Dominique Lemaître

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dominique Lemaître
Description de cette image, également commentée ci-après

Dominique Lemaître (2004)

Naissance Fécamp, France
Activité principale Compositeur
Style Musique de chambre, Musique symphonique, Musique vocale, Musique pour ensemble instrumental
Formation Conservatoire de Rouen
Site internet www.dominique-lemaitre.fr

Œuvres principales

Dominique Lemaître, né à Fécamp (Seine-Maritime), est un compositeur français de musique symphonique, musique de chambre, musique vocale et musique pour ensemble instrumental.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dominique Lemaître étudie les lettres et la musicologie à l’Université de Rouen. Il s’initie à l’électroacoustique puis collabore au studio de Vierzon après avoir rencontré le compositeur Nicolas Frize, avant d’étudier la composition dans la classe de Jacques Petit au Conservatoire de Rouen[1]. Parallèlement, il suit des Master classes avec Klaus Huber et Maurice Ohana. Il rencontre John Cage, Iannis Xenakis, Horatio Radulescu puis plus tard Henri Dutilleux.

Ses divers opus (solos instrumentaux, quatuors à cordes, pièces d’orchestre et d’ensemble, collaborations avec des plasticiens et des poètes) témoignent de la diversité de son travail. Son catalogue compte plus d'une centaine de titres.

Jouées dans près de trente pays (notamment en Chine, États-Unis, Italie, Japon, Russie et en Amérique Latine) ses œuvres ont été servies par de talentueux solistes (les chanteuses Kaoli Isshiki, Marie Kobayashi, Françoise Kubler, Ana-Maria Labin, Kiyoko Okada et Isabel Soccoja, les flûtistes François Veilhan et Linda DiMartino Wetherill, le clarinettiste Armand Angster, les percussionnistes Jean Geoffroy, Bernard Heulin et Thierry Miroglio, la violoniste Noëmi Schindler, l’altiste Alain Celo et les violoncellistes Jacques Bernaert, Anne Gastinel et Gary Hoffman) et des formations variées : l’Orchestre philharmonique de Radio France, l’Orchestra Sinfonica Nazionale della RAI, l’Orchestre de l’Opéra de Rouen/Haute-Normandie, les orchestres de Picardie et d’Auvergne, l’Orchestre philharmonique de Nice, les orchestres Colonne et Les Siècles, l’Orchestre Symphonique de la radio nationale bulgare, l’Ensemble Orchestral Contemporain, L’Octuor de Violoncelles, l’Oberlin Percussion Group, le Chœur de Chambre de Rouen, l’ensemble vocal XX.21, le Quatuor Onyx, l’Atelier Musical de Touraine, le trio Dumesnil-Sirois, les ensembles Accroche Note, Bach and Forth, 2E2M, Campsis, Stravinsky, Artedie, Calliopée, Slowind, Sonata Concert, Surplus, Doelenensemble... sous la direction de Nicolas Brochot, Edmon Colomer, Marco Guidarini, Daniel Kawka, Paul Méfano, Jean-Pierre Pinet, Pascal Rophé, François-Xavier Roth, Oswald Sallaberger, Boris Spassov, David Stern, Arie van Beek[2]

Dominique Lemaître a reçu des commandes de l’État (Ministère de la Culture), de Radio France, de l’Union européenne, de l’Orchestre de l'Opéra de Rouen, de l’Orchestre de Picardie, de l’Orchestre d'Auvergne, du festival Automne en Normandie, du Fonds d’Action Sacem, de la Ville de Beauvais, du festival Normandie Impressionniste, de Musique Nouvelle en Liberté et de nombreux festivals et ensembles.

Par ailleurs, Dominique Lemaître mène des expériences pédagogiques en faveur de la musique contemporaine (série des Dédicaces, 1994). En 2001-2002, il est invité en résidence par le Conservatoire National de Région de Rouen et la région Haute-Normandie, en 2004 par l’Université d’Oberlin (Ohio/USA), en 2010 à Metz par l’ensemble Stravinsky, en 2012 à Tours par l’Atelier Musical de Touraine et en 2012-2013 par l’École supérieure d'art et design Le Havre-Rouen[3].

