Discussion:Front de libération nationale (Algérie)

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives


Début[modifier le code]

Dis moi 62.160.54.163, on peut savoir quelle sont tes sources qui te permettent d'avancer le chiffre de 100000 harkis tués?

Salut. Je cherche en vrac sur google (Des centaines de sites):

Site officiel : Forcément partial. http://www.harkis.com/harkis.htm : 70.000 mort

Très partial aussi : Passe sous silence et déforme plusieurs de choses, mais ce qui est dit est vrai. http://www.lemonde.fr/article/0,5987,3212-3515-194345-,00.html

Passe sous silence et déforme quoi ???? Tibo

J'ai plutôt confiance dans ce site qui ne peut pas se permettre de proces pour diffamation (loins du pouvoir) :

www.quid.fr : environ 65 000 (10 000 à 150 000 supplétifs tués). APRES 1962 !! Voir le site pour les détails. C'est e f f r a y a n t ! Notamment ceci : "Terrorisme algérien en France du 1-1-1956 au 23-1-1962. 12 989 agressions, 4 176 † et 8 813 blessés (musulmans 3 957 †, blessés 7 745 ; métropolitains civils 150 †, blessés 649 ; militaires 16 †, blessés 140 ; policiers 53 †, blessés 279). Effectifs de la Fédération de France du fln (été 1961) : selon police 124 000, fln 234 000. De janv. 1955 à mars 1962, le fln a collecté en France environ 40 milliards d'anciens francs."

certes, c'est effrayant. Va voir aussi le nombre de victimes algériennes, ou les victimes francaises tués par l'OAS, c'est aussi très effrayant. D'une manière générale, les guerres sont effrayantes. Celle ci l'a été particulièrement. Mais tout le monde est d'accord la dessus, non ? Tibo

Mais on peut chercher d'autres sources, bien sur.

Par ailleurs, il n'a jamais été question de passer ce drame sous silence, il est rapporté dans l'article sur les harkis.Tibo 17:28 déc 18, 2002 (CET)

Ce que je voulais dire est que le lien entre le FLN et cette épouvante est parfaitement officiel et n'a - à ma connaissance - pas été nié par des historiens, et non plus le fait qu'ils aient été désramés par la France. Même si c'est un chiffre atroce, inimaginable, j'en conviens.

"10 000 à 150 000 supplétifs tués" !!! Il y a comme un manque de précision... Va voir ce dossier à ce lien (http://www.nouvelobs.com/dossiers/p1947/a12116.html), c'est instructif (je recopie la partie qui concerne les harkis) : "Une des questions, sans doute la plus polémique, porte sur le nombre exact des supplétifs armés – harkis, moghaznis, GMPR devenus GMS ou « assès » (voir le témoignage de l’ancien harki Saïd Ferdi, p. 20) – qui ont été désarmés, abandonnés et massacrés après le 19 mars 1962. Aucun chiffre fiable n’est disponible. On sait que les effectifs des harkis étaient au maximum, en décembre 1961, de 66000 hommes. Certains auteurs parlent de 160000 inscrits durant la guerre. Fin 1962, 20000 supplétifs ont été accueillis dans les camps d’hébergement militaires en France et 3200 se sont engagés dans l’armée française. A la fin du mois de novembre 1963, le ministre des Rapatriés indique que 42000 Français musulmans – qui ne sont pas tous harkis – ont transité dans les centres d’accueil. Et en Algérie? Les évaluations concernant les harkis exécutés, souvent dans des conditions effroyables, varient selon les sources entre 10000 et... 150000. Les historiens comme Xavier Yacono, Benjamin Stora, Charles-Robert Ageron et d’autres ne croient pas un instant au chiffre maximal de 150000 victimes, à la fois «chiffre magique» qui équilibre le nombre d’Algériens tués par l’armée française, «chiffre incantatoire» puisqu’il répond dans la démesure au «million et demi de martyrs» de la guerre d’indépendance algérienne, et «chiffre totem» parce que son importance stigmatise l’abandon criminel des harkis par les Français aux mains d’un FLN revanchard. Le discuter, c’est s’exposer aussitôt à être accusé de vouloir réduire le «massacre» collectif des harkis à une «anecdote» d’après-guerre. Pourtant, les historiens qui se sont penchés attentivement sur le dossier s’accordent à dire que le bilan des harkis exécutés peut être évalué entre 15000 et 30000 personnes... Un chiffre déjà impressionnant! Pourtant, au-delà du silence et de la honte qui empoisonnent ce dossier, l’étude demande encore à être précisée." Tibo 18:03 déc 18, 2002 (CET)


Que le FLN ai utilisée des méthodes qui aujourd’hui serait qualifiée de terroriste au cours de la bataille d’Alger ne fait pas de lui un mouvement terroriste comme dit dans votre article. Il n’y a pas pire terrorisme que la colonisation qui à amené a la négation d’un peuple de son histoire et se culture. Le FLN avec l’ALN ont mené une guerre de libération, parfois sale mais des guerres propres a part sur fox news ils n’en existe guère.

