Dihydrure de plutonium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dihydrure de plutonium
Identification
Synonymes hydrure de plutonium(II)
No CAS 17336-52-6[1]
Propriétés chimiques
Formule brute H2PuPuH2
Masse molaire[2] 246 g/mol
H 0,82 %, Pu 99,21 %,
Propriétés physiques
fusion 727 °C
Masse volumique 10,4 g·cm-3
Précautions
Matériau radioactif
Composé radioactif
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le dihydrure de plutonium est un composé chimique de formule PuH2. C'est, avec le trihydrure de plutonium PuH3, l'un des deux hydrures de plutonium caractérisés à ce jour[3]. Il s'agit d'un composé non stœchiométrique dont la composition va de PuH2 à PuH2,7, avec même des formes métastables jusqu'à PuH3[3].

PuH2 est un solide cristallisant dans une maille cubique. Il se forme facilement à partir de plutonium et d'hydrogène :

Pu + H2 → PuH2.

La réaction du plutonium métallique entre 200 et 350 °C dans l'air humide a montré la formation de PuH2 sur la surface avec de l'oxyde de plutonium(III) Pu2O3, de l'oxyde de plutonium(IV) PuO2 et un oxyde supérieur identifié par diffractométrie de rayons X et spectroscopie photoélectronique de rayons X comme étant la phase mixte PuO2xPO3 autrement écrite PuIV3−xPuVIxO6+x[4].

L'étude de la réaction conduite à sec suggère que l'hydrogène adsorbé catalyse l'oxydation d'une fraction du PuO2 en PuO3[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Webelements « Plutonium dihydride. »
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. a et b (en) Gerd Meyer, « Synthesis of Lanthanide and Actinide Compounds », Springer, 1991. (ISBN 0-7923-1018-7).
  4. (en) Jerry L. Stakebake, D.T. Larson et John M. Haschke, « Characterization of the plutonium-water reaction II: Formation of a binary oxide containing Pu(VI) », Journal of Alloys and Compounds, vol. 202, no 1-2,‎ 10 décembre 1993, p. 251-263 (lire en ligne)
    DOI:10.1016/0925-8388(93)90547-Z
  5. (en) John M. Haschke et Thomas H. Allen, « Plutonium hydride, sesquioxide and monoxide monohydride: pyrophoricity and catalysis of plutonium corrosion », Journal of Alloys and Compounds, vol. 320, no 1,‎ 10 mai 2001, p. 58-71 (lire en ligne)
    DOI:10.1016/S0925-8388(01)00932-X