Langage musical[modifier | modifier le code]

Empreint de l’œuvre de Johann Sebastian Bach, Claude Debussy, Edgard Varèse, György Ligeti, Giacinto Scelsi, Maurice Ohana, Morton Feldman et Henri Dutilleux, dont il reçoit les encouragements, Dominique Lemaître développe un monde sonore n’appartenant à aucune école. S’inspirant de la mythologie (Circé, 1998), des arts picturaux (La Ghirlandata, 1998) et poétiques (Un oubli servant d’étoile, 2000) ou encore de l’astrophysique (Novae, 2002) ses œuvres mêlent superpositions métriques, polytextures, répétitions en boucle et une modalité sous-jacente.

"Entre ambiance stellaire et sonorité aquifère, forces telluriques et silences colorés, lyrisme diaphane et filigrane baroque, le discours musical - globalement monolithique - de Lemaître est toujours mis au service d'une poésie lumineuse et d'une écoute rituelle."
- Pierre-Albert Castanet, auteur de L'instant et l'éternité, 2005[4].

"La musique de Dominique Lemaître, éloignée des clivages, des catégories et des modes, occupe une place bien singulière dans l’aventure musicale de notre époque : sise hors du champ des esthétiques d’avant-garde, “solitaire” certes, pourtant en “prise directe” avec son temps, elle est résonance, écho d’une poésie étouffée ou perdue – non pas poésie urbaine, comme un Varèse a su la faire jaillir dans la douleur de la dissonance et du cluster, mais poésie de l’intemporalité, de l’espace, toute de vibration intérieure, de “lyrisme” profond au sens antique, oriental – une musique non acérée qui, pour paraphraser Dutilleux, chante, vagabonde, suggère “le mystère de l’instant”."
- Daniel Kawka, chef d’orchestre. Extrait de la préface de L’instant et l’éternité, 2005[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Solos[modifier | modifier le code]

  • D'un lointain souvenir (1982), pour guitare (8'30") - Éditions Jobert.
  • Après le silence 2 (1986), pour 9 toms (12') - Éditions Jobert.
  • Totem (1989), pour marimba (8') - Éditions Jobert.
  • Côté jardin (1991), pour flûte (6') - Éditions Henry Lemoine (collection Pierre-André Valade).
  • Mnaïdra (1992), pour violoncelle (6'30") - Éditions Jobert.
  • Iris (1994), pour contrebasse (8') - Éditions Jobert.
  • Lunaris (1995), pour clarinette en Sib (9') - Éditions Jobert.
  • Ptah (2003), pour clarinette basse (8') - Éditions Jobert.
  • Echos des cinq éléments (2003), pour piano (14') - Éditions Jobert.
  • Mnaïdra, version pour alto (2003), pour alto (6'30) - Éditions Jobert.
  • Toward (2008), pour violon (12') - Éditions Musicales Rubin.
  • Still (2010), pour flûte en sol (8') - Éditions Musicales Rubin.
  • Naos (2011), pour flûte (8') - Éditions Musicales Rubin.
  • Ptah 2 (2013), pour saxophone baryton (8') - Éditions Jobert.

Musique de chambre (deux à quatre interprètes)[modifier | modifier le code]

