Diplomatie (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Diplomatie
Réalisation Volker Schlöndorff
Scénario Volker Schlöndorff
Cyril Gély
d'après sa pièce
Acteurs principaux
Sociétés de production Film Oblige
Blueprint Film
Arte
SWR
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Genre Historique
Sortie 2014


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Diplomatie est un film de fiction historique franco-allemand coécrit et réalisé par Volker Schlöndorff, sorti en 2014.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans la nuit du 24 au , le général Dietrich von Choltitz s'apprête à faire sauter la ville de Paris sur ordre d'Adolf Hitler. Raoul Nordling, un consul suédois, rencontre le général à l'hôtel Meurice pour tenter de le dissuader d'exécuter cet ordre.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Ce film est une adaptation de la pièce de théâtre Diplomatie de Cyril Gély et créée au théâtre de la Madeleine en 2011, à Paris. C'était déjà l'acteur Niels Arestrup qui interprétait le rôle du général Dietrich von Choltitz et André Dussollier, celui du diplomate Raoul Nordling.

Distribution[modifier | modifier le code]

Commentaires et polémique[modifier | modifier le code]

Dans la réalité historique d'août 1944, Dietrich von Choltitz et Raoul Nordling ont effectivement été en contact pour négocier la libération de prisonniers politiques. Ces rencontres se seraient déroulées sur plusieurs semaines, en revanche, la rencontre dans la nuit du 24 au relatée par le film n'a vraisemblablement pas eu lieu.

Dietrich von Choltitz signe une réclamation prise à tort pour la capitulation, le 25 août 1944.

Il est également possible que von Choltitz ait refusé d'appliquer l'ordre de détruire Paris pour ménager son avenir de futur prisonnier[3],[4]. Le général avait en effet contribué à la destruction de Rotterdam et à celle de Sébastopol, assistant — sinon participant — à l'extermination de 50 000 Juifs. Certains historiens doutent même que Hitler ait pu demander la destruction de Paris. D'une part le film explique que le dictateur avait exigé la destruction de monuments précis (comme l'opéra Garnier), ce qui présume de l'intérêt sentimental de Hitler pour Paris[3]. D'autres remettent en question les moyens dont disposait von Choltitz[4] pour « raser » Paris. Cette dernière hypothèse entre en contradiction avec la description de l'histoire de la libération de Paris, racontée par Dominique Lapierre et Larry Collins dans l'ouvrage Paris brûle-t-il ? publié en 1964[5] et adaptée au cinéma sous le même titre deux ans plus tard par René Clément.

De nouvelles recherches lancées par des historiens, principalement effectuées dans les années 2000 et 2010, ont pu être effectuées grâce aux déclassements des archives administratives françaises et allemandes de l'époque. Ces nouvelles études ont permis de revoir le rôle qu'a réellement joué le général Dietrich von Choltitz vis-à-vis de la volonté hitlérienne de détruire Paris. Le témoignage du général Leclerc indiquait déjà que le désir du gouverneur militaire du Groß Paris, au moment d'être arrêté par les Alliés, était principalement de sauver sa propre vie[6].

La réalisatrice de documentaires historiques Françoise Cros de Fabrique, en s'appuyant sur des documents inédits découverts dans ces archives, démontre, au travers d'un long reportage effectué en 2019, que cette légende concernant Choltitz a été entretenue sans véritables vérifications historiques sérieuses, car si elle confirme que Hitler a bien tenté d'anéantir la capitale française, elle précise également que Choltitz n'a jamais eu le désir réel de s'y opposer. En fait, c'est simplement en raison du manque de moyens et de temps que celui-ci n'a pas pu respecter les ordres[7],[8],[9].

En réalité, malgré ses allégations et bien loin d'une image entretenue par l'homme, lui-même[10], Dietrich von Choltitz était bien un fidèle d’Adolf Hitler et ne lui a jamais désobéi. L'historien Fabrice Virgili précise même que le général réclama jusqu’au bout des renforts pour exaucer le vœu de son « Führer », qui était de détruire les principaux monuments de Paris, action totalement irréalisable en raison du manque de moyens et de temps (principalement liés à l'insurrection parisienne et à l'approche rapide des troupes alliées) et non en raison d'un quelconque sentiment humaniste[9].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations et sélections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.volkerschloendorff.com/news/beitrag/diplomatie/ DIPLOMATIE geht in Produktion
  2. [xls] Liste de films agréés sur le site du CNC (onglet 2013, case E85).
  3. a et b « Les petits arrangements de "Diplomatie" avec l'Histoire », Contrechamp,‎ (lire en ligne, consulté le 10 mai 2017)
  4. a et b « C'est quoi la vraie histoire derrière “Diplomatie” ? », Télérama,‎ (lire en ligne, consulté le 10 mai 2017)
  5. « Avis de Passage », sur avisdepassage.com (consulté le 10 mai 2017)
  6. Adrien Dansette, « Von Choltitz, "sauveur de Paris" ? », LeMonde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 16 avril 2021)
  7. Site lcp.fr, page "Débat Doc, Août 44, Paris brûle-t-il ?", consulté le 16 avril 2021.
  8. Site la-croix.com, article de Nicolas Gomont "Révélations sur la Libération de Paris", consulté le 16 avril 2021.
  9. a et b Site lemonde.fr, article d'Antoine Flandrin "« Détruire Paris, les plans secrets d’Hitler » : Paris fut bien à deux doigts de brûler", consulté le 16 avril 2021.
  10. Site ina.fr vidéo "1964, von Choltitz raconte comment il sauva Paris en août 1944", consulté le 16 avril 2021

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]