Ecotopia (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ecotopia
Auteur Ernest Callenbach
Pays Drapeau des États-Unis USA
Genre Récit utopique
Date de parution 1975
Type de média Imprimé
Nombre de pages 181
ISBN 0-553-34847-7

Ecotopia: Les Carnets de notes et de Rapports de William Weston est un roman utopique de Ernest Callenbach, publié en 1975. La société décrite dans le livre est l'une des premières utopies écologiques et a une influence sur la contre-culture et le mouvement écologiste dans les années 1970 et par la suite. L'auteur lui-même a affirmé que la société qu'il dépeint dans le livre n'est pas une véritable utopie (dans le sens d'une société parfaite), mais, bien que guidée par les intentions et les valeurs de la société, elle est imparfaite et en cours de création[1].

Callenbach dit de l'histoire, en ce qui concerne les américains: “Il est si difficile d'imaginer quelque chose de fondamentalement différent de ce que nous avons maintenant. Mais sans ces différentes visions, nous restons au point mort. Alors que nous ferions mieux de nous préparer. Nous avons besoin de savoir où nous voulons aller.”[2]

Contexte du livre et origines[modifier | modifier le code]

Callenbach a tissé la trame de son histoire en utilisant la fibre des technologies, des modes de vie, des mœurs et des attitudes qui sont courantes dans le Nord de la Californie et le nord-ouest du Pacifique. Les "bords" (ses idées principales pour les valeurs et pratiques écotopiennes) ont servis pour des modèles réels d'expérimentation sociale dans l'Ouest des États-Unis[3]. Pour donner un exemple, Crick School, l'école fictive de Callenbach, est basée sur Pinel School, une école alternative située dans la périphérie de Martinez, en Californie, qu'il a fréquenté pendant un temps en y emmenant son fils.

Callenbach a construit la genèse d'Ecotopia à partir d'un article qu'il a étudié et écrit intitulé "Le Scandale de Nos Eaux usées"[4]. Outre les importantes dimensions sociales de l'histoire, il indique publiquement avoir été influencé, pendant le travail sur le roman, par de nombreux courants de pensée: Les découvertes scientifiques dans les domaines de l'écologie et de biologie de la conservation ; le mouvement d'écologie urbaine, soucieux d'une nouvelle approche de la planification urbaine ; le mouvement des énergies douces, défendu par Amory Lovins et d'autres. Une grande partie de l'énergie sans danger pour l'environnement, de la construction résidentielle et de la technologie des transports décrites par l'auteur est fondée sur sa lecture des résultats de recherche publiés dans des revues comme Scientific American et Science[5].

La conception de Callenbach est de ne pas rejeter la haute technologie (ou toute technologie), tant qu'il n'interfère pas avec l'ordre social écotopien et sert les objectifs globaux. Les membres de sa fiction de la société préfèrent démontrer une conscience sélective à l'égard de la technologie, de sorte que non seulement la santé humaine et la santé mentale peuvent être préservées, mais aussi le bien-être social et écologique. Ainsi, à titre d'exemple, l'histoire  de Callenbach prévoit le développement et l'utilisation libérale de la vidéoconférence.[réf. nécessaire]

Pendant les années 1970, quand Ecotopia a été écrit et publié, de nombreux éminents de la contre-culture et les nouveaux penseurs de gauche dénoncent la consommation et la surabondance qu'ils ont perçu comme une caractéristique de l'Amérique post-seconde guerre mondiale[6],[7]. Les citoyens d'Ecotopia partagent un objectif commun: ils cherchent un équilibre entre eux et la nature. Ils ont été “littéralement malade de l'air vicié, de la nourriture chimique, et fou de la publicité. Ils se sont tournés vers la politique parce que c'était finalement la seule voie pour atteindre l'auto-préservation.”[8] Dans le milieu du XXe siècle, comme les “entreprises ont augmenté en taille et en complexité, les citoyens doivent savoir que le marché continuera de servir les intérêts de ceux pour qui il prétendait exister.”[9] L'Ecotopia de Callenbach cible le fait que beaucoup de gens n'ont pas le sentiment que le marché ou le gouvernement les servent comme ils le souhaitaient. Ce livre pourrait être interprétée comme le signe de "protestation contre le consumérisme et le matérialisme, parmi d'autres aspects de la vie américaine."