  • Le sable et la perle (1989), trio pour percussion, guitare et harpe (12'30") - Éditions Jobert.
  • Livre d'heures (1990-1991), pour flûte en sol, alto et harpe (16') - Éditions Jobert.
  • Pour voir la nuit fléchir (1991), premier quatuor à cordes (16'30") - Éditions Jobert.
  • Cantus (1992), duo pour flûte et percussion (12') - Éditions Jobert.
  • Ogam (1993), pour marimba et trois flûtes à bec (ténor, basse et contrebasse) (3') - Éditions Jobert.
  • Night song (1993), pour cor anglais et harpe (8'30") - Éditions Jobert.
  • Thot (1994), pour clarinette en Sib et violoncelle (7') - Éditions Jobert.
  • Paysages imaginaires (1994), pour quatre percussionnistes (10') - Éditions Jobert.
  • Miroirs de l'attente (1996), pour quatuor de flûtes (10') - Éditions Max Eschig / Universal Music Publishing.
  • Nâdir (1996), pour flûte et contrebasse (10') - Éditions Jobert.
  • De la nuit (1998), pour saxophone alto et piano (10') - Éditions Jobert.
  • La Ghirlandata (1998), pour soprano, flûte, percussion et harpe (10') - Éditions Jobert.
  • Ophoïs (1999), pour marimba et guitare (8') - Éditions Jobert.
  • Al Uzza (1999), duo pour percussion et piano (10') - Éditions Jobert.
  • Un oubli servant d'étoile (2000), pour violon, contrebasse et piano (10') - Éditions Jobert.
  • Zelig (2002), pour trois percussionnistes (10') - Éditions Jobert.
  • Pulsars (2005), pour deux flûtes en ut ( 8') - Éditions Jobert.
  • Vocalizacion (2007), pour soprano et deux guitares (4') - Éditions Musicales Rubin.
  • Et le soleil comme désir (2007), pour violon, violoncelle et piano (10') - Éditions Musicales Rubin.
  • Mantras (2008), pour soprano, clarinette, harpe et violoncelle (14') - Éditions Musicales Rubin.
  • Nocturnal (2008), pour soprano et deux guitares sur un poème d'Alexis Pelletier (5') - Éditions Musicales Rubin.
  • Encore la nuit (2008), pour récitant(e) et flûte en sol sur un poème d'Alexis Pelletier (8') - Éditions Musicales Rubin.
  • Orange and yellow, hommage à Morton Feldman (2009), pour deux altos (8') - Éditions Musicales Rubin.
  • Lignes fugitives (2009), deuxième quatuor à cordes (22') - Éditions Musicales Rubin.
  • Trois chants de l'évidence (2011), pour mezzo-soprano, flûte, violoncelle et piano sur un poème d’Alexis Pelletier (14') - Éditions Musicales Rubin.
  • De la nuit 2 (2012), pour flûte en sol et piano (10') - Éditions Jobert.
  • Orange and yellow II (2013), pour deux violoncelles (8') - Éditions Musicales Rubin.
  • Ombra della sera (2013), trio pour piccolo, flûte en ut et flûte alto (8') - Éditions Musicales Rubin.
  • Chrysalis (2013), pour saxophone ténor et marimba (11') - Éditions Musicales Rubin.
  • Night song 2 (2014), pour instrument de registre alto et harpe (10’) – Éditions Jobert.
  • Séléné, hommage à Maurice Ohana (2014), pour deux guitares (8’) - Éditions Musicales Rubin.
  • Aeon (2015), pour clarinette en Sib et alto (10’) - Éditions Musicales Rubin.
  • Sur l’île ovale de couleur bleue (2015), pour soprano et quatuor à cordes (20’) - Éditions Musicales Rubin.

Petit Ensemble (cinq ou six interprètes), avec ou sans soliste[modifier | modifier le code]

  • Clepsydres (1990), pour flûte, clarinette, violon, violoncelle et piano (10') - Éditions Jobert.
  • Aux fleurs plus de couleur, plus de vitesse à l'onde (1992), pour flûte, clarinette, violon, violoncelle et piano (10') - Éditions Jobert.
  • Un instant à la fois très vague et très aigu (1993-1994), sextuor pour flûte, clarinette, percussion, guitare, harpe et violoncelle (13') - Éditions Jobert.
  • Orante (1995), pour mezzo-soprano et 6 instruments : clarinette basse, cor, piano, violon, alto et contrebasse (8') - Éditions Jobert.
  • Liens d'espace (2011), pour clarinette et deux trios : vibraphone, marimba, harpe / alto, violoncelle et contrebasse (20') - Éditions Musicales Rubin.
  • Laps (2014-2015), pour soprano, flûte alto, cor anglais, violoncelle et piano (14') - Éditions Musicales Rubin.

