Edgar Feuchtinger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Edgar Feuchtinger
Generalleutnant Edgar Feuchtinger, le 30 mai 1944
Generalleutnant Edgar Feuchtinger, le 30 mai 1944

Naissance
Metz, Reichsland Elsaß-Lothringen
Décès
Berlin, Allemagne
Origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Allégeance Flag of the German Empire.svg Empire allemand (jusqu'en 1918),
Flag of Germany (3-2 aspect ratio).svg République de Weimar (jusqu'en 1933),
Flag of German Reich (1935–1945).svg Troisième Reich
Grade Generalleutnant
Années de service 1914 – 1945
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Commandement Kommandeur de la 21e Panzerdivision
Faits d'armes Bataille de Normandie
Campagne de Lorraine
Distinctions Ritterkreuz des Eisernen Kreuzes
Autres fonctions Renseignement

Edgar Feuchtinger, (Metz le - Berlin-Ouest, le ) est un général de division allemand de la Seconde Guerre mondiale. Largement décoré, il fut pourtant condamné à mort par un tribunal militaire nazi, pour défaitisme, en janvier 1945[1]. Après-guerre, Edgar Feuchtinger fut par ailleurs mêlé à une affaire d’espionnage[2], dans le contexte de la guerre froide.

Biographie[modifier | modifier le code]

Edgar Feuchtinger naît le 9 novembre 1894, à Metz, une ville de garnison animée du Reichsland Elsaß-Lothringen[3]. Avec sa ceinture fortifiée, Metz est alors la première place forte du Reich allemand[4], constituant une pépinière de militaires d'exception[note 1]. Attiré par la carrière des armes, comme ses compatriotes Hans-Albrecht Lehmann, Kurt Haseloff et Theodor Berkelmann, le jeune Edgar rejoint, en 1907, une école de cadets, à Karlsruhe. Il se distingue rapidement par ses capacités militaires. C'est donc naturellement qu'il s'engage en août 1914[5].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pendant la Première Guerre mondiale, Edgar Feuchtinger combat avec le Badisches Fußartillerie-Regiment Nr. 14 en Russie et en France, où il participe notamment à la bataille de Verdun, à la bataille de la Somme et à la bataille de l'Aisne. Promu Leutnant, sous-lieutenant, en août 1915, Feuchtinger termine la guerre comme officier subalterne. Au cours de ce conflit, il fut décoré à plusieurs reprises, notamment par les croix de guerre de 2e et 1re classes[5].

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Après guerre, Feuchtinger poursuit sa carrière dans la Reichswehr, l'armée allemande de la République de Weimar. Affecté dans des régiments d'artillerie, il gravit un à un tous les échelons hiérarchiques. Oberleutnant en avril 1925, Feuchtinger est promu Hauptmann, capitaine, en novembre 1929 et Major, commandant, en novembre 1935. En octobre 1937, il prend le commandement du 3e bataillon du 26e régiment d’artillerie. Le 1er août 1938, le commandant Feuchtinger est promu Oberstleutnant, lieutenant-colonel. Il est nommé commandant du 227e régiment d’artillerie, le 26 août 1939, à la veille de la Seconde Guerre mondiale[5].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le commandant Becker, le général Feuchtinger et Erwin Rommel au printemps 1944.

Au début la Seconde Guerre mondiale, le lieutenant-colonel Feuchtinger participe à l’invasion de la France à la tête du 227e régiment d’artillerie, recevant pour son action l’agrafe de la Croix de fer[5]. Son régiment est ensuite stationné en France. À l'automne 1941, le 227e Artillerie-Regiment est envoyé sur le front de l'Est. Alors qu'il se bat dans le nord de la Russie, Feuchtinger est promu Oberst, colonel, en août 1941. Placé dans la Führerreserve en août 1942, il est nommé chef du Kampfgruppe A, composé principalement d'éléments de la 10e Panzerdivision dans le courant de l'automne[5]. Le , Feuchtinger reçoit le commandement de la Schnelle Brigade West, la 931e brigade d'artillerie motorisée. Le 15 juillet 1943, il reçoit la croix allemande en argent et prend le commandement de la 21e Panzerdivision[note 2], reformée à Rennes autour de sa brigade rapide[5].

Generalfeldmarschall Erwin Rommel discutant avec Feuchtinger (droite), en mai 1944.

Promu Generalmajor, général de brigade, le 1er août 1943, Feuchtinger est officiellement nommé Kommandeur de la 21e Panzerdivision. Cette unité dépend alors du Groupe d'armées B du Generalfeldmarschall Erwin Rommel[6]. Après une inspection de la 21e Panzer Division à Falaise, Rommel ne peut s'empêcher de penser que l'ingénieux Feuchtinger est peut-être apprécié du parti, mais que la discipline militaire lui semble totalement étrangère, à lui comme à ses officiers[7]. Le jour du débarquement, alors que sa division est en alerte au sud de Caen, Feuchtinger est d'ailleurs en permission à Paris, pour faire la fête[7] avec sa maîtresse, une danseuse noire[8]. L'ironie de l'histoire veut que Rommel ait été lui-même en permission auprès de sa famille le Jour J. Cette permission devait lui permettre de fêter l'anniversaire de sa femme, mais aussi de convaincre Hitler de la nécessité de mettre les divisions de Panzer près de la côte, Rommel ayant compris que si le débarquement réussissait, la maîtrise des airs des Alliés sur le continent européen leur assurerait la victoire[9]. Contrairement au général von Salmuth, son compatriote, Feuchtinger comprend très vite qu’il ne s’agit pas d’une manœuvre de diversion des Alliés, mais d’un véritable débarquement[note 3]. Il engage immédiatement ses troupes dans la Bataille de Normandie. A la tête de sa division blindée, il contre-attaque au nord de Caen[10]. Un mois plus tard, le , Feuchtinger reçoit ainsi la croix de chevalier de la Croix de fer pour sa bravoure au combat. Le 20 août 1944, il est promu au grade de Generalleutnant, général de division, avec effet rétroactif au 1er août 1944[5].

