméjus, Vannes-le-Châtel, Houécourt, Autricourt etc.
Charges bailli, prévôt, conseiller, veneur, Chambellan
Fonctions militaires Chevalerie, commandement, gouvernement
Fonctions ecclésiastiques Chanoinat, abbatiat
Récompenses civiles Ordre du Croissant, Ordre de Saint-Michel, Ordre du Saint-Esprit, Ordre national de la Légion d’honneur
Preuves de noblesse
Admis aux honneurs de la Cour Chevaux de Lorraine, honneurs de la Cour, comte du Saint-Empire


La famille de Ligniville est une des illustres maisons nobles d’extraction chevaleresque de Lorraine. Elle fut jadis reconnue parmi les Chevaux de Lorraine, et figure toujours parmi les familles nobles subsistantes[1],[2]. Ses membres s’illustrèrent en occupant de hautes fonctions civiles, militaires et ecclésiastiques, au sein du duché de Lorraine, du royaume de France et du Saint-Empire[3].

Origines de la famille[modifier | modifier le code]

La famille de Ligniville est originaire de Lorraine, et plus précisément de Rosières-aux-Salines, dans l’actuel département de Meurthe-et-Moselle, qu’elle possède jusqu’au milieu du XIIIe siècle, avant d’en faire cession au duc Ferry III de Lorraine. C’est à cette époque que la famille adopte le patronyme Ligniville, en référence à la seigneurie éponyme, aujourd’hui Lignéville, dont elle jouit jusqu’à la Révolution. Le plus ancien membre connu de la famille est Théodoric de Rozières (mi XIIIe siècle), seigneur du dit lieu, bien que certains érudits fassent remonter le lignage jusqu’à Oldéric, frère de Gérard d’Alsace (v.1030-1070), duc héréditaire de Lorraine, ou aux premiers comtes de Metz, issus de la Maison de Lorraine[4].

Généalogie de la famille[modifier | modifier le code]

Arbre généalogique de la famille de Ligniville[4] :

Alliances[modifier | modifier le code]

La famille est liée aux illustres maisons de Lorraine, du Châtelet, de Custine, et de Lenoncourt, ainsi qu'aux puissantes familles de Houécourt, de Beauvau et de La Baume-Montrevel, de Corbeton, de Gournay, de Gourcy, d’Anglure, d’Haussonville etc[4].

Armes de la famille[modifier | modifier le code]

Armoiries de la Maison de Ligniville

Blasonnement: losangé d'or et de sable[2]

Prestige de la famille[modifier | modifier le code]

alt=Dessin de Jean Cayon dans son armorial (1850)
L'ancienne chevalerie lorraine, par J. Canyon (1850). Le blason des Ligniville figure à la droite du tronc

La première marque de prestige de la famille est son appartenance à la Noblesse d'extraction, soit à la chevalerie immémoriale (c.f. illustration ci-contre), et dont les membres siégent aux États de Nancy, en tant que pairs primitifs de Lorraine[4].

La deuxième marque est l’appartenance héréditaire de ses membres au ban ducal de Lorraine[4]. En effet, en tant que Chevaux de Lorraine, les Ligniville siègent héréditairement dans ce tribunal souverain, alors considéré comme la plus haute magistrature du duché[5].

Les dernières marques du prestige des Ligniville sont les distinctions et les honneurs, reçus en reconnaissance des bons et loyaux services rendus par les différents membres de la famille dans les domaines civil, militaire et ecclésiastique. Parmi ces récompenses figurent les honneurs de la Cour, le titre de comte du Saint-Empire, ainsi que l’entrée de certains dans l'ordre du Croissant, ou dans les ordres royaux de Saint-Michel, et du Saint-Esprit[4], alors considérés comme les plus prestigieux de la monarchie française, ou encore, à l’époque contemporaine, l’Ordre national de la Légion d’honneur[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lieux[modifier | modifier le code]

Membres[modifier | modifier le code]

Résidences[modifier | modifier le code]

Noblesse[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Armorial[modifier | modifier le code]

  • Jougla de Morenas H, Grand armorial de France, tome 4, Édition héraldique, Paris, 1949

Dictionnaire[modifier | modifier le code]

  • Aubert de La Chenay-Desbois F-A, Dictionnaire de la Noblesse, tome 9, A. Boudet, Paris, 1775

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Dumast (de) P-G, Couronne poétique de la Lorraine, Berger-Levrault, Nancy, 1874
  • Petiot A, Les Lorrains et l'Empire, Lore, 2005

Sitographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site de l’ANF
  2. a et b Jougla de Morenas, Grand armorial de France, 4, 461, notice no 21809
  3. Alain Petiot, Les Lorrains et l'Empire, 2005, (ISBN 978-2914611374).
  4. a, b, c, d, e et f Aubert de La Chenay-Desbois F-A, Dictionnaire de la Noblesse, tome 9, A. Boudet, Paris, 1775
  5. Couronne poétique de la Lorraine
  6. Pierre Joseph de Ligniville dans Mullié C. Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850, tome 2, 1852