Elisa Shua Dusapin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Elisa Shua Dusapin
Image dans Infobox.
Elisa Shua Dusapin, en 2018
Biographie
Naissance
Nationalités
Formation
Activité
Autres informations
Distinctions
Liste détaillée
Prix Robert-Walser ()
Prix Régine-Deforges ()
Prix littéraire SPG ()
Prix Alpha ()
Prix de l'Académie romande ()
Prix suisse de littérature ()
National Book Award for Translated Literature (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Elisa Shua Dusapin, née le à Sarlat-la-Canéda (Dordogne), en France, est une écrivaine franco-suisse vivant en Suisse romande.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et formation[modifier | modifier le code]

Elisa Shua Dusapin naît le à Sarlat-la-Canéda, en Dordogne, d'un père français infirmier et acupuncteur et d’une mère sud-coréenne interprète, journaliste à la radio alémanique. Ses grands-parents étaient responsables de la maison coréenne du village d'enfants Pestalozzi en Appenzell Rhodes-Extérieures[1],[2],[3],[4]. Elle a trois sœurs cadettes[4].

Elle grandit entre Paris et Zurich avant que sa famille s'installe, en 1999, à Porrentruy dans le canton du Jura en Suisse[1],[3].

Elle obtient son baccalauréat en 2011 au lycée cantonal de Porrentruy et entame des études à la Haute école des arts de Berne. En 2014, elle obtient un bachelor en écriture de l’Institut littéraire suisse de Bienne[1],[5].

En 2016, elle poursuit ses études littéraires en obtenant un master de français moderne à l'université de Lausanne[3]. La même année, le gouvernement jurassien la nomme ambassadrice du canton du Jura[6].

En 2017, elle reçoit une bourse culturelle de 50 000 francs suisses de la Fondation Leenaards[7] et passe six mois à New York en résidence d'artiste[1].

Elle vit à Porrentruy[4].

Carrière littéraire[modifier | modifier le code]

En 2016, elle publie son premier roman, Hiver à Sokcho, qui obtient de nombreux prix littéraires suisses et français (dont le prix Robert-Walser, prix Alpha, et le prix Régine-Deforges)[8]. Ce livre porte sur le mélange des cultures, l'identité, le rapport au langage et la difficulté à communiquer. Dans l'ambiance portuaire et hivernale de la ville de Sokcho, frontalière de la Corée du Nord, Elisa Shua Dusapin explore la relation complexe qui se noue entre la jeune narratrice franco-coréenne et un dessinateur de BD français qui s'installe dans la pension où elle travaille[réf. nécessaire].

Elisa Shua Dusapin travaille avec Franck Semelet à l'adaptation du livre pour le théâtre. Les premières représentations sont données en , avec la collaboration du dessinateur Pitch Comment et Isabelle Caillat comme actrice, aux côtés de Franck Semelet[réf. nécessaire].

Son deuxième roman Les Billes du Pachinko, sorti le , poursuit l'exploration des thématiques du premier ouvrage Hiver à Sokcho, avec pour arrière-plan l’exode de la communauté coréenne vers le Japon dans les années 1950, après la Guerre de Corée[9],[10]. Claire, la narratrice suisse-coréenne, passe le mois d'août chez ses grands-parents qui tiennent un établissement de Pachinko à Tokyo, dans le but de les ramener en Corée, pour la première fois depuis leur exil.

En , Winter in Sokcho, la version anglaise de son roman Hiver à Sokcho (traduction d'Aneesa Abbas Higgins) est récompensée par le National Book Award, dans la catégorie « littérature traduite » ; choisie parmi 154 romans contemporains, écrits dans 27 langues différentes. Elisa Shua Dusapin est la première écrivaine suisse à recevoir ce prix[11].

Autres activités artistiques[modifier | modifier le code]

En 2015, Elisa Shua Dusapin est assistante de la metteuse en scène Maya Bösch[3] avant de jouer comme actrice dans sa pièce Les Exilées d’Eschyle présentée au festival de la Batie à Genève en septembre[12].

