Doug Bentley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bentley.
Doug Bentley
Nationalité Drapeau du Canada Canada
Naissance ,
Delisle (Canada)
Décès ,
Saskatoon (Canada)
Entraîneur décédé
A entraîné Quakers de Saskatoon (PCHL/WHL)
Knights de Knoxville (EHL)
Activité 1951-1968
Joueur décédé
Position Ailier gauche
Tirait de la gauche
A joué pour Black Hawks de Chicago (LNH)
Quakers de Saskatoon (PCHL/WHL)
Regals de Brandon (WHL)
Rangers de New York (LNH)
Blades de Los Angeles (WHL)
Carrière pro. 1939-1961

Temple de la renommée : 1964

Douglas Wagner Bentley (né le à Delisle, dans la Saskatchewan au Canada — mort le à Saskatoon, dans la Saskatchewan au Canada) est un joueur professionnel canadien de hockey sur glace qui évolue au poste d'ailier gauche. Il joue treize saisons en Ligue nationale de hockey pour les Black Hawks de Chicago et les Rangers de New York au cours d'une carrière amateur et professionnelle qui s'étale sur près de trente ans. Il est nommé à quatre reprises dans les équipes d'étoiles de la ligue et termine meilleur buteur et pointeur en 1943 et meilleur buteur la saison suivante.

Bentley est l'un de six frères joueurs de hockey et, à un moment, joue avec quatre d'entre eux pour les Miners de Drumheller de l'Alberta Senior Hockey League. En 1943, avec ses frères Max et Reg, il marque l'histoire de la LNH en formant la première ligne d'attaque de la ligue composée de trois frères. En raison de blessures, Doug Bentley quitte les Black Hawks en 1951, mais revient en LNH en 1953-1954 pour une saison avec les Rangers. Il est pendant plusieurs saisons entraîneur-joueur des Quakers de Saskatoon avec lesquels il remporte la Pacific Coast Hockey League en 1952. Il est intronisé au Temple de la renommée du hockey en 1964.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et début de carrière[modifier | modifier le code]

Doug Bentley est né le 3 septembre 1916 à Delisle, dans la province de la Saskatchewan au Canada. Il est le cinquième de six garçons et l'un d'une famille de treize enfants. Son père Bill est un natif du Yorkshire en Angleterre ayant émigré aux États-Unis lorsqu'il est enfant. Il devient un champion de patinage de vitesse dans le Dakota du Nord avant de s'établir à Delisle[1]. Devenu maire, il aide à la construction de la patinoire couverte de la ville. Tous les enfants des Bentleys sont des athlètes, les frères jouant tous au hockey[2].

Bill Bentley est convaincu que chacun de ses fils a le niveau pour évoluer en Ligue nationale de hockey (souvent désigné par le sigle LNH). Cependant, les responsabilités dans la ferme familiale font que les quatre aînés disputent la majeure partie de leur carrière dans les ligues amateurs des Prairies canadiennes[1]. Doug est un joueur de petite taille ne pesant que 66kg au sommet de sa carrière[3], mais est un patineur exceptionnellement rapide et son père lui apprend a utilisé sa vitesse pour éviter les adversaires plus imposants physiquement. Il apprend le hockey avec ses frères qui le pratiquent dans les rues en l'été et sur la glace durant l'hiver. Le père de Bentley fait une piste de glace de la longueur réglementaire d'une patinoire de la LNH mais plus étroite, forçant les garçons à développer la capacité de contrôler le palet tout en faisant des virages rapides et difficiles pour atteindre la cage de but[1].

Doug Bentley joue pour plusieurs équipes de la Saskatchewan au début de sa carrière. Il évolue avec l'équipe de sa ville natale en 1932-1933, les Tigers, puis passe par Saskatoon, puis Regina avant de rejoindre en 1935 les Millers de Moose Jaw de la Southern Saskatchewan Senior Hockey League[4]. Il termine meilleur pointeur de la ligue en 1936-1937[5] puis aide son équipe remporter le titre la saison suivante[6]. En 1938, Doug et son frère Reg rejoignent les Miners de Drumheller de l'Alberta Senior Hockey League pour lesquels leurs frères Max, Roy et Wyatt jouent déjà. Lorsqu’ils ne jouent pas, la fratrie opère une station essence située dans la ville[2]. Durant cette période, Doug fait un essai avec les Bruins de Boston de la LNH mais n'est pas retenu[2],[7].