Ensembles instrumentaux (sept à quinze instruments), avec ou sans soliste[modifier | modifier le code]

  • Gravitations (1988-1989), pour octuor de saxophones (1S.2A.2T.2bar.1B) et percussion (1) (14') - Éditions Jobert.
  • Lezea 2 (1990-1991), pour 10 instruments : 0.1(+Ca).2(1ClB).1/ 1.0.1.0./Perc./0.0.1.1.1. (16') - Éditions Musicales Rubin.
  • Eau-forte, hommage à Jean-Claude Bernède (1992), pour 12 instruments : 0.1.2(1ClB).0./1.1.1.0./Pno/1.1.1.1.1. (4'30") - Éditions Jobert.
  • Pour traverser le temps, je t'ai donné des ailes (1992-1993), pour 15 instruments : 1(+Picc.).1(+Ca).2(1ClB).1(+Cbn)./1.1.1.0./ 2Perc./1.1.1.1.1. (16') - Éditions Jobert.
  • Eôs (1997-1998), pour 11 instruments : 2 (+1Picc.1alt.).1.2(1ClB).1./0.0.0.0./ 2Perc. Pno Hp/0.0.0.0.1. (12') - Éditions Max Eschig / Universal Music Publishing.
  • A nouveau les oiseaux (1998), pour récitant, flûte, clarinette, cor, piano et trio à cordes sur un texte de Dominique Preschez (14') - Éditions Jobert.
  • Circé (1998), pour soprano et octuor de violoncelles (14') - Éditions Max Eschig / Universal Music Publishing.
  • Rossignol du bois sauvage (Franche-Comté) (2001), Arrangement pour voix de femme et huit instruments : flûte, clarinette, glockenspiel à pédale, harpe, 2 violons, alto et violoncelle (3') - Éditions Jobert.
  • Du mouvement et de l'immobilité (2001-2002), pour hautbois et ensemble : 1.0.1.0./0.0.0.0./1Perc. Pno/1.1.1.1.1. (15') - Éditions Jobert.
  • Novae (2002), pour 8 instruments : flûte, cor anglais, clarinette, basson, cor, trompette, trombone et contrebasse (8') - Éditions Jobert.
  • Hybris (2002-2003), pour saxophone soprano et neuf instruments : flûte, clarinette, percussion, piano, deux violons, alto, violoncelle et contrebasse (14') - Éditions Jobert.
  • Ksi (2003), pour 12 percussionnistes (12') - Éditions Jobert.
  • Les ailes de l'augure (2005), pour soprano et 13 instruments : 2(+1Picc.).1Ca.2(1ClB).1./1.0.0.0./Perc. Hp/1.0.1.1.1. (14') - Éditions Jobert.
  • Le diapason de satin (2008), septuor pour flûte, clarinette, percussion, piano, violon, alto et violoncelle (14') - Éditions Musicales Rubin.
  • Secrète perspective (2010), pour alto et neuf instruments : flûte, clarinette, clarinette basse, percussion, harpe, deux violons, violoncelle et contrebasse (17') - Éditions Musicales Rubin.

Ensemble Orchestral ou Orchestre, avec ou sans soliste[modifier | modifier le code]

  • Tellus (1994-1995), pour orchestre : 3(+1Picc.).2.3.(1ClB).2/ 2.2.2.1./4Perc./Cordes (12') - Éditions Jobert.
  • Litanie du Soleil (1996), pour orchestre à cordes de petite, moyenne ou grande dimension (14') - Éditions Jobert.
  • Hypérion (1997), pour cor et orchestre : 2(+1Picc.).2.2.2./ 4.2.2.0./Timb. 3Perc./ Hp/ Cordes (20') - Éditions Max Eschig / Universal Music Publishing.
  • Altius (1998-1999), pour violoncelle et 16 instruments : 1(+Picc.)1..2(+1Clb).1./1.1.1.0./2 Perc. Ha /1.1.1.1.1. (20') - Éditions Jobert.
  • Vers l'eau, vers le feu (1999), pour violon et 18 instruments : 1(+Picc.).1CA.2(1Clb).1./1.1.1.0./Tim. 2 Perc. Ha.Cél/1.1.1.1.1. (14') - Éditions Jobert.
  • Huit à l'infini (2001), pour octuor de violoncelles et orchestre : 2(+1Picc.).2(+1Ca).2.2./2.1.1.0./2Perc./Cordes - sans violoncelles - (20') - Éditions Jobert.
  • Le quark et le papillon (2004), pour orchestre : 2(+1Picc.).2(1Ca).2(1ClB).2./2.2.0.0./Timb.(+Perc.)/Cordes (16') - Éditions Jobert.
  • Resonare fibris (2005), pour marimba-vibraphone, orchestre à cordes et percussion (15') - Éditions Jobert.
  • Horizons réflexes (2006), pour violoncelle et orchestre : 2(+1Picc.).2(1Ca).2(1ClB).2./2.2.0.0./2 Perc./Cordes (20') - Éditions Jobert.
  • La chevelure de Bérénice (2007), pour soprano et orchestre : 3(1Picc.).3(1Ca).3(1ClB).3(1Cbn)./4.3.3(1B).1./Timb.3 Perc.Harpe/Cordes (22') - Éditions Musicales Rubin.

Musique vocale[modifier | modifier le code]

  • Orante (1995), pour mezzo-soprano et 6 instruments : clarinette basse, cor, piano, violon, alto et contrebasse (8') - Éditions Jobert.
  • Circé (1998), pour soprano et octuor de violoncelles (14') - Éditions Max Eschig / Universal Music Publishing.
  • La Ghirlandata (1998), pour soprano, flûte, percussion (1) et harpe (10') - Éditions Jobert.
  • Cashibo 2 (1999-2000), pour soprano et psaltérion à archet (ad.lib) sur un poème de Dominique Preschez (6'30") - Éditions Jobert.
  • Rossignol du bois sauvage (Franche-Comté) (2001), Arrangement pour voix de femme et huit instruments : flûte, clarinette, glockenspiel à pédale, harpe, 2 violons, alto et violoncelle (3') - Éditions Jobert.
  • Babilim (2004), pour chœur mixte ou ensemble vocal (11') - Éditions Jobert.
  • Les ailes de l'augure (2005), pour soprano et 13 instruments : 2(+1Picc.).1Ca.2(1ClB).1./1.0.0.0./Perc. Hp/1.0.1.1.1. (14') - Éditions Jobert.
  • Vocalizacion (2007), pour soprano et deux guitares (4') - Éditions Musicales Rubin.
  • La chevelure de Bérénice (2007), pour soprano et orchestre : 3(1Picc.).3(1Ca).3(1ClB).3(1Cbn)./4.3.3(1B).1./Timb.3 Perc.Harpe/Cordes (22') - Éditions Musicales Rubin
  • Mantras (2008), pour soprano, clarinette, harpe et violoncelle (14') - Éditions Musicales Rubin.
  • Nocturnal (2008), pour soprano et deux guitares sur un poème d’Alexis Pelletier (5') - Éditions Musicales Rubin.
  • Voix-météore (2010), pour récitant et deux sopranos sur un poème d’Alexis Pelletier (8').
  • Trois chants de l'évidence (2011), pour mezzo-soprano, flûte, violoncelle et piano sur un poème d’Alexis Pelletier (14') - Éditions Musicales Rubin.
  • Dans le jour loin (2014), pour deux sopranos sur un poème d’Alexis Pelletier (5') - Éditions Musicales Rubin.
  • Laps (2015), pour soprano, flûte alto, cor anglais, violoncelle et piano (14') - Éditions Musicales Rubin.
  • Sur l’île ovale de couleur bleue (2015), pour soprano et quatuor à cordes (20’) - Éditions Musicales Rubin.

