Notre-Dame de Pontmain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Notre-Dame de Pontmain
Image illustrative de l’article Notre-Dame de Pontmain
Statue de Notre-Dame de Pontmain, sur le parvis de la basilique.
Apparition mariale
Autres noms Notre-Dame de Bonne Espérance de Pontmain
Vénérée à Basilique Notre-Dame de Pontmain
Vénérée par l’Église catholique
Fête 17 janvier
Attributs un crucifix rouge dans les mains, un manteau bleu avec des étoiles

Notre-Dame de Pontmain est le vocable sous lequel est appelée la Vierge Marie à l'occasion d'une apparition qui serait survenue le dans le petit village de Pontmain, en Mayenne. L'apparition de Notre-Dame de Pontmain est reconnue par l'Église catholique l'année suivante, après enquête canonique. Une église est construite pour accueillir les pèlerins.

Le culte de Notre-Dame de Pontmain se répand, et en 1920, l'évêché demande au Vatican la création d'un office et d'une messe spécifique. Aujourd'hui, la fête de Notre-Dame de Pontmain est inscrite au calendrier liturgique du diocèse, et elle est fêtée le 17 janvier. Plusieurs églises ou paroisses lui sont dédiées.

L'apparition[modifier | modifier le code]

Vitrail représentant l'apparition.

L'Apparition mariale de Pontmain est l'événement survenu le dans le petit village de Pontmain, en Mayenne. Sept enfants au total déclarant voir une belle dame, mais seuls les trois plus âgés seront reconnus officiellement par l’Église lors de la reconnaissance officielle de l'apparition. L'apparition débute vers 18 h, et va durer environ 3h. Elle regroupe progressivement les habitants du village, qui ne voient rien, sauf quelques enfants qui décrivent les évolutions de la vision au cours du temps, au rythme des prières de l'assemblée. Dès le lendemain le curé du village interroge les enfants et note un premier récit avant d'en informer l'évêque. Très vite une enquête canonique est ouverte, et un an plus tard, le , Mgr Casimir Wicart reconnaît officiellement l'apparition de la Vierge de Pontmain, et autorise sa dévotion[1].

Notoriété[modifier | modifier le code]

Le pèlerinage[modifier | modifier le code]

Dès les premiers jours qui suivent l'apparition, avant même l'avis de l’Église sur l'authenticité ou non de l'apparition, des pèlerins se rendent sur le lieu pour y prier[2] car ils voient dans le départ rapide des troupes allemandes du département (dans les jours qui suivent l'apparition), le signe de la protection de la Vierge. C'est pourquoi, immédiatement des pèlerinages spontanés s'organisent à Pontmain[3]. L'abbé Richard dénombrera le 2 mars (soit un peu plus d'un mois après l'apparition), environ 400 pèlerins dans le village. Au printemps, on compte déjà entre 3 000 et 4 000 personnes par jour[4].

À la suite de l'apparition et de sa reconnaissance canonique, l'abbé Guérin, curé de Pontmain, assure l'accueil des pèlerins avec les religieuses de l'école. Mais après sa mort en 1872, l'évêque appelle les Missionnaires Oblats de Marie-Immaculée pour animer les premiers pèlerinages et prêcher dans la région. L'affluence des pèlerins à Pontmain a été rapide. Pour le premier anniversaire des apparitions, le , on comptait déjà 8 000 personnes. Venant d'abord du département, les pèlerins viennent progressivement de la France entière, puis de l'étranger[5].

On compte aujourd'hui environ 300 000 pèlerins par an et 4 000 (par jour) lors des grandes fêtes (comme l'Assomption)[6],[7].

La basilique de Pontmain[modifier | modifier le code]

Après le décès du curé du village, le père Guérin, l'évêque Mgr Wicart confie, le aux missionnaires oblats de Marie-Immaculée le soin d'accueillir les pèlerins qui se rendent sur le lieu d'apparition, et d'y construire un sanctuaire[8]. Monseigneur Wicart, évêque de Laval, pose la première pierre de l'église le , mais il meurt peu après. Ses successeurs suivent sa voie. L'église est achevée en 1890, mais elle n'est consacrée que le par Mgr Pierre Geay[8],[9].

Le , le pape Pie X érige l'église au rang de basilique[8].

Vénération en France et à l'étranger[modifier | modifier le code]

Sa fête liturgique est célébrée le 17 janvier, et elle est officiellement inscrite au calendrier liturgique du diocèse de Coutances et Avranches[10].
De nombreuses églises et chapelles possèdent des vitraux ou statues de Notre-Dame de Pontmain.

En France[modifier | modifier le code]

Plusieurs églises lui sont dédiées, comme :

Un vitrail évoque cette apparition en l'église Saint-Germain d’Andresy (Yvelines).

Au Liban[modifier | modifier le code]

Dans les années 1900, quelqu'un[11] emporte une copie de la statue de la Vierge de Pontmain au Liban, dans le village de Béchouate[12].

Lorsque la Vierge apparaît dans ce village, en 1976 et 2004, cette statue, dont l'origine est alors oubliée, est utilisée comme support pour l'imagination. Le père Claude Poussier, recteur du sanctuaire de Pontmain, en faisant lui-même le pèlerinage à Béchouate, en , découvre la statue et révèle son origine française. À cette occasion, le message de la Vierge de Pontmain, traduit en arabe, est inscrit sur le sanctuaire de Notre-Dame de Béchouate[12]

Au Canada[modifier | modifier le code]

La paroisse Notre-Dame-de-Pontmain, fondée en 1894, a été ainsi dénommée en l'honneur de Notre-Dame de Pontmain et de l'apparition mariale. Cette paroisse donnera en 1945, le nom à la municipalité Notre-Dame-de-Pontmain, toujours ainsi dénommée[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yves Chiron, Enquête sur les apparitions de la Vierge, Perrin, , 427 p. (ISBN 978-2-262-02832-9), p. 208-216.
  2. Yves Chiron 2007, p. 213.
  3. Joachim Bouflet et Philippe Boutry, Un signe dans le ciel : Les apparitions de la Vierge, Paris, Grasset, , 475 p. (ISBN 978-2-246-52051-1), p. 159.
  4. Joachim Bouflet et Philippe Boutry 1997, p. 161.
  5. Dictionnaire des apparitions, p. 750.
  6. « Pontmain », Pèlerin, no 6976,‎ , p. 24.
  7. Olivier BOTTIN, « Pontmain. Cinq choses à savoir sur le pèlerinage de l’Assomption », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 19 avril 2020).
  8. a b et c « L’histoire du sanctuaire », sur sanctuaire-pontmain.com (consulté le 18 avril 2020).
  9. René Laurentin, Albert Durand, Pontmain, histoire authentique, Apostolat des éditions, , p. 284
  10. « Notre-Dame de Pontmain », sur nominis (consulté le 19 avril 2020).
  11. Le nom de cette personne a été oublié depuis.
  12. a et b Emma Aubin-Boltanski, « La Vierge, les chrétiens, les musulmans et la nation », Terrain, anthropologie et sciences humaines, no 51,‎ , p. 10-29 § 27-28 (lire en ligne, consulté le 19 avril 2020).
  13. « Notre-Dame-de-Pontmain », Commission de toponymie du Québec (consulté le 19 avril 2020).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]