Disilyne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Disilyne
Disilyne.svg
Structure de l'hypothétique disilyne
soulignant en particulier la configuration trans
Identification
No CAS 36835-58-2
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute H2Si2  [Isomères]
Masse molaire[1] 58,1869 ± 0,0007 g/mol
H 3,46 %, Si 96,54 %,

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le disilyne est un composé chimique hypothétique de formule semi-développée HSi≡SiH. C'est le plus simple des hydrures de silicium insaturés, possédant une triple liaison –Si≡Si–, analogue silicié de l'acétylène HC≡CH.

Par extension, les disilynes constituent une classe de molécules issues de la substitution des atomes d'hydrogène du disilyne par des résidus carbonés. À l'instar des disilènes, qui sont plus stables que le disilène H2Si=SiH2, certains disilynes sont suffisamment stables pour avoir pu être synthétisés et caractérisés.

Structure du premier disilyne publié[2].

Le premier disilyne à avoir été publié, en 2004[2], est un composé de structure R12R2Si–Si2–SiR2R12, avec R1 = HC(Si(CH3)3)2 et R2 = –CH(CH3)2. Il a été obtenu par réduction du précurseur tétrabromé à l'aide de potassium-graphite. Il s'agit d'un composé cristallin vert émeraude sensible à l'humidité et à l'air, qui se décompose en fondant à partir de 128 °C, dans lequel la cristallographie aux rayons X a permis d'identifier que les quatre atomes de silicium centraux ne sont pas alignés mais adoptent une configuration trans avec un angle –Si≡Si–Si– de 137°. La triple liaison Si≡Si a une longueur de 206 pm — environ 4 % de moins qu'une double liaison Si=Si — tandis que les liaisons simples Si–Si ont une longueur de 237 pm.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. a et b (en) Akira Sekiguchi, Rei Kinjo et Masaaki Ichinohe, « A Stable Compound Containing a Silicon-Silicon Triple Bond », Science, vol. 305, no 5691,‎ , p. 1755-1757 (lire en ligne) DOI:10.1126/science.1102209 PMID 15375262