La colonisation française est venue mettre fin à la colonisation Ottomane. Le régime de l'indigénat était injuste. Autant que le régime de l'Apartheid. Mais cette injustice n'a rien à voir avec le terrorisme. Et ne le justifie en aucune manière. Prétendre qu'il s'agit d'une forme de terrorisme fait partie de la réthorique habituelle des islamistes, et autres, sympathisants des organisations terroristes et n'a rien à faire dans un article encyclopédique.

Le FLN était une organisation terroriste. De nombreux opposants au régime de l'indigénat, de nombreux partisant de l'indépendance de l'Algérie (sans distinction de race, de religion, de culture), de nombreux partisans de l'égalité des droits... ont été massacrés par le FLN qui a unifié la lutte armée sur une base ethnique par la pratique systématique de la terreure. Sans cette organisation terroriste l'Algérie aurait eu son indépendance mais d'une toute autre manière pour un tout autre résultat. Comme la Pologne s'est libéré de l'administration communiste par exemple.

Lorsque l'ANC a renoncé au terrorisme, Nelson Mendela est devenu un véritable homme de paix et le père de la nouvelle Afrique du Sud.

Malheureusement pour l'Algérie, le FLN est resté une organisation terroriste jusqu'en 1962. Ce qui devait arriver arriver : en fait d'indépendance le peuple algérien a hérité d'une tyranie et commence tout juste un demi-siècle plus tard à s'en relever.

Ceci dit le FLN n'est heureusement plus une organisation terroriste aujourd'hui. Il est devenu un parti unique national-socialiste avant d'accepter, récemement, l'idée d'élections pluralistes.

Beaucoup de travail reste à faire.Eti

C'est hallucinant de voir que des gens, encore venir nous dire que la colonisation française c'était somme toute une bonne chose pour les coloniser que nous étions de toute façon. Alors tous ce qu'on avait a faire c'était de vous demander gentiment de nous donner notre indépendance? Pardonné au pauvre indigène que nous somme de ne pas l’avoir compris après 132 ans d’occupation et des dizaines d’année de lutte politique avec le PPA_MTLD et d’autre partis qui tous ont été interdit après des élection législative honteuse . Vous m’avez traiter d'islamiste et de sympathisant d’une organisations terroriste, mais c’est vrai que pour des gens comme vous, ne pas partager votre point de vu fait de nous obligatoirement des terroristes islamiste. J’était moi et des millier de démocrate les armes a la mains pendant 10ans a combattre ces monstres beaucoup de mes amis sont mort pour que nous et leurs enfants puissions vivre enfin dans un pays démocratique et non pas sous la dictature d’un partie unique qu’est devenu le FLN poste indépendance ou sous une dictature islamiste et moyenâgeuse. Nous savons mieux que personne que le FLN poste indépendance a été dévier corrompue et que même pendant la révolution il a beaucoup de choses a se reproché mais il a été notre seul et unique option pour la liberté et pour cela en lui en sera moi et des millions d'algérien éternellement reconnaissant. La vérité Algérienne et complexe et ne peu se résumé a se schéma simpliste et raciste que vous drésser.vive l'Algérie et vive la France des droits de l'homme
Ce qui est intéressant dans ta réponse c'est ton interprétation. Ais-je dis "la colonisation c'était somme toute une bonne chose". Tu me prêtes une façon de penser qui n'est pas la mienne. Facile ensuite de dénigrer ce que... je ne dis pas !

