Dominique Lamiot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dominique Lamiot
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (62 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Dominique Lamiot (né en 1955) est un haut fonctionnaire français, président du conseil de direction de la Banque de développement du Conseil de l'Europe depuis 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Dominique Lamiot nait le dans le 16e arrondissement de Paris du mariage d’Étienne Lamiot et de Marie-Ange Gaudin[1].

De son mariage le avec Évelyne Renvoisé, sont nées deux filles[1].

Formation[modifier | modifier le code]

Après des études au lycée Arago de Paris, Dominique Lamiot poursuit ses études à l'université Pierre-et-Marie-Curie, où il obtient une maîtrise en biologie animale[1].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Il commence sa carrière comme attaché d'administration à la mairie de Paris de 1976 à 1984. Il est ensuite élève de l'École nationale d'administration (promotion Fernand-Braudel, 1985-1987)[2],[1]. Il accomplit ensuite toute sa carrière dans l'administration des finances publiques[2],[3].

Il est administrateur civil à la direction de la prévision au ministère de l’Économie et des Finances de 1987 à 1991[1]. Puis dans le cadre de sa « mobilité statutaire » il est attaché financier à l'ambassade de France à Moscou de 1991 à 1993. Assistant à l'effondrement de l'Union soviétique en , il est chargé de nouer des relations bilatérales avec chacune des quinze Républiques issues de l'éclatement de l'ex-URSS[2].

De retour au ministère de l’Économie et des Finances, il est chef du bureau des protocoles financiers de 1993 à 1995 puis du bureau du marché des changes et des politiques économiques de 1996 à 1998, sous-directeur des recettes de l’État de 1998 à 2001 puis des études coordination et réseau du trésor public de 2001 à 2003, chef de service à la direction générale de la Comptabilité publique (DGCP) de 2003 à 2005[1].

En 2005, il est nommé directeur général de la Comptabilité publique[1]. Il en sera le dernier directeur, jusqu'en 2008, cette direction fusionnant avec la Direction générale des impôts (DGI) ; fusion qu'il pilote : il fait passer le nombre de grandes directions de quinze à dix et près de 3 000 emplois sont supprimés, chaque année « sans heurt », assure-t-il. « L'ensemble de nos enquêtes externes a montré une amélioration » tout en améliorant « de façon continue la qualité des services rendus à nos usagers »[3]

En 2008, il est nommé secrétaire général des ministères économiques et financiers et en 2013, responsable de la fonction financière ministérielle pour le ministère du Redressement productif.

En 2011, il fait face à la cyberattaque dont est victime le ministère de l’Économie et des Finances[3],[4].

En , Dominique Lamiot est nommé président de l’Établissement de la retraite additionnelle de la fonction publique[3],[1].

Le , il est promu au grade d'administrateur général des finances publiques de classe exceptionnelle et nommé directeur départemental des finances publiques des Hauts-de-Seine[5],[Note 1].

Il préside le conseil de direction de la Banque de développement du Conseil de l'Europe[7] depuis le [8]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Dominique Lamiot est l'auteur de plusieurs ouvrages[9] et articles dont deux ouvrages rédigés en collaboration avec Pierre-Jean Lancry :

Distinctions[modifier | modifier le code]

Chevalier de l'ordre de la Légion d'honneur le , Dominique Lamiot est promu officier le [10].

Chevalier de l'ordre national du Mérite le , Dominique Lamiot est promu officier le [11].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La Direction départementale des finances publiques assure au niveau du département des missions fiscales, budgétaires et comptables, d’expertise et de conseil en matière économique et financière[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Who's Who in France, édition 2015, p. 1297.
  2. a, b et c Yann Verdo, « Dominique Lamiot », sur le site du quotidien Les Échos, (consulté le 20 octobre 2017).
  3. a, b, c et d Réjane Reibaud, « Dominique Lamiot, gardien des retraites publiques additionnelles », sur le site du quotidien Les Échos, (consulté le 20 octobre 2017).
  4. « Cyber-attaque à Bercy », sur le site de la Radio-télévision belge de la Communauté française (RTBF), (consulté le 20 octobre 2017).
  5. Décret du 1er octobre 2013 portant nomination et mutation d'administrateurs généraux des finances publiques de classe exceptionnelle et de 1re classe.
  6. « Direction départementale des finances publiques », sur le site de la préfecture des Hauts-de-Seine, (consulté le 20 octobre 2017).
  7. « Discours de M. Dominique Lamiot, Président du Conseil de direction de la Banque de développement du Conseil de l’Europe », sur le site du Conseil de l'Europe, (consulté le 20 octobre 2017).
  8. « Dominique Lamiot a été élu Président du Conseil de direction de la CEB », sur le site de la Banque de développement du Conseil de l'Europe, (consulté le 20 octobre 2017).
  9. Liste d'ouvrages et articles dans la base de donnée bibliographiques WorldCat.
  10. Décret du 30 décembre 2016 portant promotion et nomination.
  11. Décret du 13 mai 2011 portant promotion et nomination.