Les Black Hawks de Chicago[modifier | modifier le code]

En octobre 1939, Doug Bentley signe avec les Black Hawks de Chicago[Note 1] de la LNH[8]. Il dispute trente-neuf parties au cours de sa première saison, inscrivant douze buts et dix-neuf points[4]. En 1940-1941, son frère Max rejoint à son tour les Black Hawks et la paire est placée sur la même ligne avec Harold « Mush » March. En 1942, Doug Bentley est nommé capitaine de l'équipe, une responsabilité qu'il garde pendant deux ans[9]. Il termine meilleur pointeur de la ligue en 1943 avec soixante-treize points, égalisant le record établi par Ralph « Cooney » Weiland en 1930[10], et devient le premier joueur des Black Hawks a réalisé cette performance[11]. Également meilleur buteur[12], il est nommé dans la première équipe d'étoiles[4] et finit second derrière Bill Cowley lors du vote pour le Trophée Hart remis au meilleur joueur[Note 2] de la saison[13].

En raison de la Seconde Guerre mondiale, tous les effectifs des équipes de la LNH sont décimés. Les Black Hawks cherchant de nouveaux joueurs, Max et Doug convainquent la franchise de recruter leur frère Reg[2]. Le trio marquent l'histoire de la ligue le 1er janvier 1943, lorsqu'ils deviennent la première ligne composée de trois frères de la LNH. Deux jours plus tard, Max et Doug font les passes sur le premier et seul but de Reg, la seule fois dans l'histoire de la ligue que trois membre d'une même famille inscrivent tous les points sur un but. Alors que Max et Doug sont des joueurs établis, Reg ne joue que onze parties en LNH[14].

En 1943-1944, Bentley termine de nouveau meilleur buteur avec trente-huit réalisations et est nommé dans la première équipe d'étoiles de la ligue[15]. Sa carrière connait un arrêt en 1944 lorsque, suivant une rencontre amicale avec Chicago au Canada précédent la saison 1944-1945, les officiels canadiens lui refusent de retourner aux États-Unis[4]. Bentley passe l'année à Delisle où il s'occupe de la ferme familiale et devient entraîneur-joueur des Beavers de Laura de la Saskatchewan Intermediate Hockey Association avec lesquels il remporte le championnat intermédiaire de l'Ouest du Canada[16],[17].

Suivant la guerre, Doug Bentley retourne aux Black Hawks où il retrouve son frère Max. Les deux frères sont associés à Bill Mosienko sur une ligne surnommée la Pony Line en raison de la petite taille et de la rapidité des trois joueurs qui la composent. Celle-ci émerge comme l'une des lignes les plus offensives de la ligue[3]. Max termine meilleur pointeur de la saison avec soixante-et-un points[18], tandis que Doug en inscrit quarante en trente-six parties disputées[4]. Il s'améliore en 1946-1947 avec cinquante-cinq points et est nommé dans la première équipe d'étoiles pour la troisième fois de sa carrière[15]. Le 13 octobre 1947, il prend part au premier Match des étoiles de la LNH avec l'équipe d'étoiles de la ligue et inscrit le but victorieux face aux Maple Leafs de Toronto[19].

Les Black Hawks, qui n'ont jamais aligné une équipe forte durant les années que Doug Bentley passe à Chicago[20], réalisent une importante transaction au début de la saison 1947-1948. Ils envoient Max Bentley et un prospect aux Maple Leafs en retour de cinq joueurs[21]. L'arrangement choque Doug. Il pense alors à se retirer mais décide de donner Chicago une bonne saison de plus[20]. Il en dispute finalement trois, inscrivant à chaque reprise plus de cinquante points[4]. Deuxième meilleur pointeur de la ligue en 1949 derrière son coéquipier Roy Conacher[22], il est nommé dans la seconde équipe d'étoiles de la ligue[15]. Il apparaît aux Matchs des étoiles de 1948, 1949, 1950 et 1951[15]. En 1949, il redevient le temps d'une saison, le capitaine des Black Hawks[9]. En 1950, le quotidien de Chicago Herald American désigne Doug Bentley comme le meilleur joueur de hockey de la ville de la première moitié du XXe siècle[3].