"Nous" avons colonisé l'Algérie ? Je ne dirais pas cela. Je dirais que la France a mis fin à l'administration de l'Algérie par les Ottomans. Et effectivement cela constitua, a mon humble avis, un progrès. Le FLN "post-indépendance" est resté ce qu'il était : une organisation violente refusant la démocratie, la négociation, le pluralisme. Les pieds-noirs étaient chez-eux et les Harkis n'étaient pas des traitres. Je suis bien d'accord pour dire que l'histoire de l'Algérie et de la France est complexe.Eti 11 mars 2006 à 16:10 (CET)

"le régime de l'Apartheid"? faudrait voir à se renseigner un minimum avant d'affirmer des conneries pareilles? l'apartheid? pourquoi pas la solution finale tant qu'on y est? les communautés françaises (pied-noir / séfarade) et musulmanes (harki / fln) avait beau résider dans deux habitats distincts séparés de quelques mètres (selon le principe des communautés type chinatown en californie) les échanges avaient lieu et étaient quotidien! les communautés travaillaient ensemble, et les enfants musulmans allaient à l'école avec leurs camarades catholiques et les juifs tous logés à la même enseigne! des rencontres sportives avaient lieu entre les différentes communautés, etc. donc évitez ce genre de clichés propagandistes marxistes et renseignez vous sur la chose avant d'affirmer de pareilles énormités. Madame Grinderche 22 octobre 2006 à 06:31 (CEST)

GPRA = Mouvement[modifier le code]

Le GPRA n'est pas un mouvement ni un parti politique c'est tout simplement le Gouvernement Provisoire de la République Algérienne.

Pour ma part et sur un registre qui transcende les organes politiques ou institutionnels de l'époque, je me pose, comme beaucoup de gens, une série de questions, non seulement sur l'histoire de l'Algérie dans sa globalité, mais aussi et surtout sur le décalage qui marque assez souvent, en Algérie, les réactions officielles des gouvernants par rapport à ce qui génére telle ou telle interprétation de telle ou telle phase du processus de colonisation. Je relève, non sans une certaine gêne, que l'histoire coloniale continue d'être dite, interprétée voire réinterprétée, en tout cas "explicitée" essentiellement par des universitaires français. Je ne l'observe pas de façon sectaire, mais je dis simplement qu'il est dommage que l'Etat algérien n'ait pas fait, ne fasse pas l'effort d'impulser une vraie réforme de l'enseignement de l'histoire dans les facultés pour précisément un rééquilibrage dans les contributions de chacun (historiens français et historiens algériens) à l'écriture de tout ce qui a trait à la colonisation. Sinoudj

La réécriture de l'histoire a toujours été un instrument de propagande par le FLN. Eti 11 mars 2006 à 16:10 (CET)
pas seulement pour le FLN, la réécriture de l'histoire fait parti du principe de propagande. Madame Grinderche 22 octobre 2006 à 06:14 (CEST)

réfrendum de juillet?[modifier le code]

"le peuple algérien vota par référendum pour l’indépendance" quel peuple? il faut situer le contexte, à cette époque l'algérie était française, donc qui désigne-t'on par ce peuple algérien? la plupart des français (pieds-noirs et séfarades) avait quitté leur terre natale en masse à cette époque. apparement le référendum précédent, juin 1962 s'est fait uniquement en métropole et donc les principaux intéressés - si je puis dire - n'ont pas eu droit au chapitre. Madame Grinderche 22 octobre 2006 à 05:39 (CEST)

ébauche[modifier le code]

rien n'est dit sur le FLN (génèse + période 1954-1962), alors qu'il y a temps à dire... merci de compléter l'article: les fellaghas, les motivations des Harkis pour ne pas joindre la lutte du FLN, les relations FLN/Harki/Pieds-Noirs, FLN/OAS, FLN/Gouvernement Français/Armée Française/Barbouzes contre l'OAS, mais aussi la pression sur la population musulmane pour faire accepter l'idéal nationaliste d'une minorité (les membres du FLN) à une supposée majorité, les principaux attentats pérpétrés, la torture, le traitement des Harkis et Moghazni après juillet 1962, en s'inspirant de l'article sur l'OAS au besoin. bref il y a largement de quoi raconter qui n'ai été dit. (en évitant les sources émanent du PCF/FN si possible) Madame Grinderche 22 octobre 2006 à 06:14 (CEST)

n'oublions pas le réseau Jeanson, la cinquième colonne opérant pour le compter du FLN. Madame Grinderche 25 octobre 2006 à 13:52 (CEST)

catégorie groupe terroriste[modifier le code]

Le FLN a été une organisation terroriste. Un article encyclopédique ne saurait nier cette réalité. Eti10 mars 2007 à 11:38 (CET)

Que cela nous plaise ou que cela ne nous plaise pas c'est un fait que le FLN a été une organisation terroriste. J'invite le contributeur annonyme 86.69.230.90, qui vandalise cet article, a venir discuter ici de ses arguments. Merci ! Eti12 mars 2007 à 01:24 (CET)

