Edmond Missa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Edmond Missa
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 48 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Instrument
Orgue (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Genre artistique

Jean Louis Edmond Missa, né le à Reims[1] et mort le à Paris, est un compositeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Missa a d'abord reçu des leçons de sa mère, la musicienne Marie-Louise Duval[N 1]. Son cousin, l'abbé Louis Duval était organiste du grand orgue de la Cathédrale de Reims, son oncle, le professeur de musique Ernest Duval est organiste à l'église Saint-Jacques de Reims. À l'âge de dix ans Missa succède à Henri Dallier organiste de l'orgue de chœur de la cathédrale de Reims.

À Paris, Missa fréquente l'École Niedermeyer, où Clément Loret lui enseigne l'orgue, Eugène Gigout, l'harmonie, le contrepoint et le piano et Gustave Lefèvre la composition. Il rejoint le Conservatoire de Paris, où il a Antoine François Marmontel comme professeur de piano, Jules Duprato pour l'harmonie et Jules Massenet pour étudier la composition. En même temps, il devient en 1878, organiste à l'église Saint-Louis-en-l'Île. Il devient plus tard organiste des églises Saint-Roch, Saint-Honoré-d'Eylau, Saint-Thomas-d'Aquin et, de 1885 jusqu'à sa mort, à Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux.

À partir de 1880, Missa se présente à cinq reprises pour le Prix de Rome, mais obtient une mention honorables seulement en 1881 avec la cantate Geneviève de Paris.

Il débute à l'Opéra-Comique (salle Favart), avec la musique de Juge et Partie, puis une partition d'opéra-bouffe, La Belle Sophie aux Menus-Plaisirs en 1888, qui devient à Reims, la Princesse Nangara en 1892, puis deux chansons pour Jane Pierny dans Nini Fauvette aux Nouveautés en 1892. Il compose ensuite Dinah en 1894.

En 1886, il reçoit le Prix Cressent pour l'opéra Juge et partie qui a été joué à plusieurs reprises à l'Opéra-Comique.

Missa, qui a composé depuis l'âge de seize ans, a publié de nombreux ouvrages de piano et d'orgue, y compris des morceaux faciles pour les enfants, des chansons, des œuvres chorales et des pièces d'orchestre, et une trentaine d'opéras et plusieurs ballets.

Le [2], il épouse à Paris Jeanne Paule Julie Barbant, fille du graveur et illustrateur Charles Barbant.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Opéras[modifier | modifier le code]

  • Juge et partie, opéra-comique avec Jules Adenis, 1886
  • Le Chevalier timide, opéra-comique, 1887
  • La Belle Sophie, opéra-bouffe, 1888
  • Lydia ou les fiancés de Novgorod, 1888
  • Doctoresse , 1890
  • La Princesse Nangara, opérette en trois actes, paroles de Louis Bataille et Julien Sermet, jouée au Grand Théâtre de Reims, le .
  • Mini-Fauvette, 1892
  • Le mariage galant, opérette, 1892
  • L'Hôte, 1893
  • Dinah , 1894
  • Le dernier des Marigny, 1896
  • Les Trois Bossus, 1896
  • La Demoiselle aux Camélias, operette, 1899
  • Babette, 1900
  • Muguette, opéra-comique en 4 actes
  • Maguelone, 1903
  • Lucas et Lucette, 1905
  • La Chouanne, 1907
  • Cyprienne, 1910
  • La D’moiselle du Tabarin, 1910
  • Hermann et Dorothée, 1911
  • Niou
  • Les Bohémiens

Ballets[modifier | modifier le code]

Morceaux pour orchestre[modifier | modifier le code]

  • Les Bains de la mer, 1897
  • Scènes Hindoues, 1904
  • Ballet des Quatre saisons
  • Valses alsaciennes
  • Aquarelles musicale

Œuvres vocales[modifier | modifier le code]

  • Les Voix du Ciel ; volume 1 : 5 messes ; volume 2 : 40 versets. Paris, Enoch et Cie.

Œuvres pour orgue ou harmonium[modifier | modifier le code]

  • L’office divin, recueil de 32 pièces pour orgue ou harmonium. Paris, J. Hammele.

Source[modifier | modifier le code]

(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Edmond Missa » (voir la liste des auteurs).

Références et notes[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Mme Marie Brette-Missa, née Marie-Louise Duval, prix de piano et de chant du Conservatoire de Paris, cantatrice, soliste de la Société des Concerts du Conservatoire, professeure de chant à Paris, morte en octobre 1897
Références
  1. État civil de Reims, naissances en 1861, acte de naissance n°845, p. 217/475
  2. État civil du 6e arrondissement de Paris, acte de mariage n° 311.
  3. « Gil Blas », sur Gallica, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]