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

La saison 1950-1951 de Doug Bentley est marquées par des blessures, dont un étirement des adducteurs, le limitant à jouer quarante-quatre parties[23],[24]. Il ne dispute que huit rencontres lors de la saison suivante avant que les Black Hawks lui permettent de retourner en Saskatchewan. Il est prêté aux Quakers de Saskatoon de la Pacific Coast Hockey League où il prend rôle d'entraîneur-joueur[25]. Bentley apparaît dans trente-cinq parties, puis inscrit douze points en treize matchs durant les séries éliminatoires, menant Saskatoon au titre de champion de la Coupe des présidents[4],[26].

Bentley reste en 1952-1953 avec Saskatoon, désormais membre de la Western Hockey League (souvent désigné par le sigle WHL), et participe à chacune des soixante-dix parties de l'équipe[4]. Durant l'été qui suit, les Rangers de New York de la LNH rachètent les droits de Doug et Max Bentley[4],[27]. Alors que Max joue pour New York dès le début de la saison, Doug ne rejoint les Blueshirts[Note 3] qu'en janvier après que la franchise ait menacé de retirer de l'effectif des Quakers tous les joueurs dont elle a les droits[28]. Lors de son retour le 21 janvier, il inscrit un but et trois aides au cours d'un succès 8-3 sur les Bruins[29]. Il dispute vingt parties avec les Rangers, ses dernières en LNH[4], avant de retourner entraîner Saskatoon lors des séries[30].

Au cours de la saison 1955-1956, Bentley surprend les Quakers en annonçant sa démission du poste d'entraîneur[31]. Dans un premier temps, il accepte de rester avec l'équipe en tant que joueur. Cependant, lorsque les Quakers annonce pour remplaçant Jackie McLeod, un de ses anciens joueurs, il décide de quitter le club, ne voulant pas créer une situation embarrassante pour son successeur[32]. Bentley reçoit alors plusieurs offres des autres équipe de la WHL, dont les Royals de New Westminster[33], et choisit finalement de finir la saison avec les Regals de Brandon[34].

Doug Bentley ne joue pas en 1956-1957, choisissant d'opérer avec son frère Max une nouvelle équipe de la Ligue de hockey junior de la Saskatchewan, les Junior Quakers de Saskatoon[35]. Doug occupe dans un premier temps la position de directeur général de l'équipe[36], puis, après avoir joué pour les Regals de Saskatoon/Saint-Paul de la WHL en 1957-1958, en devient l'entraîneur durant les trois années qui suivent[37],[38]. En 1961, il devient recruteur pour les Junior Quakers ainsi que pour les Blades de Los Angeles de la WHL[39]. En cours de saison, il est nommé entraîneur-assistant des Blades et prend part à quelques rencontres pour pallier les blessures de l'équipe californienne[40],[41].

En 1962-1963, Bentley devient entraîneur-joueur des Gulls de Long Beach de la California Hockey League, tandis que son frère Max occupe une position similaire avec une autre de la ligue, les Stars de Burbank[42]. Il retourne dans sa province natale en 1964 pour diriger les Quakers de Saskatoon de la Saskatchewan Senior Hockey League[43]. De 1965 à 1967, il prend en charge les Knights de Knoxville de l'Eastern Hockey League[44] puis les Nuggets d'Edmonton de la Western Canada Senior Hockey League pour la saison 1967-1968[45].

Doug Bentley est intronisé au Temple de la renommée du hockey en 1964[4], son frère Max l'y rejoignant deux ans plus tard[27]. En 1967, les deux frères sont admis au temple de la renommée des sports de leur province natale, le Saskatchewan Sports Hall of Fame[46]. En 1998, le magazine The Hockey News classe Doug soixante-treizième dans sa liste des cent meilleurs joueurs de l'histoire de la LNH[réf. nécessaire]. En 2012, Max et Doug font partie de la promotion inaugurale du Saskatchewan Hockey Hall of Fame[47].

Vie privée[modifier | modifier le code]

En plus du hockey, Doug Bentley et ses frères joue au baseball, représentant leur ville natale de Delisle lors de tournois et dans la Northern Saskatchewan Senior Baseball League[48],[49]. Il joue également pour les Gems de Saskatoon de la Western Canada Baseball League dont il en est également l'entraîneur[50],[51]. Lorsqu'il ne pratique pas de sport, Doug Bentley passe l'essentiel de son temps dans la ferme familiale près de Delisle, où les Bentleys y élèvent du bétail et cultive du blé[42].