Je rappel d'abord que je vous ai expliqué et justifié mes modifs, à l'inverse votre seul argument était et, est toujours "Le FLN a été une organisation terroriste", de plus vous ne cessez de reverter les modifications et bandeaux que j'ai ajoutés (sans rapport avec la catégorie) sans justification, je trouve donc un peu déplacé que vous parliez de vandalisme.
Je vous ai invité à plusieurs reprises à lire ces recommendations Wikipedia, d'ailleurs je ne suis pas le seul, j'ai regardé dans l'historique et ce n'est pas la première fois que vous opérez ce genre de contribution.
Donc comprenez que vos seules affirmations selon lesquelles le FLN est une organisation terroriste n'ont aucunes valeurs. Personne ne nie le passer du FLN, cependant l'usage du terme "terrorisme" nécessite des sources, non forcement pour justifier le fait qu'il y avait ou non un usage du terrorisme par le groupe, mais pour indiquer selon qui il avait terrorisme et le rôle de ce "qui" durant le conflit.
Ensuite même si vous démontrez qu'à une époque le FLN a été considéré comme organisation terroriste, la catégorie que vous rajoutez sans cesse, n'est pas correct; le FLN est aujourd’hui un parti politique, or la catégorie regroupe le FLN avec Al-Qaida ou le GIA, ce qui est completement absurde. Donc l'usage d'une simple catégorie (que je ne pense pas innocent) n'est pas encyclopédique, dans un soucis de clarté il doit forcement y avoir un rappel du contexte, des protagonistes, leurs revendications, etc.. et seule une explication dans l'article est approprié si vous voulez évoquer cette partie de l'histoire du parti.
Chacun sait que le FLN n'est plus un groupe terroriste. Si le FLN est dans la catégorie "groupe terroriste" c'est pour la période 1954-1962. L'article le précise. Eti 24 mars 2007 à 22:41 (CET)

sur l'emblème du FLN[modifier le code]

Attention : l'emblème sur cet article est celui de la republique Algerienne et non celui du FLN.

je serais d'avis de rajouter les revendications du parti comme une section à l'article

Bonjour[modifier le code]

Je me permets de mettre un petit mot effectivement il y a eu des tortures, des choses terribles des deux côtés de la barrière, il serait plus judicieux de respecter les morts des deux côtés wikipédia est là pour laisser une mémoire puis des informations sur une personne sur un régiment etc.…, je ne prends aucune position seulement.


Bien lire le livre "Réponse aux traîtres, aux porteurs de valises et de m. Bouteflika" avant de juger qu'un côté de la barriére.

Du Ministère de l'Algérie 1957 (FLN) (L'ALN).

Le bilan est là, devant nous, tragique. Depuis le 1er Novembre 1957, les victimes civiles de la rebellion s'élévent:

  • 6.945 hommes tués, 870 Européens, 6.075 Français-Musulmans.
  • 265 femmes tuées, 105 Européennes, 160 Françaises-Musulmannes.
  • 98 enfants tués, 35 Européens, 63 Français-Musulmans.
  • 2.233 hommes disparus, 126 Européens, 2.107 Français-Musulmans.
  • 74 femmes disparues, 9 Européennes, 65 Françaises-Musulmanes.
  • 34 enfants disparus, 7 Européens, 27 Français-Musulmans.
  • 401 écoles incendiés, détruites ou pillés.
  • 6.352 exploitations agricoles détruites.
  • 50.746 poteaux télégraphiques abattus.
  • 77.963 têtes de bétail égorgés ou volées.
  • 585.700 arbres fruitiers arrachés.
  • 12.436.000 pieds de vigne arrachés.

Toute infraction aux lois arbitraires du nouveau régime est immédiatement sanctionnée; l'exécution est immédiate.

La rebellion une " lutte contre le colonialisme "? Mais 95% des victimes appartiennent au peuple laborieux des villes ou des campagnes.

Tous les jours s'ouvrent de nouvelles tombes, s'accumulent de novelles ruines, génératrices de nouvelles misères.

"Livre préface de Roger Holeindre et Pierre Descaves. Imprimerie sur presses de l'imprimerie Moderne de Bayeux (Normandie) Dépôt légal: avril 2008. Maquette des Editions d'Héligoland TM. WWW.éditions-heligoland.fr"

Portant qu'est devenue l'Algérie prospère que nous avions laissée en état de marche à ses Libérateurs?

fantassin 72Discutermarsouin 72 28 mai 2009 à 14:49 (CEST)

En 1830, il avait en Algérie 30% qui savaient lire et écrire, en 1962 il avait moins de 5%...