Le terme "fiction écotopienne", comme un sous-genre de la science-fiction et de la fiction utopique, fait implicitement référence à ce livre.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le livre se déroule en 1999 (25 ans dans le futur à partir de 1974) et se compose des entrées de journal et des rapports du journaliste William Weston, qui est le premier journaliste américain des médias traditionnels à enquêter sur Ecotopia, un petit pays qui a rompu avec les États-Unis en 1980. Avant les rapports de Weston, la plupart des Américains ont été empêchés d'entrer dans le nouveau pays, qui est dépeint comme étant en continuelle garde contre le revanchisme. La nouvelle nation d'Ecotopia comprend le Nord de la Californie, de l'Oregon et de Washington; il est laissé entendre que le Sud de la Californie est une cause perdue. Le roman prend sa forme comme un récit de journal de Weston en combinaison avec des dépêches, qu'il transmet à sa publication fictive, le Times-Post.

Avec Weston (qui au début est curieux, mais pas particulièrement disposé envers les écotopiens), le lecteur est informé au sujet du système écotopien de transport ainsi que sur le mode de vie qui comprend un large éventail de rôles de genre, la liberté sexuelle, et l'acceptation des relations non-monogames. L'usage libéral du cannabis est évidente. Les sports-spectacles de masse télévisés sont déplacés à cause d'une préférence pour les arts, des sports participatifs et de la condition physique générale. Certains écotopiens participent à un rituel particulier de se moquer(volontairement) de la guerre, se battent avec des armes ce qui entraîne souvent des blessures. Ecotopia a toléré le séparatisme volontaire de nombreuses personnes d'ascendance africaines qui ont, en fait, choisi de vivre dans une mini-nation à l'Est de la Baie de San Francisco.

La société écotopienne a favorisé la décentralisation, de la production d'énergies renouvelables et l'éco-construction. Les citoyens sont technologiquement créatif, tout en restant impliqué et sensible à la nature. Une réforme en profondeur de l'éducation est décrite, avec un système de soins médicaux universels très localisé (le narrateur découvre que les pratiques de guérison écotopiennes peuvent inclure la stimulation sexuelle). La stratégie nationale de défense a mis l'accent sur le développement très avancé de l'industrie de l'armement, tout en maintenant caché des ADM au sein d'importants centres de population pour décourager la conquête et l'annexion.

Par l'intermédiaire du journal intime de Weston, on trouve des observations qu'il n'inclut pas dans ses colonnes, comme son histoire d'amour avec une femme écotopienne qui le transforme personnellement. La structure narrative parallèle du récit permet au lecteur de voir comment les réflexions internes de Weston, inscrites dans son journal intime, divergent avec ses prises de position externes à ses lecteurs. En dépit des réserves initiales de Weston, tout au long du roman les citoyens écotopiens sont considérés comme intelligents, technologiquement ingénieux, émotionnellement expressif, et même parfois violent, mais aussi socialement responsable, patriotique. Ils vivent souvent dans des familles élargies, et ont tendance à vivre par choix dans des lieux ethniquement séparées. Leurs entreprises sont généralement contrôlées et possédées par leurs employées. L'actuelle administration gouvernementale est tenu par un parti dirigé par une femme et les structures gouvernementales sont très décentralisées.

Le roman se conclut par Weston se trouvant lui-même enchanté par la vie écotopienne et de sa décision de rester en Ecotopia en tant que porte-parole pour le reste du monde.

Valeurs illustrées dans le roman[modifier | modifier le code]

Les valeurs incarnées par ces écotopiens décrits dans le roman reflètent les valeurs défendues par son auteur. Callenbach dit que ses écotopiens accordent une importance fondamentale à l'environnement et la stabilité sociale au sein de la variété qui peut s'y épanouir. Ils valorisent la créativité. Ils veillent à l'égalité pour les femmes. Ils mettent en œuvre la protection et la restauration des systèmes naturels. Ils favorisent la production de la nourriture dans leurs villes.

Callenbach commence à écrire le roman en décrivant le recyclage des matériaux et des substances par la société; il voit un rôle élargi pour le recyclage de toutes sortes, et cela est essentiel pour de nombreux concepts qui sous-tendent Ecotopia.