Doug Bentley et son épouse ont trois filles et un fils. Celui-ci, nommé Doug Jr., est également un joueur de hockey sur glace. Durant les dernières années de sa vie, Bentley lutte contre le cancer. Il subit une première opération en 1969 suivie d'une seconde un an plus tard. Il décède le 24 novembre 1972 à Saskatoon[52].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Statistiques par saison[4],[44]
Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ  B   A  Pts Pun PJ  B   A  Pts Pun
1932-1933 Tigers de Delisle SIHA
1932-1933 Tigers de Delisle Coupe Allan 2 0 0 0 0
1933-1934 Wesleys de Saskatoon N-SJHL 4 3 3 6 0 9 3 1 4 8
1934-1935 Victorias de Regina S-SJHL 19 10 4 14 21 6 0 0 0 13
1935-1936 Millers de Moose Jaw S-SSHL 20 3 3 6 30
1936-1937 Millers de Moose Jaw S-SSHL 24 18 19 37 49 3 3 0 3 4
1937-1938 Millers de Moose Jaw S-SSHL 21 25 18 43 20 6 6 8 14 6
1937-1938 Millers de Moose Jaw Coupe Allan 4 3 2 5 8
1938-1939 Miners de Drumheller ASHL 32 24 29 53 31 6 7 0 7 6
1939-1940 Black Hawks de Chicago LNH 39 12 7 19 12 2 0 0 0 0
1940-1941 Black Hawks de Chicago LNH 47 8 20 28 12 5 1 1 2 4
1941-1942 Black Hawks de Chicago LNH 38 12 14 26 11 3 0 1 1 4
1942-1943 Black Hawks de Chicago LNH 50 33 40 73 18
1942-1943 Skyhawks de San Diego Amical
1943-1944 Black Hawks de Chicago LNH 50 38 39 77 22 9 8 4 12 4
1944-1945 Beavers de Laura SIHA
1945-1946 Black Hawks de Chicago LNH 36 19 21 40 16 4 0 2 2 0
1946-1947 Black Hawks de Chicago LNH 52 21 34 55 18
1947-1948 Black Hawks de Chicago LNH 60 20 37 57 16
1948-1949 Black Hawks de Chicago LNH 58 23 43 66 38
1949-1950 Black Hawks de Chicago LNH 64 20 33 53 28
1950-1951 Black Hawks de Chicago LNH 44 9 23 32 20
1951-1952 Blackhawks de Chicago LNH 8 2 3 5 4
1951-1952 Quakers de Saskatoon PCHL 35 11 14 25 12 13 6 6 12 4
1952-1953 Quakers de Saskatoon WHL 70 22 23 45 37 13 6 3 9 14
1953-1954 Rangers de New York LNH 20 2 10 12 2
1953-1954 Quakers de Saskatoon WHL 42 8 13 21 18
1954-1955 Quakers de Saskatoon WHL 61 14 23 37 52
1955-1956 Quakers de Saskatoon
Regals de Brandon
WHL 60 7 26 33 21
1957-1958 Regals de Saskatoon/St. Paul WHL 19 11 16 27 0
1961-1962 Blades de Los Angeles WHL 8 0 2 2 2
1962-1963 Gulls de Long Beach CalHL
Totaux LNH 566 219 324 543 217 23 9 8 17 12

Entraîneur[modifier | modifier le code]

Statistiques par saison[44]
Saison Équipe Ligue PJ  V   D   N  % V Séries éliminatoires
1951-1952 Quakers de Saskatoon PCHL Champion de la Coupe des présidents
1952-1953 Quakers de Saskatoon WHL 70 35 26 9 56,4
1953-1954 Quakers de Saskatoon WHL
1954-1955 Quakers de Saskatoon WHL 71 19 41 11 34,5 Non qualifié
1955-1956 Quakers de Saskatoon WHL
1958-1959 Junior Quakers de Saskatoon SJHL 48 20 26 2 43,8
1959-1960 Junior Quakers de Saskatoon SJHL 59 32 23 4 57,6 Éliminé en première ronde
1960-1961 Junior Quakers de Saskatoon SJHL 60 23 32 5 42,5
1962-1963 Gulls de Long Beach CalHL
1965-1966 Knights de Knoxville EHL 72 34 36 2 48,6 Éliminé en première ronde
1966-1967 Knights de Knoxville EHL 72 27 42 3 39,6 Éliminé en première ronde
1967-1968 Nuggets d'Edmonton WCSHL