LesRousses196184.227.116.15 (d) 7 mars 2010 à 00:33 (CET)

Nombre de victimes selon Pierre Joxe[modifier le code]

Je viens de vérifier la véracité du paragraphe suivant : « Selon Louis Joxe, les attentats du FLN ont causé dans la population civile 19 166 tués (dont 2 788 Européens et 16 378 musulmans) et 21 151 blessés (dont 7 541 Européens et 13 610 musulmans) », dans deux sources différentes :

  • Guy Pervillé, « La guerre d'Algérie : combien de morts ? », dans Mohammed Harbi, Benjamin Stora, La guerre d'Algérie, Librairie Arthème Fayard, (ISBN 9782818500286), p. 703
  • Benjamin Stora, Histoire de la guerre d'Algérie : 1954-1962, La Découverte, coll. « Repères », (ISBN 9782707142931), p. 89

Les chiffres donnés englobent les victimes de tous les attentats, attribuables au FLN, mais aussi à l'OAS, à l'armée française, au MNA, etc. Le nombre de victimes attribuables au seul FLN est inconnu. Je vire le passage. --Indif (d) 15 mai 2014 à 14:07 (CEST)

Faux.
"le terrorisme (principalement du FLN, mais aussi du MNA messaliste et de l’OAS) avait causé en Algérie 19.166 morts (2.788 Européens et 16.378 Musulmans), 21.151 blessés (7.541 et 13.610), et 13.671 disparus (375 et 13.296). Le total des victimes de l’OAS en Algérie jusqu’en juin 1962 serait de 1.622 tués (dont 239 Européens) et 5.048 blessés." Guy Pervillé, La guerre sans nom : appelés et rappelés en Algérie (1992) http://guy.perville.free.fr/spip/article.php3?id_article=96 82.248.84.24 (discuter) 21 décembre 2015 à 22:47 (CET)

Plagiat éhonté[modifier le code]

Je viens d'acheter la revue La vie des Français, trimestriel, n°3, mai-juin-juillet 2015 (L15267), édité par Lafont presse, intitulé « 1830-1962, L'Algérie, De la conquête française à la guerre d'indépendance ». C'est un pur plagiat des articles Guerre d'Algérie, Front de libération nationale (Algérie), Gouvernement provisoire de la République algérienne, Organisation armée secrète (et peut-être d'autres encore) de Wikipedia. L'éditeur s'est borné à faire un copié-collé de plusieurs paragraphes, sans même changer un mot. C'est un véritable pillage. Voici quelques précisions sur les parties plagiées : 1er paragraphe de l'introduction de Guerre d'Algérie, 100% copié-collé en p.14 de la revue. 2ème paragraphe de l'introduction de Guerre d'Algérie, 100% copié-collé en p.16 de la revue. Paragraphe Guerre d'Algérie#Dénominations, 100% copié-collé en p.16 de la revue. Paragraphe Guerre d'Algérie#Contexte, 100% copié-collé en p.17 de la revue. Paragraphe Guerre d'Algérie#Contexte socio-économique, 100% copié-collé en p.18-20 de la revue. Paragraphe Guerre d'Algérie#Côté français, 50% copié-collé en p.20-22 de la revue. Paragraphe Front de libération nationale (Algérie)#Guerre d'indépendance, 90% copié-collé en p.38-39 de la revue, 10% des mêmes pages sont un copié-collé de l'introduction. Deux phrases de Gouvernement provisoire de la République algérienne, p.40. Paragraphe Organisation armée secrète#Création, 100% copié-collé p.44 de la revue. etc., etc. J'ai posté un message sur le Bistrot pour demander quelle mesure adopter.Theon (discuter) 16 juin 2015 à 10:21 (CEST)

le terrorisme FLN[modifier le code]

Certaines personnes veulent passer sous silence l'action terroriste du FLN... ils prétendent que ce n'est pas sourcé. Voici des sources :