Reformée autour de la 112e brigade blindée, la 21e Panzerdivision est envoyée en Lorraine, dans le secteur de Charmes - Épinal, pour contrer l'offensive Alliée. Alors qu'il est Kampfkommandant de Baccarat, où stationne sa division, le général Feuchtinger est obligé de battre en retraite devant la 2e DB du Général Leclerc, qui attaque en force le .

En janvier 1945, alors que sa division est impliquée dans des combats acharnés dans la région de Sarrelouis, le général Feuchtinger s’affiche volontairement à Celle en compagnie de sa maîtresse, ne cachant plus ses doutes quant à l’issue de la guerre. Il est naturellement arrêté le , et jugé par un tribunal d’exception[5]. Le général Feuchtinger est alors condamné à mort pour trahison[1], mais finit par échapper in extremis à cette sentence[note 4]. Il se constitue finalement prisonnier à Hambourg, aux Alliés[11].

Après-guerre[modifier | modifier le code]

Le général Feuchtinger reste prisonnier jusqu'en août 1947[5]. Dans les années cinquante, dans le contexte de la guerre froide, Edgar Feuchtinger est mêlé à une affaire d’espionnage[2]. Il est suspecté d'avoir remis des informations sur le réarmement de l'Allemagne au GRU, la Direction générale des renseignements soviétiques[5]. Edgar Feuchtinger s'éteindra le 21 janvier 1960 à Berlin-Ouest.

Commandements[modifier | modifier le code]

  • Kommandeur de la 21e Panzerdivision (15 mai 1943 -15 janvier 1944 et 8 mai 1944 - 25 janvier 1945).

Promotions[modifier | modifier le code]

Leutnant 18 août 1915
Oberleutnant 1er avril 1925
Hauptmann 1er novembre 1929
Major 1er novembre 1935
Oberstleutnant 1er août 1938
Oberst 1er août 1941
Generalmajor 1er août 1943
Generalleutnant 1er août 1944

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Plus d'une trentaine de généraux et des dizaines d'officiers supérieurs allemands, pour la plupart actifs durant la Seconde Guerre mondiale, verront le jour à Metz, avant 1918.
  2. C'est une nouvelle division blindée no 21, la première Panzer-Division 21 ayant été capturée en Afrique du Nord.
  3. Le matin du 6 juin 1944, Hans von Salmuth écrit dans le journal de marche de la 15e Armée qu’il ne croit pas à un véritable débarquement en Normandie, mais à une « simple diversion » des Alliés.
  4. Dans l'Allemagne nazie déliquescente, de nombreux généraux allemands, comme Friedrich Weber, Richard von Bothmer ou Franz Vaterrodt, furent condamnés pour abandon de poste, ou défaitisme.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Le général Feuchtinger n'est pas condamné pour « trahison », mais pour « défaitisme » : article en anglais du SPIEGEL ONLINE International, du 28 janvier 2009 [1]
  2. a et b Falltöter von rechts. In: Der Spiegel, n°52, 1961.
  3. L’Express, n° 2937, du 18 au 24 octobre 2007, dossier « Metz en 1900 »
  4. François Roth : Metz annexée à l’Empire allemand, In François-Yves Le Moigne, Histoire de Metz, Privat, Toulouse, 1986, (p.350).
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Feuchtinger, Edgar sur lexikon-der-wehrmacht.de
  6. Heeresgruppe B sur lexikon-der-wehrmacht.de
  7. a et b David Irving Rommel: Ende einer Legende; Deutschlands Lieblingsgeneral und der Widerstand II, Der Spiegel 04.09.1978 article consulté le 16 novembre 2013.
  8. Will Fowler, D-Day: the Normandy landings on June 6, 1944, Barnes & Noble,‎ 2006, p. 165
  9. Al Hine, Dominique Auriange, Le Jour J. Libération de la France, éditions R.S.T.,‎ 1966, p. 44.
  10. Ken Ford: D-Day 1944 (3) Sword Beach & British Airborne Landings, 2002 (p. 72-75).
  11. Edgar Feuchtinger au camp spécial n°11
  12. a, b, c et d Rangliste des Deutschen Reichsheeres, Hrsg.: Reichswehrministerium, Mittler & Sohn Verlag, Berlin, 1930, (p. 152).
  13. a et b Veit Scherzer: Die Ritterkreuzträger 1939-1945, Scherzers Militaer-Verlag, Ranis/Iéna 2007,

Sources[modifier | modifier le code]

  • Janusz Piekalkiewicz, Weltgeschichte der Spionage, Munich, 1988
  • Dermot Bradley, Kar-Friedrich Hildebrand, Markus Rövekamp, Die Generale des Heeres 1921 - 1945, tome 3, Osnabrück, 1994
  • Helmut Roewer, Stefan Schäfer, Mathtthias Uhl, Lexikon der Geheimdienste im 20. Jahrhundert, Munich 2003

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :