Diego Fusaro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Diego Fusaro
Diego Fusaro.jpeg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (39 ans)
TurinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Essayiste, traducteur, blogueur, personnalité médiatiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Dir. de thèse
Andrea Tagliapietra, Pier Paolo Portinaro (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

Diego Fusaro, né le à Turin, est un essayiste italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Élève de Costanzo Preve et Gianni Vattimo, il est diplômé à Turin en histoire de la philosophie, et obtient un doctorat en philosophie de l'histoire à l'Université Vie-Santé Saint-Raphaël de Milan, avec une thèse sur Reinhart Koselleck[1].

Un temps chercheur à l'Université de Bielefeld (Allemagne)[1], Diego Fusaro se réclame entre autres de Karl Marx et d'Antonio Gramsci, mais aussi de Giovanni Gentile et Martin Heidegger[2]. Il a également travaillé sur la pensée de Johann Gottlieb Fichte, Georg Wilhelm Friedrich Hegel, et sur l'histoire des concepts[1].

Il a publié plusieurs essais chez Bompiani, Feltrinelli et Einaudi[2], dirige la série philosophique "I Cento Talleri” de la maison d'édition Il Prato et est chroniqueur pour La Stampa et Il Fatto Quotidiano[1].

Pensée politique[modifier | modifier le code]

Diego Fusaro se réclame entre autres de Karl Marx et d'Antonio Gramsci, mais aussi de Giovanni Gentile et Martin Heidegger. Il a également travaillé sur la pensée de Hegel, Gramsci et Koselleck, et publié plusieurs essais chez Bompiani, Feltrinelli et Einaudi[2].

Il considère que l'opposition entre la gauche et la droite est dépassée à l'époque du capitalisme financier et du mondialisme, réunissant dans ses écrits et dans ses intervention un discours de gauche nationale, des idées de la droite sociale et des sous-entendus complotistes[2].

Il s'oppose à l'euro, critique une dictature financière, que George Soros incarne à ses yeux, dénonce la théorie du genre, s'inquiète de l'immigration massive[3] et soutient les mouvements anti-vaccination[2].

Sa jeunesse et son style lui vaut une forte présence télévisuelle et une notoriété médiatique[3].

Il contribue à forger la pensée du Mouvement 5 étoiles (M5S) et, selon certains, a conçu l'entente entre la Lega et le M5S[4], [5]. Proche du courant d'extrême-droite Nouvelle Droite d’Alain de Benoist, il est qualifié par la philosophe Donatella di Cesare de « philosophe de téléréalité », xénophobe et antisémite[3]. L'historien Steven Forti l'assimile à la mouvance rouge-brun[2].

En 2018, il participe à des réunions, dont la fête nationale à Grosseto, du groupe nationaliste-révolutionnaire et néofasciste Casa Pound, pour lequel il écrit dans les colonnes de son hebdomadaire, Il Primato Nazionale[2].

En 2019, il lance la création du parti populiste et conservateur Vox Italia, issu d'une scission du Mouvement 5 étoiles[6], puis Ancora Italia après le rapprochement de deux dirigeants avec le parti Italexit de Gianluigi Paragone[7].

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages disponibles en français[modifier | modifier le code]

  • Diego Fusaro (trad. de l'italien par Damien Bondavalli et Denis Collin), L'Europe et le Capitalisme : Pour rouvrir le futur [« Europa e capitalismo: per riaprire il futuro »], Milan/Paris, Éditions Mimésis, coll. « Philosophie » (no 41), , 120 p. (ISBN 978-88-6976-007-5).
  • Diego Fusaro (trad. de l'italien par Alessandro Leiduan, préf. Gianni Vattimo), Encore Marx ! : Le spectre qui revient, Nice, Éditions Ovadia, coll. « Chemins de pensée », , 180 p. (ISBN 978-2-36392-292-2).
  • Diego Fusaro (trad. de l'italien par Marianne Corvellec), Mondialisation malheureuse : Onze thèses philosophiques sur le faire-monde du marché, Nice, Éditions Ovadia, , 240 p. (ISBN 978-2-36392-437-7).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en-US) « Dipartimenti », sur IASSP (consulté le )
  2. a b c d e f et g (it) « Un fantasma si aggira per l’Italia: il rossobrunismo », sur Rolling Stone Italia, (consulté le )
  3. a b et c « Le cas Fusaro », sur Le Grand Continent, (consulté le )
  4. Alphonse Moura, « Emmanuel Macron face au défi italien », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  5. Emmanuel Defouloy, « La Gauche et l'Immigration », sur land.lu, (consulté le ).
  6. (it) « Perché Vox, il nuovo partito di Diego Fusaro, è una cosa seria », sur Wired, (consulté le )
  7. (it) « Vox Italia, Fusaro: "Paragone ha una sola 'issue', fuori dall'euro e dall'UE" », sur Affaritaliani.it (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]