  • "La stratégie terroriste menée par le F.L.N : une stratégie hélas, efficace" par Pierre Spiteri, Professeur Emérite des Universités http://www.clan-r.org/portail/IMG/pdf/La_strategie_terroriste_menee_par_le_FLN_une_strategie_helas_efficace.pdf
  • "L'engrenage de la violence entre les différents acteurs du conflit aboutit à des actes de terrorisme du FLN" http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/10/17/la-bataille-de-paris-racontee-par-les-archives-du-monde_1588024_3224.html
  • "Le terrorisme algérien en métropole" http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/10/17/archives-du-monde-29-septembre-1961-le-terrorisme-algerien-en-metropole_1588159_3224.html :
  • En quatre ans la police a eu 61 tués et 384 blessés. Quelque peu relégué au second plan de l'actualité par les explosions de plastic — attentats d'un type plus récent —, le terrorisme algérien continue de sévir en métropole. D'une année à l'autre on n'enregistre aucune accalmie, au contraire. En 1960 il avait à son actif 1 147 agressions, qui avaient fait 570 morts et 740 blessés environ. Cette année, au 31 août, et après 980 agressions, le nombre des morts s'élevait déjà à un peu plus de 500 et celui des blessés approximativement à 735. Comme les meurtriers, la plupart des victimes sont des Algériens : 460 parmi les 500 tués de cette année. En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/10/17/archives-du-monde-29-septembre-1961-le-terrorisme-algerien-en-metropole_1588159_3224.html#PKUYBP19oiSPvijV.99
  • On sera sans doute surpris d'apprendre que le nombre des civils métropolitains tués en 1960 — 22 — et au cours des huit premiers mois de cette année — 31 — est plus élevé que celui des membres de la police ou que celui, très faible (un l'an dernier, deux cette année), des militaires. La plupart de ces victimes métropolitaines ont été fortuitement atteintes par les balles qu'échangeaient agresseurs et agressés. Certaines ont été mortellement blessées parce qu'elles se lançaient à la poursuite des terroristes. Quelques-unes aussi, des femmes, épouses ou amies de membres du FLN ou du MNA — qui s'étaient jetées ou égarées dans cette lutte inexpiable —, ont été délibérément tuées. En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/10/17/archives-du-monde-29-septembre-1961-le-terrorisme-algerien-en-metropole_1588159_3224.html#PKUYBP19oiSPvijV.99
  • Le terrorisme a été l’une des principales armes utilisées par les nationalistes algériens du FLN-ALN et par leurs concurrents du MNA. (...) Le terrorisme, dans le vocabulaire des activistes du PPA, désignait essentiellement l’élimination sélective des ennemis colonialistes acharnés et de leurs auxiliaires algériens, c’est-à-dire « faire disparaître les méchants et les traîtres » [9]. Il avait été mis en pratique à plusieurs reprises, dans le Constantinois et en Kabylie, de 1945 à 1948 [10]. En mars 1948, un document saisi sur trois étudiants algériens venus de France préconisait l’organisation de l’action armée qui comportait notamment la « lutte terroriste qui peut commencer au plus tôt (nettoyage, épuration, intimidation) » [11]. (...) Le durcissement consécutif de la répression, en mai et en juin 1955, conduisit le chef du FLN-ALN pour le Nord-Constantinois, Zirout Youcef, à passer du terrorisme sélectif au terrorisme systématique (...) Après la dissolution de l’Assemblée nationale (2 décembre 1955) et la fixation de la date des prochaines élections au 2 janvier 1956, il fit du terrorisme une arme politique offensive en interdisant sous peine de mort la participation des Algériens et en exigeant sous la même menace la démission de tous leurs élus anti-français systématique. (...) Mais en février 1956, la déception de ses espoirs de paix rapide lui fit franchir un pas important dans la voie du terrorisme systématique. (...) Selon les statistiques officielles, le bilan mensuel des victimes du terrorisme en fut presque triplé : 26 morts et blessés en mai, 74 en juin. (...) Malgré les réticences de certains de ses membres soucieux de continuer à travailler au calme, il décida de généraliser le terrorisme à Alger comme dans toutes les autres villes, pour riposter au défi des « ultras » et aux exécutions de condamnés à mort, pour soulager les maquis en obligeant l’armée française à disperser ses troupes dans tout le pays, et pour donner à la lutte le plus grand retentissement possible dans la presse française et internationale [31]. (...) le terrorisme anti-français acheva d’unifier la masse des Français d’Algérie dans leur refus