Eugénie Foa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Eugénie Foa
Image dans Infobox.
Eugenie Foa, XIX° s., Austrian National Library.
Biographie
Naissance
Décès
(à 55 ans)
Paris
Nom de naissance
Rebecca-Eugénie Rodrigues-Henriques
Pseudonymes
Maria Fitz-Clarence, Edmond de FontanesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Rédactrice à
Famille
Père
Alexandre-Isaac Rodrigues-Henriques (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Hippolyte Rodrigues
Élisa Esther Rodrigues-Henriques (d)
Léonie HalévyVoir et modifier les données sur Wikidata

Eugénie Foa (, Bordeaux - , Paris), née Rebecca-Eugénie Rodrigues-Henriques, est une femme de lettres française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en 1796 ou 1798 à Bordeaux, Eugénie Rodrigues-Henriques est la fille du banquier Alexandre Isaac Rodrigues-Henriques et d'Esther Gradis d'une grande famille d'armateurs de Bordeaux[1],[2]. Elle est élevée dans la religion juive[3]. Délaissée par son mari, le négociant marseillais Joseph Foa (oncle d'Édouard Foà) elle gagne Paris et tente de vivre à partir de 1830 de l'écritures de romans pour accroître ses ressources financières et élever ses enfants[1],[2]. Elle écrit sous son nom d'épouse ou bien sous les pseudonymes Miss Maria Fitz-Clarence et Edmond de Fontanes. Ses premières œuvres jouent souvent d'un certain exotisme et de sa connaissance de la culture juive, telles, parmi ses romans Le Kiddoushim ou l'anneau nuptial des Hébreux, ou encore La Juive, histoire du temps de la Régence[1],[3]. Elle se convertit au catholicisme en 1841[1]. Après les romans pour adultes, elle se consacre à la littérature pour enfants avec un certain succès[1]. Elle participe par exemple à l'écriture de robinsonnades. Son œuvre pour la jeunesse la plus connue à l'époque est d'ailleurs Le Petit Robinson de Paris ou le triomphe de l'industrie, publiée pour la première fois en 1840 est rééditée jusqu'en 1945[1],[4]. Elle meurt à Paris en 1852[1].