Anticipation de la réalité[modifier | modifier le code]

On peut mentionner la spéculation de Callenbach sur le rôle de la télévision dans la société qu'il envisage. L'auteur a choisi le genre d'émission politique à questions directes, les jugeant précieuses à l'ensemble des citoyens. À certains égards, anticipant C-SPAN, qui sera d'abord diffusée en 1979, Ecotopia mentionne que la vie quotidienne de la législature et certaines juridictions de l'ordre judiciaire sont diffusées en Ecotopia. Même les débats techniques sont télévisés, répondant aux besoins et désirs des téléspectateurs écotopiens.

Un autre détail intéressant dans l'histoire est "l'impression à la demande" (POD). Les clients écotopiens peuvent choisir le support d'impression sélectionné à partir d'un simili-juke-box qui permettrait alors l'impression et la reliure du livre. Au XXIe siècle, les services de POD qui assurent l'impression, la reliure et l'expédition de livres pour les clients qui commandent en ligne, sont devenus monnaie courante.

Impact[modifier | modifier le code]

L'importance de ce livre n'est pas tant dans son style littéraire que dans l'imagination fertile d'une alternative écologique de mode de vie sur une plus grande échelle, présenté plus ou moins réaliste. Il a exprimé sur le papier, le rêve d'un autre avenir tenu par beaucoup dans les mouvements des années 1970 et plus tard. Même les noms des deux personnages en plus le reflet de leurs points de vue respectifs – "Will West(on)", le représentant du matérialisme et de la culture américaine et "Vera Allwen" (= "Toutes les femmes + tous les hommes"), le président et porte-parole pour Ecotopia – indiquent le degré auquel l'auteur a voulu que le livre soit un reflet de ce qu'il a vu comme des lacunes écologiques et culturelles américaines.

Cependant, contrairement à beaucoup du mouvement Vert dans l'Amérique contemporaine, avec sa préférence pour la régulation, l'Ecotopia de Callenbach a une tendance à un laissez-faire économique relatif, guidé par d'intenses pressions morales vers des pratiques durables, tant dans la vie privée et dans les affaires.

En 1981, Callenbach publie Ecotopia Émergentes, une "préquelle" à plusieurs volets suggérant comment la nation durable d'Ecotopia aurait pu voir le jour.

En 1990, Audio Renaissance a publié une adaptation théâtrale partielle d' Ecotopia sur cassettes audio sous la forme d'enregistrements de radio diffusées sur le réseau (Allied News Network remplaçant le Times-Post). La bande enregistrée du journal de William Weston est lue par l'auteur du livre, Ernest Callenbach. Les rapports de Weston sont lus par le reporter Edwin Newman.

Dans le journal en ligne Earth Island Journal, Ecotopia est analysé par Brian Smith, s'identifiant lui-même non comme un enfant des années 1960, mais des années 1980. Il a lu le roman trente ans après sa première publication, et dit: "j'ai senti une grande affinité pour les détails du monde que Callenbach prédit. Même mieux, j'ai été impressionné par la façon dont beaucoup de ses idées se sont produites."[10]

Ecotopia est maintenant une lecture obligatoire dans un certain nombre d'universités (voir l'article du New York Times "Le roman qui a prédit Portland" référencé ci-dessous).

Réception[modifier | modifier le code]

Don Milligan dans le magazine Britannique Peace News a donné à Ecotopia une critique négative, indiquant que "Ecotopia est un amalgame de mauvaise qualité de la social-démocratie suédoise, la neutralité de la Suisse, et des coopératives yougoslaves de travailleurs bricolé avec l'autoritarisme d'A Blueprint for Survival... Ecotopia est un vision défectueuse d'un avenir défectueux."[11]

En contraste, Ralph Nader fait l'éloge du livre, notant qu'"Aucune des conditions heureuses en Ecotopia sont au-delà de la technique ou des ressources à portée de notre société."[12]

Selon Scott Timberg, citant le professeur de littérature environnementale Scott Slovic de l'Université du Nevada dans le New York Times, "'Ecotopia" [le concept] est devenu presque immédiatement absorbé dans la culture populaire. Vous entendez les gens parler de l'idée d'Ecotopia, ou du nord-ouest comme étant Ecotopia."[13]