viscéral de l’indépendance, et d’isoler dans une situation moralement inconfortable l’infime minorité qui s’y était ralliée dans l’espoir de sauvegarder les chances d’une Algérie multi-ethnique. (...) un terrorisme aveugle visant à provoquer des représailles aveugles pour unifier le peuple algérien autour de son vengeur le FLN-ALN (...) le président de la Fédération des maires d’Algérie, Amédée Froger, fut assassiné par un terroriste qui réussit à s’enfuir (...) général Massu. Celui-ci comptait surtout sur l’éradication du terrorisme FLN (...) Il nous reste à rechercher si leur résultat fut une éradication complète et définitive du terrorisme algérien (...) Une fois les derniers réseaux terroristes et politiques démantelés en septembre et octobre 1957, la « bataille d’Alger » s’acheva par une défaite du terrorisme, qui aurait commis en quatorze mois 751 attentats, et causé 314 morts et 917 blessés (...) Pourtant, les sentiments nationalistes n’avaient pas disparu, ni les tentatives de reconstituer des réseaux terroristes à partir des maquis voisins (...) Une évolution comparable mais non identique s’observe à Oran. Le terrorisme s’y manifesta d’une manière presque continue de septembre 1956 à septembre 1958. Le plus grand nombre de morts fut atteint en janvier 1957 (33), mais après une diminution en 1957 et dans le premier semestre de 1958, le mois d’août fut marqué par une remontée soudaine (22 morts). Suivirent deux années de calme presque parfait, d’octobre 1958 à septembre 1960 [50]. (...) On sait pourtant que celui-ci a intensifié son terrorisme anti-européen (...) suivies d’une nouvelle vague de terrorisme (...) relancer le terrorisme (...) qui faisaient le jeu des terroristes FLN (...) elle voulut chasser tous les musulmans des quartiers européens pour empêcher les infiltrations d’espions et de terroristes et les enlèvements (...) ; Le terrorisme urbain dans la guerre d’Algérie Guy Pervillé http://guy.perville.free.fr/spip/article.php3?id_article=66
  • C’est pourquoi l’action du FLN-ALN s’est caractérisée très vite par la combinaison de la propagande, visant à réaliser la persuasion des « bons » Algériens, et du terrorisme visant à éliminer les traîtres (...) FLN, celui-ci s’identifiait par ses actes à un terrorisme sans limite ; Le 1er novembre 1954 en perspective : causes et conséquences d’un événement (2004) http://guy.perville.free.fr/spip/article.php3?id_article=228
  • "à partir de la fin 1956 le terrorisme devient l'arme essentielle du FLN (...) le terrorisme aveugle (...) le FLN multiplie les attentats dans les lieux publics visant les européens " p.183 ; "on appelle la bataille d'Alger la succession d'actes terroristes et d'opérations militaires par lesquels le FLN et l'armée française ont porté la lutte à son paroxysme de violence" p.187, Guy Pervillé (dir.), La guerre d'Algérie.
  • "la relance du terrorisme en Algérie (...) n'empêche pas la participation massive des algériens au referendum de septembre 1958" ; "le FLN employait tous les moyens (...) terrorisme interne et terrorisme externe" p.154 ; "les experts (...) voyaient dans la recrudescence du terrorisme la preuve de l'échec de la rébellion" p.164 ; "durant les 11 premiers mois 1955 les actions de guérilla et de terrorisme ont lieu surtout à l'est du pays" p.175 ; Guy Pervillé Pour une histoire de la guerre d'Algérie.
  • "19 mars 1962. A cette date, le terrorisme (principalement du FLN, mais aussi du MNA messaliste et de l’OAS) avait causé en Algérie 19.166 morts (2.788 Européens et 16.378 Musulmans), 21.151 blessés (7.541 et 13.610), et 13.671 disparus (375 et 13.296)." La guerre sans nom : appelés et rappelés en Algérie (1992) http://guy.perville.free.fr/spip/article.php3?id_article=96 — Le message qui précède, non signé, a été déposé par l'IP 82.248.84.24 (discuter), le 21 décembre 2015 à 22:43 (CET).
j'ajoute :
* titre d'un chapitre : "le choix du terrorisme urbain" p.296-305 ; "le terrorisme urbain va devenir beaucoup plus qu'auparavant un mode de lutte courant des commandos du FLN" p.296 ; "ce qui implique désormais qu'on accepte le terrorisme urbain y compris le plus radical comme un moyen de lutte "normal" pour le FLN" (...) on imagine facilement que la multiplication d'actions de nature terroriste dans les centres urbains" p.298 ; "si le docteur Timsit a quelque mal à assumer sa participation indirecte au terrorisme contre des civils, comme il le dira, les poseuses de bombes n'exprimeront pas de regrets" p.301 ; "la collusion entre les communistes et le FLN de surcroit dans un cas relevant du terrorisme"p.304 ; La guerre d'Algérie vue par les Algériens, tome 1, Renaud de Rochebrune et Benjamin Stora, 2011.