Elle est la sœur de l'historien et philosophe Hippolyte Rodrigues et de la sculptrice Léonie Halévy, ainsi que la cousine du mathématicien Olinde Rodrigues[3].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le Kiddoushim ou l'anneau nuptial des Hébreux (1830)
  • Contes à ma sœur Léonie
  • Alexandrine
  • L'Automate de Vaucanson
  • Batilde, ou la Petite esclave
  • Les Blancs et les Bleus
  • Le Chapeau du noyé
  • Le Chien de lord Byron
  • Les Contes de ma bonne. Le Castel du diable
  • Les Contes de ma bonne. Les Cinq infortunes des sabots de Ramouniche
  • Les Deux Amis
  • Enfance et jeunesse d'hommes illustres
  • L'Enfant mystérieux, ou Mlle de Lussan
  • Les Enfants d'Édouard
  • Les Enfants du fermier
  • La Famille du vieux soldat
  • La Femme à la mode
  • La Fiancée de l'exilé
  • La Fille du gondolier, suivie de Jean l'Oiseleur
  • La Juive, histoire du temps de la Régence (1835)
  • Le Juvénile-Keepsake
  • La Laide
  • Ludwig Van Beethoven, ou le Petit maître de chapelle
  • La Madone, suivie du Tuteur
  • Mémoires d'un polichinelle (1837)
  • Mémoires d'une petite fille devenue grande
  • Mémoires de Croquemitaine
  • Une métamorphose
  • Mlle de Rambouillet
  • Les Nouveaux Robinsons, aventures extraordinaires de deux enfants qui cherchent leur mère
  • La Paysanne de Domrémy, ou Jeanne d'Arc
  • Contes historiques pour la jeunesse contenant Jean-Jacques Rousseau, Sainte Victoire, Jacques Cook, les élèves d'Ecouen, Antoine Galland, Wolfgang Mozart, les Deux sœurs d'Écouen, Marie Leczinska, Marietta Tintorella
  • Courage et résignation, contes historiques contenant Vercingétorix, Grisel Raleigh, Mlle de La Fayette, Oberlin, Marie de Beaurepaire, Deux princes d'Orléans, Mme Campan
  • Héroïsme et Candeur, contes historiques
  • Grandeur et Adversité, enfance de femmes célèbres, contes historiques dédiés à la jeunesse, contenant Clotilde de France, Bertrade, Mme de Maintenon, Mlle de Penthièvre, Mlle Du Bourk, Joséphine, Pauline de Tourzel, la reine Hortense
  • La Dernière des Penthièvre. Le Comte de Dijon. Contes historiques pour la jeunesse
  • Contes variés, histoire et fantaisie, contenant Les Enfants de la vallée d'Argelès, Angélique Kaufmann, Virginie Chesquière, Suzanne Centlivre, Jacques Laffitte
  • Les Enfants illustres, contes historiques contenant Jeanne d'Arc, Guttenberg, Gustave Wasa, Sixte-Quint, Rubens, Gassendi, Catherine Ire, Mozart
  • Le Livre de la jeunesse, contes historiques contenant Sainte-Victoire, Saint-Médard, Elie de Bourdeille, Valentin Duval, Mme Leprince de Beaumont, Mme de Genlis, l'abbé de L'Épée, Berquin
  • Persévérance et renommée, contes historiques
  • Le Petit Éclusier, (1848), la base de la légende du petit héros de Haarlem, relaté plus tard dans Les Patins d’argent[5]
  • Le Petit Général des chiens du chenil de Louis XV
  • Le Petit Pasteur du Ban de La Roche
  • Le Petit Pâtissier, ou Claude Gelée dit le Lorrain
  • Le Petit Poète
  • Le Petit Riotteux
  • Le Petit Robinson de Paris ou le triomphe de l'industrie
  • Le petit Robinson des Bois (1840)
  • La Petite Maman, ou Marie de Rabutin Chantal
  • Petite mosaïque historique : contes vrais dédiés au jeune âge (sous le pseudonyme de Maria Fitz Clarens), Paris, Éd. A. Bédelet, coll. « Bibliothèque récréative », , 121 p., in-8° (lire en ligne [PDF]).
  • Les Petits Artistes peintres et musiciens, contes historiques dédiés à la jeunesse, contenant Guido, Marietta Tintorella, Van Dyck, Callot, Salvator Rosa, Sébastien Gomès, J.B. Lulli, Boieldieu
  • Les Petits Guerriers, contes historiques pour la jeunesse contenant Turenne, Jean Bart, Dugay-Trouin, Hoche, Kléber, Napoléon, le général Foy
  • Les Petits Marins
  • Les Petits Musiciens
  • Les Petits Peintres
  • Les Petits Poëtes et littérateurs, contes historiques dédiés à la jeunesse, contenant Le Roi René, Christine de Pisan, Clément Marot, Mme de Sévigné, Fénelon, Daniel de Foe, Bernardin de Saint-Pierre, Mme de Staël
  • Petits Princes et petites princesses, contes historiques dédiés à la jeunesse, contenant Marguerite de Provence, Mme Isabelle de France, Anne de Bretagne, Louise de Lorraine, Louis XIV enfant, Marie Leczinska, Mme Louise de France, le Petit roi captif
  • Les Petits Savants, contes historiques dédiés à la jeunesse contenant Cujas, Montesquieu, Pothier, Franklin, Vaucanson, Jacquard, Dupuytren
  • Philippe
  • La Présence d'esprit
  • Rachel
  • Récits du grand-papa. Les Deux cousins
  • Les Saintes, contenant Sainte Geneviève, ...
  • Le Schelling marqué, ou l'Enfance du capitaine Cook
  • Sept histoires de petites filles
  • Sept histoires de petits garçons
  • Simples histoires, suivi de La Petite créole, ou Mademoiselle d'Aubigné
  • Six histoires de jeunes filles
  • La Sœur du joueur
  • Les Soirées du dimanche
  • Les Soirées du vieux château
  • Travail et Célébrité, contes historiques dédiés à la jeunesse contenant Colbert, Galland, Cornil, Barth, Métastase, Sedaine, Favart, J.J. Rousseau, le capitaine Cook
  • Trois vocations célèbres
  • Vertus et Talents, modèles des jeunes filles, contes historiques contenant Olga, grande-duchesse de Russie, Mlle de Marillac, Mlle de Lussan, Mme Cottin, Mme Élisabeth, Mme Campan, Marie d'Orléans, la reine Victoria
  • Le Vieux Paris, contes historiques (1840)
  • Les Vocations, ou les Élus des beaux-arts, contes historiques
  • Les Frères captifs, ou Deux Orléans

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g Maurice Samuels, « Foa, Eugénie [Bordeaux 1796 - Paris 1852 ] », dans Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber (dir.), Dictionnaire universel des créatrices, Éditions Des femmes, , p. 1586
  2. a et b Maria Eugenia Fernández Fraile, « Eugénie Foa, sur les traces de Madame de Beaumont », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, no 23,‎ (DOI 10.4000/dhfles.3071, lire en ligne)
  3. a b et c Michèle Bitton, Poétesses et lettrées juives, une mémoire éclipsée, Publisud, , p. 155-159
  4. Jean de Trigon, Histoire de la littérature enfantine, de "Ma mère l'Oye" au "Roi Babar", Hachette,
  5. « Le petit éclusier », sur Appidys (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Foa (Eugénie) », dans Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Paris, Administration du grand dictionnaire universel, 15 vol., 1863-1890 [détail des éditions].
  • Michèle Bitton, Poétesses et lettrées juives: une mémoire éclipsée, 1999
  • (en) Elisabeth-Christine Meulsch, Creativity, Childhood and Children’s Literature, or How to Become a Woman Writer: The Case of Eugénie Foa, 1997
  • Leyla Ezdinli, Altérité juive, altérite romanesque: Rachel (E. Foa) et Lavinia (G. Sand), 1993
  • Jean Cavignac, Les israélites bordelais: de 1780 à 1850 : autour de l'émancipation, 1991
  • Georges d'Heylli, Dictionnaire des pseudonymes, 1869

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]