Honneurs et récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1936-1937 : meilleur pointeur de la S-SSHL
  • 1937-1938 : champion de la S-SSHL avec les Millers de Moose Jaw
  • 1942-1943 :
    • capitaine des Black Hawks de Chicago
    • meilleur buteur et pointeur de la LNH
    • nommé dans la première équipe d'étoiles de la LNH
  • 1943-1944 :
    • capitaine des Black Hawks de Chicago
    • meilleur buteur de la LNH
    • nommé dans la première équipe d'étoiles de la LNH
  • 1944-1945 : champion du Edmonton Journal Trophy avec les Beavers de Laura
  • 1946-1947 : nommé dans la première équipe d'étoiles de la LNH
  • 1947-1948 : retenu pour le 1er Match des étoiles de la LNH
  • 1948-1949
  • 1949-1950 :
    • retenu pour le 3e Match des étoiles de la LNH
    • capitaine des Black Hawks de Chicago
    • nommé meilleur joueur de hockey de Chicago de la première moitié du XXe siècle par le Herald American
  • 1950-1951 : retenu pour le 4e Match des étoiles de la LNH
  • 1951-1952 :
    • retenu pour le 5e Match des étoiles de la LNH
    • champion de la Coupe des présidents avec les Quakers de Saskatoon
  • 1964 : admis au Temple de la renommée du hockey
  • 1967 : admis au Saskatchewan Sports Hall of Fame
  • 1998 : nommé le 73e meilleur joueur de l'histoire de la LNH par The Hockey News
  • 2012 : admis au Saskatchewan Hockey Hall of Fame

