Dulle Griet (Brueghel)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Dulle Griet (tableau))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dulle Griet.
Dulle Griet
Mad meg.jpg

Dulle Griet

Artiste
Date
vers 1562
Type
Peinture
Technique
Huile sur panneau de bois
Dimensions (H × L)
115 × 161 cm
Localisation

Dulle Griet ou Margot la folle, est une huile sur toile (115 × 161 cm) datant de Pieter Brueghel l'Ancien, inspiré de Dulle Griet, un personnage du folklore gantois, et réalisée en 1562.

Cette œuvre est actuellement présentée au Musée Mayer van den Bergh à Anvers, qui est le seul des Flandres à posséder des œuvres de Pieter Brueghel l’Ancien. Contrairement à de nombreuses autres oeuvres du peintre, il n’en existe aucune copie.

David Teniers le Jeune a peint sur un sujet identique à celui de Pieter Brueghel l'Ancien en 1640.

Histoire[modifier | modifier le code]

La signature et la date de ce tableau ne sont pas lisibles mais des similarités sur le plan de la composition et du style avec les œuvres La Chute des anges rebelles et Le Triomphe de la Mort incitent à penser que la peinture date de 1562 et aurait été destinée à faire partie d'une série.

Crayon, encre et gouache sur journal de Pierre Brueghel l'Ancien daté de 1561 au Museum Kunstpalast à Düsseldorf

Le premier biographe de Pieter Brueghel l’Ancien, Karel van Mander, décrit l’œuvre en 1604 comme une peinture avec Dulle Griet qui regarde la bouche de l'Enfer.

Cette œuvre a fait partie des collections de Rodolphe II (empereur des Romains).

Elle a ensuite été pillée par les troupes suédoises en 1648 puis est réapparue à Stockholm en 1800.

Le collectionneur d'art Fritz Mayer van den Bergh l'a découvert en 1897 à une vente aux enchères à Cologne où il l'a achetée pour une somme modeste, découvrant quelques jours plus tard l'identité de l'auteur de l’œuvre.

Description et style du tableau[modifier | modifier le code]

Dulle Griet doit beaucoup à Jérôme Bosch.

La peinture montre une femme paysanne, Dulle Griet, qui est à la tête d'une armée de femmes pour piller l'Enfer. Autour d'elle, les scènes de destruction dominent le paysage. L'attaque a été probablement menée par elle. La couleur dominante du tableau est le rouge des flammes.

Détail du tableau

Alors que ses compagnons d'armes féminines vandalisent une maison, Dulle Griet s'avance vers la bouche de l'Enfer au milieu d'un paysage peuplé de monstres tout droit sortis de l'univers de Jérôme Bosch. Ces derniers représentent les péchés qui sont punis.

Dulle Griet est vêtue d'une armure (un plastron, un gant et une cape en métal). Cette femme cuirassée armée tient des couverts et un coffret à la main en s’élançant en avant. Dulle Griet a aussi un couteau qui pend sur son côté gauche tandis que sur son coté droit elle porte une épée qui peut être fait écho au dicton : « Il pouvait aller en enfer avec une épée dans sa main ».

Son costume militaire est parodié par un monstre situé derrière elle portant un casque et qui soulève un pont-levis.

Un livre de proverbes publié à Anvers en 1568 contient un dicton qui est proche dans son esprit de la peinture de Pieter Brueghel l'Ancien : « Une femme seule fait du boucan, deux femmes causent beaucoup de difficultés, trois femmes se rassemblent uniquement pour faire du commerce pour un marché annuel, quatre femmes mènent à la dispute, cinq femmes forment une armée et pour lutter contre six femmes Satan n'a pas lui-même une arme pour les combattre. »

Interprétation du tableau[modifier | modifier le code]

Cette œuvre est une des peintures les plus complexes à interpréter. En effet, il est difficile d'identifier chaque personnage, chaque créature monstrueuse et chaque objet ayant un symbole magique et en lien avec l'alchimie.

Cette peinture présentant un paysage apocalyptique et incendiaire est aussi mystérieuse pour l'interprétation de la scène infernale qui a une signification indéniablement profonde avec une vision pessimiste.

La bouche anthropomorphique de l'Enfer entourée de monstres

Bruegel se moque de l'agressivité et du bruit des femmes. Simultanément, il critique sévèrement le péché de convoitise. Bien que pourvues à satiété de possessions, Dulle Griet et ses compagnes sont décidées à prendre d'assaut la bouche de l'enfer dans leur quête insatiable.

Un personnage clé est le géant au centre du tableau. Il porte avec son bras gauche sur son dos un bateau avec une sphère. Il a aussi dans sa main droite une louche en fer qui reverse la monnaie depuis son derrière en forme d’œuf de coque cassée. Ce géant semble avoir une personnalité aux antipodes de celle de Dulle Griet. Il jette indifféremment à la foule les richesses tandis que Dulle Griet recueille avec avidité les biens volés. Le peintre a pu vouloir montrer l'inutilité d'accumuler les richesses.

Le personnage Dulle Griet[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Dulle Griet.

Griet était un nom désobligeant adressé à une femme de mauvaise humeur ou à une harpie. L'action du tableau fait peut être référence au proverbe flamand : « Elle pouvait piller face à l'enfer et en revenir saine et sauve ».

Dulle Griet est une personnalité aussi du folklore flamand personnifiant l'avarice. Elle est aussi synonyme de la « marque de l’enfer » dans les farces de l’époque de Pieter Brueghel l'Ancien .

Certains pensent qu'elle est peut être aussi une transformation populaire de Marguerite d'Antioche qui a réussi à vaincre le démon.

Le personnage de Mad Meg a été utilisé dans d'autres domaines artistiques :

  • Ainsi, Mad Meg est aussi l'héroïne de l'un des albums Bob et Bobette.
  • Elle apparait aussi comme un personnage mineur dans la pièce de théâtre Top Girls (1982) écrite par Caryl Churchill où elle relate son invasion de l'enfer.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]