Jacques Gaucheron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jacques Gaucheron
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Jacques Gaucheron, né le à Guillonville (Eure-et-Loir) et mort le à La Frette-sur-Seine (Val-d'Oise), est un écrivain et poète français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il s'engage dans la Résistance alors qu'il est étudiant. Professeur de philosophie et militant du Parti communiste français (PCF), il consacre l'essentiel de son œuvre à la poésie.

Membre du Comité national des écrivains (CNE), il collabore à plusieurs revues : Les Lettres françaises, La Nouvelle Critique et Europe. Il est professeur à l'École nationale supérieure des Arts décoratifs de 1969 à 1985[1]. En 1997, il crée une maison d'édition, « La Malle d'Aurore »[2],[3].

La veuve de Jacques Gaucheron a fait don de l'ensemble des archives et manuscrits de celui-ci à la Bibliothèque nationale de France en 2014.

Hommage[modifier | modifier le code]

En 2005, il visite Athènes où il est membre d'honneur du Centre Européen d’Art (EUARCE).

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Procès-verbal, Seghers, 1949
  • Le journal Libération présente quinze dessins pour la paix, poèmes de Jacques Gaucheron et Eugène Guillevic, quinze dessins dont Jean Dorville et Fernand Léger, supplément à Libération no 1836 (1950)
  • Les Canuts, Les Éditeurs français réunis, 1965
  • Liturgie de la fête, Pierre-Jean Oswald, 1966
  • À nous deux l'amour, Les Éditeurs français réunis, 1977
  • Le Livre d'heures du travailleur, Les Éditeurs français réunis, 1978 Un livre de poèmes illustrés de dessins de Max Lingner.
  • La Poésie, la Résistance, du Front populaire à la Libération, Les Éditeurs français réunis, 1979
  • Violons, 1980 Un livre d'artiste, poèmes illustrés de lithographies d'Arthur Rennert.
  • La Maison du sourd, Temps Actuels, 1982
  • La Ballade de Bobigny, Messidor, 1987
  • Anthologie de la poésie macédonienne, Messidor, 1988
  • La Caracole, Éditions La Farandole / Messidor, 1990
  • Entre mon ombre et la lumière, Messidor, 1990
  • Paul Éluard ou la fidélité à la vie, Le Temps des cerises, 1995
  • Fabuleusement nôtres, Le Temps des cerises, 2000
  • Orphiques, avec encres et fumées de Chantal Legendre, Éditions Complicités et La Maison de la poésie Rhône-Alpes, 2001 (ISBN 9782910721312)
  • De Sable et d'encre, Voix d'encre, 2003

Récompense[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le maitron en ligne.
  2. Site de La Malle d'Aurore.
  3. Marie-José Sirach, « Mort d'un poète », L'Humanite, 30 octobre 2009.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]