Dans bolo'bolo, P. M. critique Callenbach en disant:

« Les dollars circulent dans son Ecotopia comme ils le faisaient avant. Il est absurde de proposer un système de change direct, personnel et écologique et de permettre en même temps un véhicule de circulation (de l'argent) anonyme, indirect, centralisé. L'argent comme moyen général de mesure suppose la production de masse (dans ce cas seulement des marchandises sont mesurables et comparables), une centralisation bancaire, la grande distribution, etc. C'est exactement cette base, l'anonymat et la non-responsabilité de tout le monde, qui provoque et permet tous ces mécanismes de destruction de la nature et des gens. Comme Callenbach pose ces mécanismes comme un problème moral (respect de la nature, etc.), il a besoin d'un (très sympathique, très démocratique, même féminisé) État central (La Grande Sœur) pour réparer les dommages causés par le système, par le biais de contrôles des prix, des règlements, des lois et des prisons (bien sûr, ces derniers sont uniquement des “camps d'entraînement”). Ce qu'il permet économiquement il doit l'interdire politiquement: l'espace pour la [question de la] morale est ouvert. (Tu ne tueras pas....)[14] »

Références[modifier | modifier le code]

  1. Callenbach, Ernest et Heddle, James, « "Ecotopia Then & Now," an interview with Ernest Callenbach » (consulté le 6 avril 2013)
  2. Timberg, Scott 12/14/2008
  3. Kirk, Andrew G. (2007). Counterculture green: the Whole earth catalog and American environmentalism. University Press of Kansas. p. 86.
  4. https://www.huffingtonpost.com/harvey-wasserman/a-green-powered-trip-to-e_b_211456.html
  5. Callenbach, Ernest, « "Life in a Desirable Future," a talk at the Rubenstein School for Environment & Natural Resources at the University of Vermont » (consulté le 5 avril 2013)
  6. Kirk, Andrew G. (2007)
  7. • Murray, Heather. Free for All Lesbians: Lesbian Cultural Production and Consumption in the United States during the 1970s. Journal of the History of Sexuality 16, no. 2 (2007): 251-68.
  8. •Callenbach, Ernest. Ecotopia. New York: Bantam Books, 1990
  9. • Hilton, Matthew. "Consumers and the State Since the Second World War." The Annals of the American Academy of Political and Social Science 611, no. 66 (2007): 66-81.
  10. Smith, Brian, « A Child of Dystopia Reads Ecotopia » (consulté le 21 avril 2013)
  11. Milligan, Don. "Utopia Limited". Peace News 2977. 25 August 1978, (p. 14).
  12. « Ecotopia by Ernest Callenbach », Random House (consulté le 12 mai 2012)
  13. Timberg, Scott 12/14/2008
  14. M., P. (2011). bolo’bolo (Third ed.). Brooklyn, NY: Autonomedia/Ardent. pp.156–7. (ISBN 978-1-57027-241-7) .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Ernest Callenbach, "Ecotopia in Japan?, " in: Communities 132 (Fall 2006), p. 42–49.
  • R. Frye, "The Economics of Ecotopia", in: Alternative Futures 3 (1980), p. 71–81.
  • K.T. Goldbach, "Utopian Music: Music History of the Future in Novels by Bellamy, Callenbach and Huxley", in: Utopia Matters. Theory, Politics, Literature and the Arts, ed. F. Viera, M. Freitas, Porto 2005, p. 237–243.
  • J. Hollm: Die angloamerikanische Ökotopie: Literarische Entwürfe einer grünen Welt. Frankfurt am Main: Lang 1998.
  • Uwe Meyer: "Selling an 'ecological religion'. Strategies of Persuasion in Ernest Callenbach's Ecotopia". In: M. Lotz, M. van der Minde, D. Weidmann (Hrsg.): Von Platon bis zur Global Governance. Entwürfe für menschliches Zusammenleben. Marburg 2010, p. 253–280.
  • H. Tschachler, "Despotic Reason in Arcadia. Ernest Callenbach's Ecological Utopias", Science-Fiction Studies 11 (1984), p. 304–317.
  • Scott Timberg, New York Times article 14 December 2008 The Novel That Predicted Portland