Musique à caractère pédagogique[modifier | modifier le code]

  • Diaphanes (1992), pour 8 clarinettes et piano (8') - Éditions Jobert.
  • Dédicace 2 (1994), pour quintettes de cuivres et cloches-tubes (ad.lib) (3') - Éditions Jobert.
  • Dédicace 4 (1994), pour 6 flûtes (3') - Éditions Jobert.
  • Dédicace 6 (1994), pour piano (3') - Éditions Jobert.
  • Dédicace 7 (1994), pour piano à quatre mains (2') - Éditions Jobert.
  • Vocalise (1998), pour soprano et piano (3') - Éditions Jobert.
  • Volutes (2000), pour piano à huit mains (3') - Éditions Jobert.
  • Ganesha (2000-2001), pour deux contrebasses et dix saxophones alto (10') - Éditions Jobert.
  • Axis mundi (2001), pour trompette, cor, trombone, trois percussionnistes et ensemble de cuivres (10') - Éditions Jobert.
  • Voce (2003), pour soprano et vibraphone (3') - Éditions Jobert.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Pour traverser le temps, je t'ai donné des ailes, enregistré à l’IRCAM, Rugginenti Editore, 1996[6].
  • Litanie du soleil, Éditions Cigart, 2002[7].
  • Altius, Label Inconnu, 2005[8].
  • Le diapason de satin, Label Inconnu, 2011[9].
  • Et le soleil comme désir, Label Inconnu, 2013[10].
  • Du silence et de quelques spectres, Éditions Clarisse, 2014[11].
  • Pulsars, PiedNu-ESADHaR, 2015[12].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Son disque Litanie du soleil a reçu un “coup de cœur” de l’Académie Charles-Cros en 2002[13].
Le quatrième disque monographique Le diapason de satin a été sélectionné pour le Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2013[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claire Antonini, François Dry, Gérard Marais, Thierry Mercier, 10 ans avec la guitare et le luth, Institut de Pédagogie Musicale et Chorégraphique Cité de la Musique, Paris, 1999.
  • Anne Aubert, Et le soleil comme désir, livret du CD LI 13 - 0901, 2013.
  • Donata Bertoldi, Renzo Cristi, Civiltà Musicali, La musica nella storia, nella cultura e nelle immagini, Firenze GDB Edizioni, 1994.
  • Claude Bonzon, Michel Cals, Jean Geoffroy, Frédéric Macarez, Emmanuel Séjourné, Georges Van Gucht, 10 ans avec la percussion, Institut de Pédagogie Musicale et Chorégraphique, Cité de la Musique, Paris, 1997.
  • Nicolas Brochot : 10 ans avec la musique d’ensemble du XXe siècle, Institut de Pédagogie Musicale et Chorégraphique, Cité de la Musique, Paris, 1993.
  • Pierre-Albert Castanet, Un kaléidoscope de fin de siècle, Histoire de la Musique (sous la direction de M.C. Beltrando-Patier), Paris, Larousse-Bordas, collection “In extenso”, 1998.
  • Pierre-Albert Castanet, D’une perle irrégulière, la musique, livret du CD Litanie du soleil CIGARTCD0201, 2002.
  • Pierre-Albert Castanet, La manière noire, Éditions Michel de Maule, 2002 (publié à l’occasion des 20 ans de MUSICA Strasbourg).
  • Pierre-Albert Castanet, Entretien avec Dominique Lemaître, Opéra de Rouen/Haute-Normandie saison 2003-2004 (notice de programme pour la création de Novae), Rouen, 2004.
  • Pierre-Albert Castanet, Dominique Lemaître et la forme concertante : la magie d’une alchimie de l’ineffable, livret du CD LI 05 - 0201, 2005 .
