Famille Ladreit de Lacharrière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ladreyt
(Ladreit de La Charrière et Ladreit de La Condamine)

Image illustrative de l’article Famille Ladreit de Lacharrière
Armes

Blasonnement D'azur, au pal d'argent chargé d'un faisceau de licteur au naturel et cantonné de quatre molettes d'éperon d'argent
Devise « Tout droit quand même. »
Branches de Lacharrière
de La Condamine
Période XVIIe siècle - XXIe siècle
Pays ou province d’origine Vivarais
Charges Député
Préfet
Conseiller d'État
Fonctions militaires Général
Récompenses militaires Ordre de Saint-Louis
Ordre de la Légion d'honneur

La famille Ladreit, olim Ladreyt, est une famille subsistante de la noblesse française originaire de Coux en Ardèche. Elle donna aux XVIIe siècle deux branches : Ladreit de La Charrière et Ladreit de La Condamine et fut maintenue noble en 1786[1].

Cette famille comprend parmi ses membres un maire de Privas sous l'Ancien Régime, un préfet, un général, un commissaire fédéral à la Justice et aux questions juridiques en Indochine de 1945 à 1948, un enseignant et haut fonctionnaire, un vice-président de la Cour internationale de justice, etc. Elle est illustrée à l'époque contemporaine par l'homme d'affaire Marc Ladreit de Lacharrière.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au milieu du XVIIe siècle La famille Ladreyt était une famille protestante fixée à Coux en Ardèche.

Dans l'ouvrage La Révolution française en Ardèche il est écrit : « Les Ladreyt semblent mêler depuis longtemps déjà le service aux armées du roi et le commerce et l'industrie. Dès le XVIIe siècle, un Ladreyt est marchand de soie, un autre l'est à Lyon en 1724. Ceci n'empêche pas la Cour des Aides de Montpellier de déclarer en 1786 (au vu des documents présentés) la famille "noble et issue de noble race". »[2].

La famille Ladreit de Lacharrière a été admise en 1952 à l'Association d'entraide de la noblesse française.

Généalogie simplifiée[modifier | modifier le code]

  • Abel Ladreyt, sieur de Lacharrière à Coux (Ardèche), docteur et avocat, juge de la vicomté de Privas au début du XVIIe siècle, qui, de Marguerite Garnier ou Granier (fille d'Anthoine Garnier, notaire royal à Privas) laissa deux fils : René et Jacques[1].
    • René Ladreyt (l'aîné), fut le père de :
      • René Pierre Ladreyt, sieur de Lacharrière, marié en 1645 à Isabeau de La Selve, d'où :
        • leur petit fils René Ladreyt de Lacharrière (1695 Coux - 1751 Coux), marchand de soie, bourgeois (1731), maire de Privas en 1747, marié en 1730 à Suzanne Rioufol (ou Marie Suzanne Riouffoul d'Auteville), fille d'Abraham Rioufol, marchand, et Suzanne Sustel, d'où dix enfants, dont :
          • Alexandre Ladreyt de Lacharrière, officier, chevalier de Saint-Louis, maintenu dans sa noblesse à Montpellier le 29 juillet 1786[1],[3], comparant en 1789, qui avait épousé en 1765 Antoinette Roch, et père de :
            • René Ladreyt de Lacharrière (1767-1845), député, chevalier de la Légion d'honneur, marié en 1798 à Madeleine du Martinent de Lavernade, d'où :
              • Alexandre Ladreyt de Lacharrière (1800-1868), préfet, commandeur de la Légion d'honneur, qui épousa Joséphine Renault de Brioland et en eut 4 fils : Jules, René, Paul (d'où descendance), Charles (d'où descendance).
              • Jules Ladreyt de Lacharrière, général, grand officier de la Légion d'honneur, tué en 1870 à Champigny.
    • Jacques Ladreyt (le cadet), sieur de La Condamine, fut l'aïeul de Jacques Melchior Ladreyt de La Condamine, qui comparut à l'assemblée de la noblesse de Montélimar en 1789 et avait épousé en 1773 Charlotte de Montrond de La Bâtie dont il eut Pierre Alexandre allié à Leonnette de Baix[1].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Alliances[modifier | modifier le code]

Les principales alliances de la famille Ladreit de Lacharrière sont : Granier ou Garnier, de La Selve (1645), Rioufol ou Riouffoul d'Auteville (1730), Roch (1765), de Montrond de La Bâtie (1773), du Martinent de Lavernade (1798), Renault de Brioland, de Baix, Testot-Ferry, etc.

Armes[modifier | modifier le code]

La famille Ladreit de Lacharrière porte pour armes : D'azur, au pal d'argent chargé d'un faisceau de licteur au naturel et cantonné de quatre molettes d'éperon d'argent

Hommage[modifier | modifier le code]

La rue Lacharrière à Paris porte le nom du général de brigade Jules-Marie Ladreit de Lacharrière (1806-1870), tué à la bataille de Champigny[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, t. 4, p. 388
  2. La Révolution française en Ardèche : actes des colloques de Villeneuve-de-Berg et Annonay, Septembre 1988, Archives de l'Ardèche, (lire en ligne), p. 88
  3. Régis Valette,, Catalogue de la noblesse française au XXIe siècle, , p. 110
  4. mairie de Paris rue Lacharrière

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]