Eustorg de Beaulieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Eustorg de Beaulieu
Naissance
Beaulieu-sur-Ménoire, Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Décès
Bâle,Drapeau de la Suisse Suisse
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture français

Eustorg [Hector] de Beaulieu, né vers 1495 et mort le 8 janvier 1552, est un poète, compositeur et pasteur français actif notamment à Lyon, à Lausanne et à Bâle dans la première moitié du XVIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

La vie d'Eustorg de Beaulieu est mal connue, il tombe dans un oubli profond pendant de longues années[1]. Son premier biographe important est Guillaume Colletet (1596-1659)[2] avant de subir un regain d'intérêt au XIXe siècle[3].

Eustorg de Beaulieu, le septième et dernier enfant de Raymond seigneur de Beaulieu[4] et Jeanne de Bosredon[5] est né à Beaulieu-sur-Ménoire (actuellement Beaulieu-sur-Dordogne) en Bas-Limousin, vers 1495[6]. Il est d’abord identifié comme organiste à la cathédrale de Lectoure en 1522[7] puis comme maître de musique à Tulle à partir de 1524[réf. nécessaire], époque à laquelle il endosse la prêtrise. Un procès qu’il poursuit à l’occasion d’un héritage familial en 1529 le met en contact avec Bernard de Lahet, conseiller du roi au parlement de Bordeaux et protecteur de Clément Janequin.

De Beaulieu se déplace à Lyon vers 1534[réf. nécessaire], peut-être à la suggestion de Charles d’Estaing, protonotaire du Saint-Siège apostolique et chanoine-comte de la cathédrale Saint-Jean[8]. Il entre au service de Pomponne de Trivulce [Pomponio Trivulzio], gouverneur de Lyon, rencontre le lieutenant-général Jean du Peyrat, le notable florentin Antoine de Gondi, son épouse Catherine de Pierrevive et devient maître de musique de leur fille Hélène. Il s’introduit dans la vie littéraire et musicale de la ville, très florissante à cette époque et se lie avec des artistes influents de l’époque, tels le poète Maurice Scève, le peintre Jehan Perréal et le compositeur Francesco di Layolle. Il éprouve une admiration particulière pour Clément Marot, s’adresse à lui à plusieurs reprises dans ses œuvres jusqu’en 1546, et contribue avec six blasons à la collection des Blasons anatomiques du corps féminin élaborée par Marot et sa mouvance (Paris, 1543).

C’est à la fin de cette période lyonnaise qu'Eustorg de Beaulieu publie ses Divers rapportz en 1537[9], qui contiennent plusieurs pièces dédicacées aux notables susdits. Ses fréquentations l’amènent aussi à connaître la mouvance évangélique, rencontrant Marguerite de Navarre (1492-1549) et son secrétaire Antoine Du Moulin. Subissant l’influence de ce cercle, il se convertit finalement au protestantisme.

De Beaulieu part à Genève à la fin avril 1537 et se déplace rapidement vers Lausanne où il suit un cursus de théologie. Le consistoire de Berne (qui gérait alors les affaires de Lausanne) l’envoie le 12 mai 1540 à Thierrens et à Moudon pour y exercer la charge de pasteur[10]. Il se marie quelques mois plus tard avec une orpheline genevoise, Rolette, mais elle le quitte peu après sous prétexte qu’il est homosexuel[11]. Un second mariage avec Madeleine Massandt, pas plus heureux, intervient encore, puis il abandonne sa charge de pasteur. Il se déplace encore à Bienne pour un an, puis à Bâle, où il s’inscrit à l’université en 1548[12]. Là, il a été protégé par le recteur Boniface Amerbach, grand amateur de musique, et devient précepteur de son fils Basile.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Œuvres littéraires et spirituelles[modifier | modifier le code]

