Jeanne-Marie Leprince de Beaumont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Leprince et Beaumont.
Jeanne-Marie Leprince de Beaumont
Description de l'image Jeanne-Marie Leprince de Beaumont.jpg.
Nom de naissance Jeanne-Marie Barbe Le Prince
Naissance
Rouen
Décès (à 69 ans)
Chavanod
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français

Œuvres principales

La Belle et la Bête

Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, née le à Rouen, morte le à Chavanod, est une pédagogue, journaliste et écrivain française, auteur de nombreux contes comme La Belle et la Bête devenus des classiques de la littérature d’enfance et de jeunesse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de Jean-Baptiste Le Prince et de Marie-Barbe Plantart, et sœur du peintre Jean-Baptiste Le Prince, elle perd sa mère très jeune : son père se remarie avec Marie Anne Thérèse du Guillaud, puis Anne Gaultier, et elle passe dix ans (1725-1735) à la maison d'éducation des dames d'Ernemont[1] et devient institutrice des petits en 1736.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Triomphe de la vérité, et Mémoires de M. de La Villette, 1748 ;
  • Lettre en réponse à l’Année merveilleuse, 1748 ;
  • Le Nouveau Magasin françois, et Bibliothèque instructive et amusante, 1750-51 ;
  • Lettres de Mme Du Montier à la marquise de ***, sa fille, avec les réponses, où l’on trouve les leçons les plus épurées et les conseils les plus délicats... pour servir de règle dans l’état du mariage, 1756 ;
  • La Belle et La Bête, 1757
  • Magasin des adolescentes, et Dialogues d’une sage gouvernante avec ses élèves de la première distinction, 1760 ;
  • Principes de l’histoire sainte, mis par demandes et par réponses, pour l’instruction de la jeunesse, 1761 ;
  • Instructions pour les jeunes dames qui entrent dans le monde et se marient, leurs devoirs dans cet état et envers leurs enfans, 1764 ;
  • Lettres d’Emerance à Lucie, 1765 ;
  • Mémoires de Madame la Baronne de Batteville et la Veuve parfaite, 1766 ;
  • La Nouvelle Clarice, histoire véritable, 1767 ; roman épistolaire d’après le roman de Samuel Richardson, Clarisse Harlowe, 1748 ;,
  • Magasin des enfants, et Dialogues d’une sage gouvernante avec ses élèves de la première distinction, dans lesquels on fait penser, parler, agir les jeunes gens suivant le génie, le tempérament et les inclinations d’un chacun... on y donne un abrégé de l’histoire sacrée, de la fable, de la géographie, etc., le tout rempli de réflexions utiles et de contes moraux, 1756-Londres ;
  • Magasin des pauvres, artisans, domestiques et gens de campagne, 1768 ;
  • Les Américaines, et la Preuve de la religion chrétienne par les lumières naturelles, 1770 ;
  • Éducation complète, et Abrégé de l’histoire universelle, mêlé de géographie et de chronologie, 1772 ;
  • Contes moraux, 1774 ;
  • La Dévotion éclairée, et magasin des dévotes, 1779.
  • La veuve et ses deux filles, Date inconnue

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Marc Soriano, Guide de la littérature pour la jeunesse, Hachette, 1974. Rééd. Delagrave, 2002. Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]