Douna Loup

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Douna Loup
Naissance (38 ans)
Genève, Suisse
Activité principale
Distinctions
Prix Senghor du premier roman francophone 2011
Auteur
Langue d’écriture français
Genres
roman

Douna Loup, née le à Genève, est une écrivaine, romancière et dramaturge franco-suisse[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Douna Loup est née à Genève. Ses parents sont marionnettistes. Elle grandit dans la Drôme, en France.

À l'âge de 18 ans, elle voyage en Afrique. Elle passe plusieurs mois à Madagascar, où elle fait du bénévolat dans un orphelinat[2].

Elle écrit pour le théâtre jeunesse puis publie en avril 2010 Mopaya, le récit d'une traversée du Congo à la Suisse[3].

Son premier roman L'embrasure, paru en septembre 2010 au Mercure de France reçoit plusieurs prix : le Prix Schiller découverte, le Prix Michel-Dentan et le Prix Senghor du premier roman francophone[4].

Depuis 2013, Douna Loup habite en France, à côté de Nantes[3].

Dans L’Oragé, publié en 2015, elle retrace la jeunesse de deux poètes malgaches des années 1920, Jean-Joseph Rabearivelo et Esther Razanadrasoa. Le premier écrit en français tandis que Esther Razanadrasoa écrit en malgache[2].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Pièces de théâtre[modifier | modifier le code]

  • Ventrosoleil, Les Sans-Editions, 2014. Cette pièce jeune public a été créée au Théatre Am Stram Gram de Genève (mise en scène Joan Mompart).
  • Mon chien-dieu, Les solitaires intempestifs, 2016. (Élu au Prix ado du théâtre contemporain)

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Accueil de son œuvre[modifier | modifier le code]

Dona Loup reçoit plusieurs prix, dont le prix Schiller[10].

Le journal Le Temps écrit au sujet de L'Oragé, « L’Oragé raconte la jeunesse de deux poètes malgaches de l’entre-deux-guerres, Jean-Joseph Rabearivelo et Esther Razanadrasoa, et à travers eux, par eux, Douna Loup signe une ode à la liberté de créer, à la liberté d’aimer, à la liberté d’écrire.»[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Une cosse de sauvagerie et de haute civilisation / Entretien avec Douna Loup | le poulailler », sur le-poulailler.fr (consulté le 29 février 2016)
  2. a et b « L’Oragé, une ode à la liberté de créer, d’aimer et d’écrire », sur www.letemps.ch (consulté le 2 février 2016)
  3. a et b « Douna Loup / Maison des écrivains et de la littérature », sur www.m-e-l.fr (consulté le 3 février 2018)
  4. Lisbeth Koutchoumoff, « Douna Loup, la liberté d’écrire et d’aimer », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 3 février 2018)
  5. « Douna Loup écrit «Les Lignes de ta paume», en suivant le destin d’une étonnante vieille dame », sur www.letemps.ch (consulté le 2 février 2016)
  6. « Le prix Virilo 2015 pour Douna Loup, le Trop Virilo pour Sophie Divry et Jean Teulé », sur Bibliobs, (consulté le 4 novembre 2015)
  7. « Prix Pittard de l'Andelyn 2016 », sur Fondationpittardd, (consulté en mai 2016)
  8. Lauréats du prix René-Fallet, site officiel.
  9. https://www.tdg.ch/actu/culture/prix-dentan-romanciere-genevoise-douna-loup-2011-05-02
  10. « Dona Loup - Fondation Pittard de l'Andelyn - Fondation Pittard de l'Andelyn », sur prix-genevois-litterature.ch (consulté le 20 août 2018)
  11. Lisbeth Koutchoumoff, « «L’Oragé», une ode à la liberté de créer, d’aimer et d’écrire », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 20 août 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]