L'Espinglier des filles (Bâle, 1550).
  • Eustorg de Beaulieu, Le Mirouer et exemple moral des enfans ingratz pour lesquelz les pères et mères se destruysent pour les augmenter qui en la fin descongnoissent, Paris, Alain Lotrian et Denis Janot, s.d., Sign. A. H 75 p. : car. goth., fig. au titre et fig., marque typogr. de Denis Janot à la fin ; in-4 à 2 col.
À la fin : Cy finist le mistère du crapault... imprimé à Paris par Alain Lotrian et Denis Janot,.... - Denis Janot imprimait entre 1529 et 1545. La marque employée ici se retrouve sur un volume daté de 1529 [cf. P. Renouard, "Les marques typographiques parisiennes]. L'abbé Mercier de Saint-Léger attribue cette œuvre à Eustorg de Beaulieu. disponible sur Gallica
  • Eustorg de Beaulieu, Les Divers rapportz, contenantz plusieurs rondeaulx, huictains, dixains, ballades, chansons, épistres, blasons, épitaphes, et aultres joyeusetez, Paris, Alain Lotrian, , Sign. A.-L. : fig. sur bois ; in-8
Notice n°40004 sur USTC.
Réédité en 1544 : Notice n°40314 sur USTC, disponible sur Gallica.
  • Eustorg de Beaulieu, L'Espinglier des filles, composé par Eustorg, aultrement dict Hector de Beaulieu : Reveu et augmenté par luy mesme, depuis sa première impression, comme on verra, Basle, s.n., , 8 ff. non ch. ; in-8
Notice n°29659 sur USTC, disponible sur Gallica.
  • Eustorg de Beaulieu, La Doctrine et instruction des filles chrestiennes, désirans vivre selon la parole de Dieu, par Hector de Beaulieu. : Avec la repentance de l'homme pécheur, Lyon, J. Saugrain, , In-8° , 27 p.
Notice n°16688 sur USTC.
  • Eustorg de Beaulieu, Histoire de l'enfant ingrat, mirouer et exemple moral des mauvais enfans envers leurs Pères et Mères, contenant encore comme les Pères et Mères se destruisent le plus souvent pour l'avancement de leurs enfans qui souventefois se descognoissent. : Le tout par personnages, Lyon, B. Rigaud, , In-18, 94 ff.
Notice n°20332 sur USTC. L'attribution à Eustorg de Beaulieu doit être justifiée.
  • Eustorg de Beaulieu, Les Gestes des solliciteurs où les lisans pourront cognoistre qu’est ce de solliciteur estre et qui sont leurs reformateurs, Bordeaux, J. Guyart, , 4°, 10 f.
Notice n°10395 sur USTC.
Suivi d’une deuxième édition en 1530 chez le même éditeur : Notice n°10445 sur USTC) et d’une troisième à Bordeaux en 1537 (Notice n°57786 sur USTC).
Ce poème a été repris pour être inséré dans les Divers rapportz de 1537. Édition par Hélène J. Harvitt (d'après Les divers Rapportz de 1537) dans : « Les Gestes des solliciteurs : a 16th century metrical account of the abuses of law courts », Romanic review 2/3 (1911), p. 304-319. Existe aussi en tiré-à-part.
  • Eustorg de Beaulieu, S’ensuyt le Pater et Ave des solliciteurs de proces surnommez batteurs de pavé de credit souvent repoulsez, s.l., s.d., 8°, 4 f..
« BNF, Département des manuscrits, ms.Rothschild 520 », Notice n°38736 sur USTC (attribué à l'imprimeur lyonnais Jacques Moderne).
Ce poème a été repris pour être inséré dans les Divers rapportz de 1537.
  • Eustorg de Beaulieu, Chrestienne resjouyssance composée par Eustorg de Beaulieu, jadis prestre, musicien et organiste en la faulce église papistique, et despuis ministre evangelique en la vraye Eglise, Genève, Jean Girard, , 8°, XVI-229-X p.
GLN 15-16 n° 1450, Notice n°29595 sur USTC. L’ouvrage compte 160 chansons spirituelles, plutôt dirigées contre l’église catholique, ses rites et sa hiérarchie. 121 des chansons sont adaptées à des timbres (airs ou chansons connues). La seconde partie de l’ouvrage contient des pièces diverses (Joyeusetez chrestiennes, l’épitaphe de P. de Cornibus, le dieu gard de la ville de Genève, le Blason spirituel du corps de N.S.J.C., la Generalle croisade, des anagrammes, des épîtres, etc.).
  • Eustorg de Beaulieu, Le Souverain blason d’honneur à la louange du tres digne corps de Jesus Christ : Reveu despuis et augmenté, Bâle, ca 1550, 8°, 14 f..
Notice n°40433 sur USTC.

Œuvres musicales[modifier | modifier le code]

