Jalal ad-Din

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Djala ad-Din Mengü Berti)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jalal ad-Din
UZB-25s.jpg
Fonction
Chah
Khwarezm
-
Titre de noblesse
Sultan
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata
Asie mineure (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
SouverainVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Anushteginids (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Ay-Chichek (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Djala ad-Din Mengü Berti ou Jalâl al-Dîn Mankobirti (en turc : Celaleddin ; en persan : jalāl al-dīn menguberdī (ou mankburny), جلال الدين منكبرتي), a été le dernier Chah du Khwarezm (Khwârazm-Shahs) (1220-1231).

Ses années de pouvoir[modifier | modifier le code]

À la mort de son père Ala ad-Din Muhammad dans une île de la mer Caspienne (décembre 1220), Djala ad-Din Mengü Berti regroupe ses forces à Ghaznî, où Gengis Khan le poursuit.

L’année suivante, Jalal ad-Din parvient à mettre en déroute quelques régiments mongols commandés par Chigi-Koutoukou noiön, à Pervan, au nord de Kaboul. Mais les seigneurs khârezmiens se divisent à nouveau. Jalal ad-Din abandonne Ghaznî, sa dernière forteresse, mais est battu le 24 novembre 1221 près de Nesawi. Après avoir fait tuer son épouse préférée et ses enfants, il abandonne son trésor et s’enfuit par l’Indus pour se placer sous la protection du sultan de Delhi (décembre 1221).

La victoire de Pervan, ébranlant le mythe de l’invulnérabilité des Mongols, entraîne la révolte de la population de Herat, qui massacre la garnison mongole (novembre 1221). La ville est reprise par Aldjigidaï de retour des Indes après un siège de six mois (14 juin 1222).

En 1224, Jalal ad-Din, chassé de Delhi pour avoir comploté contre son hôte, rentre en Iran, où il reprend possession de l’héritage de son père en combattant vers l’ouest. Dans le Khorasan et l’Afghanistan, le pays est dépeuplé par l’invasion mongole, et ces derniers n’ont même pas installé de garnisons dans les forteresses prises. Djala ad-Din parvient à se faire proclamer sultan par les gouverneurs seldjoukides du Kirmân et du Fars, puis attaque l’Azerbaïdjan, prend Tabriz et détrône le souverain Uzbek. Jalal ad-Din, après s’être fait proclamé souverain d’Azerbaïdjan, envahit la Géorgie et bat à deux reprises l’armée géorgienne (1225). Il occupe Tiflis. Il fait détruire les églises chrétiennes et saccager la ville (1226). En 1228, il est maître de Iruk, du Kirmân, du Fars, d’Ispahan et de Tabriz. Il entreprend une guerre contre les pays musulmans voisins (califat de Bagdad, sultanat de Rum, etc.). En 1230, il est battu près d'Erzindjan par les armées des pays musulmans alliés[1].

En hiver 1231, Ögödei lance trois tumens (30 000 hommes) commandés par Tchormaghan noïon contre Jalal ad-Din. Ils traversent rapidement le Khorasan et marchent sur l’Azerbaïdjan. Jalal ad-Din, affaibli par sa défaite face aux musulmans, abandonne Tabriz au printemps 1231, et fuit vers le territoire de Moghan et d’Arran, à l’embouchure de la Koura et de l’Araxe, puis à Diyarbakir. Le , il est assassiné par un paysan kurde[2]. Tchormaghan s’y installe avec ses troupes et y reste jusqu’à sa mort en 1241.

Jalal ad-Din a éprouvé une passion telle pour son eunuque Qijil qu'il ne peut accepter sa mort[3]. Il ne l’enterrera que très tardivement et imposera à sa cour une marche plusieurs lieues pieds nus en dehors de Tabriz[4], pour ce faire.

Une statue de Djala ad-Din de plusieurs mètres de haut est désormais installée au centre d'Ourguentch, dans l'actuelle province de Khorezm.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Roux, Histoire de l'Iran et des Iraniens : Des origines à nos jours, Paris, Fayard, , 523 p. (ISBN 2-213-62736-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Paul Roux 2006, p. 341
  2. Jean-Paul Roux 2006, p. 342
  3. Frédéric Lagrange, Islam d'interdits, Islam de jouissances, La recherche face aux représentations courantes de la sexualité dans les cultures musulmanes, Paris, 2007-2008, 251 p. (lire en ligne), p. 97
  4. (ar) Ibn al-Athîr, Al-Kâmil fî l-târîkh, XII, , pp. 496-97 = [alwaraq 2352].