Guillaume Colletet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Guillaume Colletet
Naissance
Paris, Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Décès (à 60 ans)
Paris, Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Guillaume Colletet est un poète et essayiste français, né et mort à Paris ( - ). Appartenant au groupe littéraire des Illustres Bergers, il fait partie des premiers membres de l'Académie française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il eut de la réputation dans son temps, jouit de la protection de plusieurs grands personnages, entre autres de Richelieu, dont il fut quelquefois le collaborateur et qui lui donna une fois 600 livres pour 6 mauvais vers. Il fut un des premiers membres de l'Académie française. Il épousa successivement trois de ses servantes ; son inconduite le réduisit à la misère.

On a de lui :

  1. des poésies (tragédies, pastorales, etc.), parmi lesquelles on remarque le Banquet des poètes, 1646, et de nombreuses épigrammes ;
  2. des traités assez estimés sur la poésie morale, le sonnet, l'églogue, réunis sous le titre d'Art poétique, 1658 ;
  3. des traductions, entre autres, celles des Couches de la Vierge, de Jacopo Sannazaro, et de Scévole de Sainte-Marthe.

Très épris de sa femme Claudine Le Hain, il voulut la faire passer aussi pour poétesse, et composa des écrits signés d'elle. Se sentant mourir, il lui rédigea une dernière pièce où elle déclarait vouloir renoncer à la poésie avec la mort de son époux. Personne ne fut dupe, et surtout pas Jean de La Fontaine, qui rima une épigramme à ce sujet.

Dans sa jeunesse, il avait fait partie du groupe de jeunes poètes libertins qui entouraient Théophile de Viau ; il est l'auteur du sizain placé en tête du recueil du Parnasse satyrique et qui en dévoilait le contenu :

Tout y chevauche, tout y fout,
L'on fout en ce livre par tout,
Afin que le lecteur n'en doute ;
Les odes foutent les sonnets,
Les lignes foutent les feuillets,
Les lettres mêmes s'entrefoutent !

En 1629, faisant référence au vin de Suresnes, Guillaume Colletet écrit dans un poème[1] :

« Par le pied du vieux Silène
Bref, par tous les appas de ce vin de Surène. »

Son fils est François Colletet.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Divertissements ;
  • Le Banquet des Poètes (1646) ;
  • Épigramme (1653) ;
  • Histoire des poètes français.

Textes en ligne[modifier | modifier le code]

Sources partielles[modifier | modifier le code]

Hommage[modifier | modifier le code]

Plaque du square Guillaume-Colletet.

Un square porte son nom à Villepreux (Yvelines). Guillaume Colletet y possédait un petit domaine, dans le hameau du Val-Joyeux[2]. Le square est inauguré en 2000, en présence de Pierre Rosenberg, également titulaire du fauteuil no 23 de l'Académie française.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Léopold Pannier, Le manuscrit des Vies des poètes françois de Guillaume Colletet, brûlé dans l'incendie de la Bibliothèque du Louvre. Essai de restitution, Franck, 1872

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. René Sordes, Histoire de Suresnes : Des origines à 1945, Société historique de Suresnes, 1965, p. 410-422.
  2. Antoine Adam, Histoire de la littérature française au XVIIe, volume 1, 1997, p. 349-352.