* titre d'un chapitre "terrorisme et torture" p.146-155, ; La guerre d'Algérie, Alain-Gérard Slama, 1996.
* les opérations terroristes déclenchent officiellement la rébellion" (au sujet du 1° novembre 1954) p.123 ; juillet 56 un moghazni de la SAS de Ngaous abattu par un terroriste (...) 18 octobre 1956 1 français musulman garde rural du GMPR abattu par un terroriste (...) 3 décembre attentat terroriste à Ngaous contre un français musulman" p.138 ; "le terrorisme du FLN frappe avec une vigueur impitoyable où la cruauté est fréquente" p.193 ; "la guerre est dans le bled et le terrorisme frappe la ville. Celui-ci est devenu le fléau n°1" p.204 ; seuls des moyens puissants et surtout une tête unique et ferme peuvent briser l'action terroriste" p.205 ; "en quelques semaines les résultats tombent : terroristes arrêtés" p.208 ; "le mois de juin relance le terrorisme que le commandement avait cru moribond (...) le 17 mai un jeune para est tué un autre blessé par un terroriste (...) lutte à mort pour traquer les équipes de terroristes" p.210 ; "les ultimes cellules terroristes" p.211 ; "le terrorisme est brisé" p.212 ; "grève générale, grève scolaire, action terroriste se soldent par des échecs (...) des terroristes traqués" p.213 ; P. Montagnon, 1984, La guerre d'Algérie. 82.64.53.26 (discuter) 23 décembre 2015 à 01:46 (CET)
Proposez une formulation sourcée pour l'article, ce sera plus clair. Cordialement, — Racconish 23 décembre 2015 à 23:05 (CET)
Et bien en toute honnêteté c'est tout le chapitre sur le FLN pendant la guerre d'Algérie qu'il faudrait reformuler ; ou plutôt qu'il faudrait créer de toute pièce, il faut bien avouer que la version actuelle est très faible et prête le flanc à la critique suivante qu'il serait un pâle copié d'une propagande FLN... ~la narration n'est pas claire, il faudrait plusieurs sous paragraphes... je vais travailler à quelque chose en ce sens et le posterai ici. 82.254.68.219 (discuter) 24 décembre 2015 à 13:04 (CET)
Ajoutons :
* "Terrorisme : l'arme du FLN", de Guy Pervillé dans la revue L'histoire avril 2002 p.46-51 : "A partir de la fin 1956, le terrorisme fut l'arme essentielle du FLN." http://www.histoire.presse.fr/collections/guerre-algerie/terrorisme-arme-fln-07-04-2002-10067
* "La stratégie terroriste menée par le F.L.N : une stratégie hélas, efficace" par Pierre Spiteri, Professeur Emérite des Universitéshttp://www.clan-r.org/portail/IMG/pdf/La_strategie_terroriste_menee_par_le_FLN_une_strategie_helas_efficace.pdf
* "durant la guerre (...) le FLN a assassiné près de 16.000 citoyens musulmans et enlevé 50.000 autres qu'on a jamais revus ; en outre, on estime à 12.000 le nombre de membres du FLN tués lors des purges internes" p.31 ; "on peut citer comme exemple de l'utilisation à grande échelle de cette stratégie [terroriste] les meurtres de collaborateurs réels ou supposés des autorités par (...) le FLN en Algérie (...) tout cela est destiné à atteindre ceux qui restent neutres et qui dans de nombreux cas constituent la majorité de l'opinion publique (...) Home note qu'en Algérie dans les deux premières années et demi de la guerre du FLN contre les Français, ce mouvement assassina au moins 6.352 musulmans pour 1035 Européens" p.47 ; "des organisations insurgées formulent parfois des exigences ridicules à l'égard de la population, avec pour seul objectif d'exercer et de démontrer leur contrôle (...) en 1955 le FLN algérien exigea de la population musulmane qu'elle s'abstienne de fumer. Il coupait les lèvres de ceux qui désobéissaient avec des cisailles" p.47 ; "le FLN use du terrorisme pour s'imposer comme mouvement principal de la résistance algérienne" p.131 ; "le FLN utilisa le terrorisme à des fins diverses (...) la bataille d'Alger est un moment particulièrement dramatique de l'histoire du terrorisme (illustré par le film). Pour le FLN les attentats aveugles (tel celui du Milk-bar) étaient destinés à radicaliser la situation en marquant bien que l'adversaire était l'ensemble des "pieds-noirs". Il s'agissait aussi de démoraliser les Européens d'Algérie. L'offensive du FLN commence par 4 attentats le 30 septembre 1956. Ils sont suivis par d'autres tout au long du dernier trimestre de l'année (...) la première moitié de l'année 1957 est marquée par la recrudescence d'attentats (entre 1956 et 1957, le nombre de morts des attentats passe de 78 à 837)" p.285 Histoire du terrorisme, G Chaliand et A Blin, 2015, Fayard.