Eugène Barbedette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Eugène Barbedette
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
Nationalité
Activité
Représentation de la Vierge telle que l'aurait vue Eugène Barbedette le 17 janvier 1871.

Eugène Barbedette, né le et mort le , est l'un des voyants de l'apparition mariale qui serait survenue à Pontmain (Mayenne) en janvier 1871 lors de la guerre franco-prussienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

L'apparition[modifier | modifier le code]

Le 17 janvier 1871, alors qu'il aide son père à préparer la nourriture pour le bétail dans la grange familial, Eugène Barbedette (douze ans) aperçoit une « Belle Dame » vêtue d'une robe couverte d'étoiles et d'un voile noire flottant au-dessus de la maison d'en face. Son père, alerté par ses cris, accourt mais ne voit rien. Sa mère non plus. Son frère cadet Joseph intervient à son tour et parvient à voir la Vierge Marie. Le prêtre Michel Guérin et les habitants du village, informés de ce qui est en train de se produire, se réunissent autour des deux frères et se mettent à prier. Aucun d'eux ne voit la Vierge à l'exception des garçons et de deux jeunes filles du voisinage, Françoise Richer et Jeanne-Marie Lebossé, arrivées un peu plus tard. L'apparition dure trois heures. Eugène et Joseph en donnent une description détaillée, transmettant tout ce qu'ils perçoivent au prêtre de Pontmain qui se tient à leurs côtés. Dans les jours qui suivent, la nouvelle de l'apparition se répand rapidement. Le soudain recul des troupes prussiennes, alors aux portes de Laval, est perçu comme un miracle. Le 26 janvier 1871, l'armistice est signé. Le 2 février, Casimir Wicart, évêque de Laval, après avoir interrogé Eugène, son frère Joseph et les deux autres voyantes, reconnaît l'authenticité de l'apparition et approuve le culte de la Vierge à Pontmain[1].

Carrière ecclésiastique[modifier | modifier le code]

À la suite de l'apparition, Eugène décide de suivre une carrière religieuse. Il est ordonné prêtre en 1883 et exerce dans plusieurs paroisses du diocèse de Laval dont Peuton et Châtillon-sur-Colmont[2]. Ses confrères le décrivent comme un homme « droit, zélé, fervent et intransigeant ». Françoise Richer, qui avait également été directement témoin de l'apparition, devient sa gouvernante vers 1900 après avoir été institutrice et meurt en 1915. Eugène Barbedette termine son existence au rang d'abbé et décède le 2 mai 1927. Il est inhumé dans le cimetière de Pontmain[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L´appel du ciel » Pontmain Béchouate », sur www.appel-du-ciel.org (consulté le 11 octobre 2017)
  2. wipp-creations, « Sanctuaire de Pontmain », sur www.sanctuaire-pontmain.com (consulté le 11 octobre 2017).
  3. « Deux voyants de Pontmain inhumés dans le cimetière », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 11 octobre 2017).