Esther Razanadrasoa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Esther Razanadrasoa
Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait d'Esther Razanadrasoa au dos de Rasolihanta
Alias
Anja-Z
Naissance
Antananarivo
Décès
Auteur
Langue d’écriture malgache
Genres

Esther Razanadrasoa née en 1892 à et morte en avril 1931, est une poétesse malgache. Ses poèmes sont signés de son nom de plume Anja-Z.

Biographie[modifier | modifier le code]

On sait seulement d'elle qu'elle est née en 1892, qu'elle s'est mariée tardivement et qu'elle est morte en 1931[1]. Au cours de sa vie, elle est également rédactrice en chef du journal Tsara Hafatra[2]. Son nom de plume d'Anja-Z est pour elle un hommage à sa mère ; quant à son père, il était, aux dires de Jean-Joseph Rabearivelo, « poète, journaliste, romancier, orateur, compositeur »[3].

Œuvre[modifier | modifier le code]

L'œuvre d'Esther Razanadrasoa est entièrement rédigée en malgache[1], plus précisément dans le dialecte de l'ethnie hova. Une partie de cette œuvre consiste en un recueil des improvisations lyriques des jeunes filles de la capitale, appelées localement « kindriandina »[4],[5]. Elle a également publié plusieurs romans.

Postérité[modifier | modifier le code]

Esther Razanadrasoa a eu une importante influence sur le poète Jean-Joseph Rabearivelo, qui l'admirait autant pour son œuvre que pour les choix personnels qu'elle avait faits au cours de sa vie[1]. Ce dernier lui compose un fasana (équivalent d'un thrène) à sa mort[6], dans lequel, par le vers « le poète inscrira son chant de vivant », il exprime sa foi en la réincarnation de l'âme de son égérie[7] ; par ailleurs, Rabearivelo traduit une partie de l'œuvre d'Esther Razanadrasoa[8],[9].

De l'aveu écrit de Rabearivelo, Esther Razanadrasoa serait morte de l'ingestion de produits abortifs, après avoir couché avec lui, afin d'éviter d'être enceinte[10].

Dans l'hommage nécrologique qui lui est rendu en 1931, il est mentionné qu'Esther Razanadrasoa a reçu la décoration malgache de dix honneurs, et d'autre part qu'elle est considérée comme « l'une des figures les plus sympathiques de la presse malgache »[2].

Un hommage lui est rendu par la romancière suisse Douna Loup dans son roman L'oragé, publié en 2015, où la romancière imagine la vie de la poétesse à partir des très rares éléments biographiques qui lui sont parvenus[1]. Dans ce roman, Esther joue pour Rabearivelo le rôle d'une amante, d'une muse, mais aussi d'un personnage inflexible, ne transigeant pas avec l'usage exclusif du malgache comme langue d'expression, en opposition avec son disciple et amant[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Lisbeth Koutchoumoff, « Douna Loup, la liberté d’écrire et d’aimer », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne).
  2. a et b « Nouvelles et potins », Chantecler,‎ (lire en ligne).
  3. Jean-Joseph Rabearivelo 1932, p. 80.
  4. « Poètes d'outre-mer - Madagascar », (consulté le 10 mars 2016).
  5. Jean-Joseph Rabearivelo 1932, p. 81.
  6. Alain Ricard, Littératures d'Afrique noire : des langues aux livres, Paris, CNRS Éditions, , 304 p. (ISBN 9782271051721, OCLC 406582269), p. 125.
  7. Marie-Christine Rochmann, « Jean-Joseph Rabearivelo : Poète de la mort », Présence Africaine, Éditions Présence Africaine, vol. N° 145, no 1,‎ , p. 165-172 (ISSN 0032-7638, résumé, lire en ligne).
  8. Arnaud Sabatier, « Jean-Joseph Rabearivelo, (1903-1937), poète malgache », sur Les rencontres de Bellepierre, (consulté le 11 mars 2016).
  9. Jean-Joseph Rabearivelo 1932, p. 82 & 83.
  10. Xavier Jar. Luce, « L’Oragé [2], Douna Loup (Paris, Mercure de France, 2015). Jean-Joseph Rabearivelo et Esther Razanadrasoa, deux poètes sous l’occupation française », Continents manuscrits. Génétique des textes littéraires – Afrique, Caraïbe, diaspora, ITEM, Institut des textes et Manuscrits modernes, UMR 8132 CNRS/ENS,‎ (ISSN 2275-1742, lire en ligne).
  11. « Littérature : Madagascar, île rouge, voix bleues », Jeune Afrique,‎ (ISSN 1950-1285, lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]