  • Pierre-Albert Castanet, Du mysterium dans l’art de Dominique Lemaître, livret du CD LI 11 - 0601, 2011.
  • Pierre Albert Castanet, L'instant et l'éternité, Entretiens et catalogue commenté par Pierre Albert Castanet et préface de Daniel Kawka, Éditions Cigart, 2005 (ISBN 2-85894-017-7).
  • Fabrice Coraichon, Présent composé, Rouen Magazine no 152, mars-avril 2002.
  • Laure et Nicolas Darbon, Le cercle des compositeurs haut-normands, Millénaire III Éditions, Lillebonne, 1996.
  • Nicolas Darbon, Pour traverser le temps, comment se donner des ailes, Centre Juliobona (notice de programme pour le concert à Lillebonne du 14/1/97), 1997.
  • Nathalie Dumesnil, À propos du diptyque Altius-Vers l’eau, vers le feu, Le Volcan-Scène Nationale du Havre puis Musée d’Art Moderne de Saint-Étienne (notice de programme pour les concerts du 28/5/02 au Havre et du 6/6/02 à Saint Étienne), 2002.
  • Nathalie Dumesnil, La musique concertante pour violoncelle depuis 1945, permanence et émancipation (mémoire de D.E.A. de IIIe cycle, à propos du Concerto pour violoncelle de G. Ligeti, d’ Amers de K. Saariaho et de Huit à l’infini de D. Lemaître, sous la direction de Monsieur le Professeur Pierre-Albert Castanet, Université de Rouen), 2003.
  • Nathalie Dumesnil, Pour le sable… pour la perle, la percussion chez Dominique Lemaître, Percussion no 15, Paris, juin 2004.
  • Jean-Philippe Grometto, Dominique Lemaître, un compositeur à découvrir, Traversières Magazine no 75, deuxième trimestre 2003.
  • Matt Heck, About the world premiere of Dominique Lemaître’s Ksi, The Oberlin Review, Oberlin (OH), avril 2004.
  • Claude-Henri Joubert, Le passeur, livret du CD RUS 555050.2, 1996.
  • Daniel Kawka, Une saison (dé)concertante, plaquette de présentation de la Saison 2001-2002 de l’Ensemble Orchestral Contemporain, Lyon, 2001.
  • Dominique Lemaître, Alexis Pelletier, Du silence et de quelques spectres, Éditions clarisse, 2014 (ISBN 978-2-912852-40-3).
  • Frank Mallet, la galaxie Scelsi, Le monde de la Musique no 212, Paris, juillet-août 1997.
  • Alexis Pelletier, 51 partitions de Dominique Lemaître, Éditions Tarabuste, 2008 (ISBN 978-2-84587-174-8).
  • Dominique Preschez, Si tu évolues dans le pays fertile de Dominique Lemaître…, plaquette éditée pour la résidence à Bernay, EMMA Bernay, 1995.
  • Biagio Putignano, L’intervista, Musica e scuola, anno XIV, n4/15, février 2000.
  • Colin Roche, Six œuvres pour/avec percussion(s) de Dominique Lemaître, Lyon, CNSM (notice de programme pour le concert à Lyon du 14/1/02), 2002.
  • Vincent Rouillon, Le temps lisse de Dominique Lemaître, La Lettre du Musicien no 242, Paris, octobre 2000.
  • Sophie Stevance, Une approche du lyrisme comme sens acoustique et dramaturgique dans l’interconnexion entre Giacinto Scelsi et Dominique Lemaître, Giacinto Scelsi aujourd’hui, CDMC, Paris, 2008.
  • Russell Tandy, Up and Coming Jeune France, UMP News United Music Publishers Ltd 2001, London.
  • François-Gildas Tual, Musiques d’Aujourd’hui, Lemaître, Campo, Looten, Les concerts de Radio France 2000-2001, Paris, 2000.

Liens externes[modifier | modifier le code]