Dominique Darbois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Darbois.
Dominique Darbois
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
Nationalité
Activités
Distinction

Dominique Darbois, née à Paris le et morte le (à 89 ans)[1],[2],[3], est une photojournaliste française. Elle est connue pour ses travaux photographiques quasi-ethnographiques sur les coutumes, les enfants ou les peuples du monde.

Une résistante pendant la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Née à Paris en 1925, Dominique Darbois s'est engagée dans les Forces françaises libres. Portant l'étoile jaune, elle a été emprisonnée pendant deux ans dans le camp de Drancy. À la fin de la guerre, elle a reçu la Croix de Guerre pour son investissement dans la résistance.

Travail photographique[modifier | modifier le code]

Elle a appris la photographie en étant l'assistante de Pierre Jahan. Elle commence ensuite à parcourir le monde à partir de 1946. Les photographies qu'elle rapporte de ses voyages lui permettront de signer les 20 livres de la collection « Les Enfants du Monde » éditée par le groupe Fernand Nathan entre 1952 et 1978.

La collection des enfants du monde a connu un immense succès depuis "Parana, le petit indien" paru en 1953 jusqu’à "Yanis, le petit grec" paru en 1978. Un succès que certains trouveront étonnant tant les livres de photographie n’ont pas la côte dans le monde du livre jeunesse, profondément attaché à l’illustration. Les enfants ont pourtant plébiscité cette série, traduite dans plusieurs langues.

Le succès de cette collection tient aussi au travail du graphiste Pierre Pothier. Son nom est absent de la couverture, mais chose rare pour un graphiste, il est présent sur la page de titre. C’est lui, qui grâce à différents procédés, donnera une unité graphique à la collection. Il y a d’abord les couvertures, sur lesquelles on retrouve la photo du héros détourée sur un fond de couleur, associée à une typographie qui varie en fonction du pays. A l’intérieur, les photos sont remontées, découpées, détourées et réassemblées pour créer un espace-temps propre au livre. Ce traitement graphique donne un côté vivant à ses livres qui deviennent plus que de simples documentaires photographiques. C’est aussi ce qui faisait le charme tout particulier de cette collection.

On peut retrouver la majorité des photos de la collection dans le livre "Terres d’enfants" publié par les éditions Xavier Barral en 2004. Les photos sont magnifiques et montrent le travail profondément humaniste de Dominique Darbois.

Anticolonialiste convaincue, elle s'est aussi engagée dans la guerre d'Algérie au sein du réseau Francis Jeanson, publiant un livre interdit en France, Les Algériens en guerre, reportage sur la vie des maquis et des camps d'entraînement des soldats du FLN.

Dominique Darbois a exposé seule pour la première fois en 1952 à Paris. Depuis 1984, elle a exposé de nombreuses fois ses photos sur l'Afrique ou ses travaux sur les femmes dans les différentes cultures. À la fin des années 1990, elle a eu l'honneur d'une exposition importante appelée Regards de Femmes.

Livres[modifier | modifier le code]

- La collection « Enfants du monde », (1952-1978), photographies et textes de Dominique Darbois, est initiée par Claude Nathan." PARANA, le petit INDIEN " publié chez Fernand Nathan, Paris, 1953

" AGOSSOU, le petit AFRICAIN " publié chez Nathan, Paris, 1955

" RIKKA, la petite BALINAISE " publié chez Nathan, Paris,1956

" ACHOUNA, le petit ESQUIMAU " Ed Nathan, Paris, 1958

" HASSAN, l'enfant du DÉSERT " Ed Nathan, Paris, 1961

" NORIKO, la petite JAPONAISE " Ed Nathan, Paris, 1962

1 - Parana, le petit Indien, 2 - Agossou, le petit Africain, 3 - Rikka, la petite Balinaise, 4 - Kai Ming, le petit pécheur Chinois, 5 - Gopal, enfant de l’Inde, 6 - Achouna, le petit Esquimau, 7 - Tacho, le petit Mexicain, 8 - Hassan, l’enfant du Désert, 9 - Faouzi, le petit Egyptien, 10 - Noriko, la petite Japonaise, 11 - Aslak, le petit Lapon, 12 - Knut, le petit pécheur Norvégien, 13 - Djafar Le petit Iranien, 14 -Natacha, la petite Russe, 15 - Manolo, le petit Espagnol, 16 - Maida, la petite Cubaine, 17 - Giono, enfant de Venise, 18 - Gary, Le petit Cow-boy, 19 - Manuela, la petite Brésilienne, 20 - Yanis, le petit Grec


- "Les Algériens en guerre", texte de Philippe Vigneau, photographies de Dominique Darbois, Milan, Feltrinelli, 1961

- Kaboul, le passé confisqué. Trésors du musée de Kaboul", 1931-1965 texte de Francine Tissot, Photographies de Dominique Darbois, Paris, Findally-Paris musées, 2002.

- "Terres d’enfants" publié par les éditions Xavier Barral en 2004

Vie militante[modifier | modifier le code]

Lors de ses voyages, elle a été choquée par le colonialisme européen. Elle s'est donc investie dans de nombreuses luttes anti-colonialistes notamment en Indochine, en Algérie ou à Cuba[4]. Durant la guerre d'Algérie, elle se serait investie dans le réseau Jeanson[5]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Décès de la photographe Dominique Darbois », sur rfi.fr, (consulté le 8 septembre 2014)
  2. Avis de décès de Dominique Darbois sur funeraire-info
  3. « Dominique Darbois, photographe, « éternelle combattante », par [[Françoise Denoyelle]] », sur mediapart, (consulté le 17 octobre 2014)
  4. http://www.jeuneafrique.com/Article/LIN26015lesjotnervi0/les-journalistes-se-livrent.-Actualite_Info.html
  5. Mémoires de la guerre d'Algérie par Martin Evens ; Page 74

Liens externes[modifier | modifier le code]