La même année, elle écrit le texte d'un premier spectacle musical pour enfants, intitulé M’sieur Boniface, spectacle qui s’imprègne de l’univers de Bourvil. Joué par Thierry Romanens et le chœur d’enfants de Moutier et de la région Sakaziq. Ce spectacle devient ensuite un livre-CD, illustré par Yves Juillerat, avec Charlotte Riondel comme narratrice.

Depuis 2016, Elisa Shua Dusapin est membre du « fOrum culture », association fédératrice des actrices et acteurs culturels du Jura bernois, du canton du Jura et de Bienne[13].

En 2018, elle écrit Olive en bulle, un conte musical sur une musique de Claude Debussy, mis en scène par Laure Donzé, joué par Pascale Güdel avec Andrée Oriet au piano.

Au printemps 2018, l'écrivaine participe à une tournée de lecture appelée Versants littéraires, en compagnie de Jean-Bernard Vuillème. Organisée par la Commission intercantonale de littérature des cantons de Berne et du Jura, elle réunit chaque année les lauréats des prix Alpha et Renfer pour des lectures de leurs textes, accompagnées de musique et sur des scènes insolites.

En , Elisa Shua Dusapin est invitée par le Festival international de films de Fribourg à présenter une sélection de films sud-coréens dans la section Diaspora[14].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Nouvelles et contes[modifier | modifier le code]

  • 2011 : C'était une nuit de fièvre (nouvelle) publiée dans Contes et Nouvelles, éditions de l'Hèbe.
  • 2015 : M'sieur Boniface (conte musical).

Romans[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Kiki Lutz, Elisa Shua Dusapin, Dictionnaire du Jura suisse, 4 avril 2019, consulté le 1er septembre 2020.
  2. a et b Isabelle Rüf, « Elisa Shua Dusapin, un sacre américain », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne Accès payant, consulté le )
  3. a b c et d Marianne Grosjean, « Elisa Shua Dusapin apaise l'âme et fait vibrer les sens », La Tribune de Genève, 19 septembre 2016.
  4. a b et c Laurence de Coulon, « Aux sources de la romancière », Coopération,‎ , p. 27 et 29 (lire en ligne)
  5. « Elisa Shua Dusapin apaise les sens », 24 heures,‎ (lire en ligne)
  6. « Elisa Shua Dusapin désignée ambassadrice du Jura », sur www.jura.ch,
  7. « Elisa Shua Dusapin - Fondation Leenaards - Favoriser la dynamique créatrice », Fondation Leenaards - Favoriser la dynamique créatrice,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. « 8 romans sélectionnés pour le prix Regine Deforges », www.actualitte.com,‎ (lire en ligne)
  9. blvdr.ch - design: Silvia Francia - Development: James Guyot, « Éditions Zoé/ Les Billes du Pachinko / Elisa Shua Dusapin », sur www.editionszoe.ch (consulté le )
  10. Valérie Fromont, « Elisa Shua Dusapin, écrire sur la ligne de faille des identités », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  11. « La Romande Elisa Shua Dusapin reçoit un prestigieux National Book Award », sur rts.ch, (consulté le )
  12. « Tragedy Reloaded, Prelude II »
  13. « fOrum culture – Membres – Elisa Dusapin », sur fOrum culture – Membres – Elisa Dusapin (consulté le )
  14. « Films par section | Festival International de Films de Fribourg », sur www.fiff.ch (consulté le )
  15. « Au bord de la mer, en Corée », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  16. « Le Prix Robert Walser décerné à la Jurassienne Elisa Shua Dusapin », arcinfo,‎ (lire en ligne)
  17. « Prix Révélation 2016 de la SGDL », sur www.livreshebdo.fr,
  18. « Jean-Bernard Vuillème et Elisa Shua Dusapin récompensés par la CiLi », arcinfo,‎ (lire en ligne)
  19. « Elisa Shua Dusapin, Lauréate du prix littéraire de la SPG », sur Prenez le temps de lire, (consulté le )
  20. « Le prix Régine Deforges pour Elisa Shua Dusapin », Bibliobs,‎ (lire en ligne)
  21. « La sélection du prix Blù Jean-Marc Roberts 2018 », Livres Hebdo,‎ (lire en ligne, consulté le )
  22. Isabel Contreras, « La sélection du prix Blù Jean-Marc Roberts 2020 », Livres Hebdo,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]