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Black Hawks » est écrit en deux mots jusqu'en 1986.
  2. Le terme francophone de « meilleur joueur » correspond au terme anglais de « Most valuable player » - MVP.
  3. « Blueshirts », maillots bleus en français, est un surnom des Rangers de New York faisant référence à la couleur de leur maillots.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Batten et al. 2002, p. 14-19
  2. a, b, c et d (en) Kevin Shea, « One on One with Max Bentley », sur hhof.com, (consulté le 13 août 2012)
  3. a, b et c Podnieks 2003, p. 58-59
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l (en) « Doug Bentley, honoured member », sur Legends of Hockey Net (consulté le 13 août 2012)
  5. (en) « Davidson Won Title For Vics! », The Leader-Post,‎ , p. 6 (lire en ligne)
  6. (en) « Moose Jaw Wins First Senior League Title », The Leader-Post,‎ , p. 12 (lire en ligne)
  7. (en) Dave Dryburgh, « Along the Sport Byways », The Leader-Post,‎ , p. 20 (lire en ligne)
  8. (en) « Black Hawks Sign Bentley », The Leader-Post,‎ , p. 20 (lire en ligne)
  9. a et b (en) « Blakchawks All-Time Team Captains », sur blackhawks.nhl.com (consulté le 13 août 2012)
  10. (en) Charles Edwards, « Proves to Skeptics Hockey Honest Sport », The Calgary Herald,‎ , p. 20 (lire en ligne)
  11. (en) Charles Edwards, « Bentleys Bring Home Bacon to Delisle », The Calgary Herald,‎ , p. 20 (lire en ligne)
  12. (en) « 1942-1943 Regular Season — Goals », sur nhl.com (consulté le 13 août 2012)
  13. (en) « Hart Trophy Goes To Bill Cowley », The Calgary Herald,‎ , p. 20 (lire en ligne)
  14. (en) « Reg Bentley, hockey statistics and profile », sur Legends of Hockey Net (consulté le 13 août 2012)
  15. a, b, c et d Duplacey et Zweig 2010, p. 45
  16. Robinson 2006, p. 51
  17. (en) « Puck title for Laura », The Leader-Post,‎ , p. 14 (lire en ligne)
  18. (en) « Max Bentley Captures N.H.L. Scoring Title », Saskatoon Star-Phoenix,‎ , p. 11 (lire en ligne)
  19. (en) « Mosienko costly All-Star game injury », The Leader-Post,‎ , p. 19 (lire en ligne)
  20. a et b Fichler et Fichler 2003, p. 27-28
  21. (en) « Hawks Trade Max Bentley For Five Leafs », Ottawa Citizen,‎ , p. 17 (lire en ligne)
  22. Robinson 2006, p. 54
  23. (en) « Lumley Back », Ottawa Citizen,‎ , p. 16 (lire en ligne)
  24. (en) Charles Bartlett, « Hawks lose again, 4 to 1 to Rangers », Chicago Tribune,‎ , B3
  25. (en) Cam McKenzie, « Boug Happy in New Post », Saskatoon Star-Phoenix,‎ , p. 21 (lire en ligne)
  26. (en) Cam McKenzie, « Saskatoon Salutes Her Great Quakers », Saskatoon Star-Phoenix,‎ , p. 15 (lire en ligne)
  27. a et b (en) « Max Bentley, honoured member », sur Legends of Hockey Net (consulté le 15 août 2012)
  28. Robinson 2006, p. 56-57
  29. Robinson 2006, p. 59
  30. (en) Cam McKenzie, « Quakers, Flyers All Set », Saskatoon Star-Phoenix,‎ , p. 13 (lire en ligne)
  31. (en) « Bentley Resign As Quaker Coach », The Vancouver Sun,‎ , p. 20 (lire en ligne)
  32. (en) Cam McKenzie, « Bentley Leaves Quakers », Saskatoon Star-Phoenix,‎ , p. 15 (lire en ligne)
  33. (en) « Royals want Doug Bentley », The Leader-Post,‎ , p. 22 (lire en ligne)
  34. (en) « Bentley to Regals », The Leader-Post,‎ , p. 24 (lire en ligne)
  35. (en) « Regina, Saskatoon join puck circuit », The Leader-Post,‎ , p. 15 (lire en ligne)
  36. (en) « Bentley Boys Approve Munro's Move to Arena », Saskatoon Star-Phoenix,‎ , p. 12 (lire en ligne)
  37. (en) « Goaltender Sought », Saskatoon Star-Phoenix,‎ , p. 37 (lire en ligne)
  38. (en) « Junior Get Started Tonight », The Leader-Post,‎ , p. 35 (lire en ligne)
  39. (en) Al Sulatycky, « Doug Dawson Coming Here », Saskatoon Star-Phoenix,‎ , p. 14 (lire en ligne)
  40. (en) « Coaching Aid », The Milwaukee Sentinel,‎ , p. 2 (Part 2) (lire en ligne)
  41. (en) « Dick Beddoes's Column », The Vancouver Sun,‎ , p. 13 (lire en ligne)
  42. a et b (en) « Bentleys Carry On With Puck Activities », The Calgary Herald,‎ , p. 11 (lire en ligne)
  43. (en) « Saskatchewan Senior Loop Opens New Sesaon Tonight », The Calgary Herald,‎ , p. 15 (lire en ligne)
  44. a, b et c (en) « Doug Bentley hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database (consulté le 12 août 2012)
  45. (en) « Doug Bentley Nugget Coach », Edmonton Journal,‎ , p. 23 (lire en ligne)
  46. (en) « Hall of Fame list increases », Saskatoon Star-Phoenix,‎ , p. 19 (lire en ligne)
  47. (en) « Hockey Hall of Fame inducts inaugural class », sur swbooster.com, (consulté le 16 août 2012)
  48. (en) « Arnold Tames Delisle 5-4 », Saskatoon Star-Phoenix,‎ , p. 13 (lire en ligne)
  49. (en) « Delisle Potent In Final », Saskatoon Star-Phoenix,‎ , p. 17 (lire en ligne)
  50. (en) « Moose Jaw Visitors Hang Tough », Saskatoon Star-Phoenix,‎ , p. 16 (lire en ligne)
  51. (en) « From Hockey to Baseball », Saskatoon Star-Phoenix,‎ , p. 17 (lire en ligne)
  52. (en) « Death claims Doug Bentley », The Calgary Herald,‎ , p. 33 (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Jack Batten, Bob Duff, Lance Hornby, George Johnson et Steve Milton, Hockey Dynasties: Bluelines and Bloodlines, Buffalo, Firefly Books, , 256 p. (ISBN 978-1552976760)
  • (en) James Duplacey et Eric Zweig, Official Guide to the Players of the Hockey Hall of Fame, Firefly Books, , 544 p. (ISBN 978-1554076628)
  • (en) Stan Fichler et Shirley Fichler, Who's Who in Hockey, Kansas City, Andrews McMeel Publishing, , 480 p. (ISBN 978-0740719042)
  • (en) Andrew Podnieks, Players: The Ultimate A-Z Guide of Everyone Who Has Ever Played in the NHL, Toronto, Doubleday Canada Ltd, , 976 p. (ISBN 978-0385259996)
  • (en) Chris Robinson, Great Left Wingers: Stars of Hockey's Golden Age, Canmore, Altitude Publishing Canada Ltd, , 144 p. (ISBN 978-1554390823)