Un texte d'Eustorg de Beaulieu (Chrestienne resjouyssance) mis en musique par Jean de Caulery (Anvers, 1556).
  • Les Divers rapportz de 1537 contiennent le texte de 12 chansons que Beaulieu déclare avoir mises en musique à trois ou quatre voix, mais seules trois ont été retrouvées : Bon jour, bon an et bonne estraine, Mondain séjour j'ay perdu ta présence, Voicy le non temps que chascun s'apreste[13].
  • Deux autres textes des Divers rapportz (Esveillez-vous, et En espérant j'endure) seront mis en musique par Jean Caulery et publiés dans deux volumes par l’imprimeur Pierre Phalèse à Louvain en 1552[14].
  • Fin août 1540 à Thierrens, Eustorg de Beaulieu déclare terminer l’écriture de psaumes qu’il souhaite faire imprimer à Berne par Mathias Apiarius[15] mais ceux-ci n’ont semble-t-il jamais été imprimés.
  • Dans la Chrestienne resjouyssance de 1546, Beaulieu déclare avoir composé la musique à 3 et 4 voix des 39 chansons qui ne portent pas de timbre, et vouloir la publier avec des motets latins, mais cette édition n’a pas paru. Cependant, quatre textes extraits de ce recueil sont mis en musique par Jean Caulery et publiés à Anvers en 1556 par Hubert Waelrant et Jean de Laet[16].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Fage 1880 p. 96.
  2. Colletet 1878.
  3. Le fonds de sa biographie reste l'étude de Colletet, notamment reprise par Beauchamps 1735, p. 148-151.
  4. Fage 1880 p. 99.
  5. Colletet 1878 p. 7 et 15, note 10.
  6. Becker 1880 p. 9, Harvitt 1918 p. 3-4.
  7. Becker 1880 p. 10.
  8. Ce personnage est dédicataire, en 1532, du Liber decem missarum imprimé par Jacques Moderne, cf. Pogue 1969 n° 3.
  9. Harvitt 1918 p. 145, Becker 1880 p. 20, Fage 1880 p. 112.
  10. Berne, Staatsarchiv, Ratsmanual 29 p. 7.
  11. Berne, Staatsarchiv, Chorgerichtsmanual 11, p. 54-55, et 12 p. 30.
  12. Wackernagel 1956 p. 55.
  13. . Elles sont publiées dans le premier et le second livre du Parangon des chansons : Lyon : Jacques Moderne, 1538, cf. Pogue 1969 n° 11 et 12.
  14. Vanhulst 1990 n° 10 et 11.
  15. Pidoux 1962 p. 5, 26, 42 ; vol. II.
  16. Weaver 1994 p. 58, nº 11, RISM 155618.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. Becker, Eustorg de Beaulieu, poète et musicien (seizième siècle) : Notice biographique et bibliographique publiée avec la musique de deux chansons, Paris, G. Fischbacher, , Pet. in-16°, 30 p. (notice BnF no FRBNF42838425). disponible sur Internet Archive
  • (en) Hélène Joséphine Harvitt, Eustorg de Beaulieu, a disciple of Marot, 1495(?)-1552 : Reprinted from the Romanic review, Lancaster, Press of the New era printing company, , VIII-164 p.. disponible sur Internet Archive
  • Émile Fage et René Fage, Bulletin de la Société des lettres, sciences et arts de la Corrèze : Eustorg de Beaulieu poéte et musicien du seizième siècle, Tulle, Société des lettres, sciences et arts de la Corrèze, (ISSN 1148-8557, notice BnF no FRBNF34426534), Tome 2, Année 2, p. 96-148. disponible sur Gallica
  • Guillaume Colletet et Philippe Tamizey de Larroque (Éditeur scientifique), Vie d'Eustorg de Beaulieu : publiée d'après le manuscrit autographe de la Bibliothèque du Louvre, avec notes et appendice, par Philippe Tamizey de Larroque (Fac-sim. de l'éd. de : Paris : H. Champion, 1878), Genève, Slatkine, coll. « Plaquettes gontaudaises » (no 1), , 1 vol. (50 p.) ; 22 cm (notice BnF no FRBNF35318703). disponible sur Gallica
  • (en) Nanie Bridgman, Eustorg de Beaulieu, musician (The Musical quarterly 37 (1951)), p. 61-70, fac-sim., musique (ISSN 0027-4631, notice BnF no FRBNF42878370)
  • Jacques Burdet, La Musique dans le Pays de Vaud sous le régime bernois : 1536-1798, Lausanne, Payot, , in-4°,693 p., ill., musique. (notice BnF no FRBNF32936203)
  • (en) Frank Dobbins, Music in Renaissance Lyons, Oxford, Clarendon press, , XI-424 p. : mus. (ISBN 0-19-816137-9, notice BnF no FRBNF36209457)
  • Pierre Pidoux, Le Psautier huguenot du XVIe siècle : Mélodies et documents (1 : Les Mélodies. XXII-271 p., musique ; 2 : Documents et bibliographie. XV-203 p.), Bâle, Bärenreiter, , 2 vol. in-8°, fac-sim. (notice BnF no FRBNF43203495)
  • (en) Samuel Franklin Pogue, Jacques Moderne : Lyons music printer of the sixteenth century, Genève, Droz, , 412 p.-[2] de pl. : fac-sim., musique. (ISSN 0082-6081, notice BnF no FRBNF43209154)
  • Henri Vanhulst, Catalogue des éditions de musique publiées à Louvain par Pierre Phalèse et ses fils 1545-1578, Bruxelles, Académie royale de Belgique, , XLVIII-383 p. : ill., mus. ; 25 cm (ISBN 2-8031-0079-7, ISSN 0378-7923, notice BnF no FRBNF36208619)
  • (de) Hans Georg Wackernagel (Éditeur scientifique), Die Matrikel der Universität Basel : I. Band. 1460-1529. - 1951 ; II. Band. 1532/33-1600/01. - 1956. (Unter Mitarbeit von Marc Sieber und Hans Sutter.) ; III. Band. 1601/02-1665/66. - 1962. (Unter Mitarbeit von Marc Sieber, Hans Sutter und Andreas Tammann.), Basel, 1951-1962, 3 vol. in-4° (notice BnF no FRBNF31612159)
  • (en) Robert Lee Weaver, A descriptive bibliographical catalog of the music printed by Hubert Wælrant and Jan de Læt, Warren (Michigan), Harmonie Park press, , XXVI-264 p. : ill. (ISBN 0-89990-058-5, ISSN 0070-3885, notice BnF no FRBNF39973926)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]